evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 18e > Lieux clés Paris 18e > Musée de Montmartre > DERNIERS JOURS à Montmartre autour du Chat noir, le cabaret de la Bohème (...)

DERNIERS JOURS à Montmartre autour du Chat noir, le cabaret de la Bohème artistique !

vendredi 20 octobre 2017, par André Balbo

Le musée de Montmartre présente, du 13 septembre 2012 au 2 juin 2013, l’exposition « Autour du Chat noir. Arts et plaisirs à Montmartre, de 1880 à 1910 », évoquant à sa manière l’un de ses lieux les plus mythiques.

Après avoir tourné à Tokyo et dans quelques autres grandes villes japonaises, elle arrive à Paris, au musée Montmartre, pour convaincre que la Butte mérite notre respect pour son histoire si riche... et ne sera jamais un Disneyland !

C’est dans ce charmant petit musée que Suzanne Valadon puis son fils Maurice Utrillo avaient leur atelier, et dans son jardin que Renoir peignit "La Balançoire".

Le Chat noir fut le premier débit de boissons qui puisse être reconnu et mériter le titre de cabaret littéraire, artistique et musical. Il fut donc forcément et résolument d’avant-garde.

On a dit qu’il était « de style Louis XIII, fondé par un fumiste », Rodolphe Salis, 84 boulevard Rochechouart, alors que Montmartre, rappelons-le, n’était rattaché à la capitale que depuis 1860, devenant alors son 18e arrondissement.

Le cabaret étant composé de deux pièces dont l’une, rébarbative, était minuscule ; Salis, jeune peintre célèbre pour ses mystifications, décréta qu’elle serait dévolue aux artistes et aux poètes… qui s’y entassèrent. En tout, le Chat noir ne pouvait guère accueillir plus de 80 personnes, ou alors vraiment par affinités.

Dès son ouverture, le Chat noir devint le rendez-vous des avant-gardes artistiques et littéraires de Paris, Montmartre devenant la principale scène des activités modernistes, détrônant ainsi aisément le Quartier Latin. Le Club des Hydropathes, groupe d’artistes entraîné par le poète Émile Goudeau, y fit son nid, son journal… et son miel.

Ce fut un lieu d’innovation où se mêlaient dans une totale improvisation chansons, diatribes, poèmes ou boniments, et où le théâtre d’ombres constituait l’attraction la plus commune.

Plus de 200 œuvres de Toulouse-Lautrec, Vuillard, Steinlen, Willette, des Nabis et des Symbolistes ont été rassemblées pour l’événement : tableaux, aquarelles, dessins, estampes, affiches et mêmes silhouettes en zinc du théâtre d’ombres évoquent cette atmosphère artistique, littéraire et musicale, où se succédaient Paul Delmet et Albert Trinchant, à ce piano qui fut le premier que la police autorisa dans un lieu public, et qui plus est, débit de boissons.

On raconte que Picasso vint à Paris pour connaître le Chat noir, dont il exista rapidement à Barcelone une sorte de clone, le "Els Quatre Gats", - un mixte du Chat noir et du Bal des Quat’z’Arts -, évoqué dans l’exposition Bohèmes au Grand Palais.

Les œuvres exposées proviennent principalement de collections privées et ne furent encore jamais montrées au public. D’autres, majeures, furent prêtées par le musée Carnavalet , ou font partie des collections du musée de Montmartre.

Georges Bottini, Au Bar, la femme en blanc, 1904, aquarelle, 37x27,5cm, collection particulière

Il sera difficile de faire la part de la légende et de l’histoire, tant les talents convoqués ici paraissent nombreux. Éric Satie, qui ne mâchait pas ses mots, Claude Debussy et Gustave Charpentier auraient composé dans ce cabaret certaines de leurs musiques.

Les divertissements de Montmartre firent rapidement florès, avec le cirque Fernando, le Moulin rouge, et le Bal Tabarin.


Parce Domine parce Populo tuo, d’Adolphe Willette.

« Sous la direction de Salis, et grâce au talent des écrivains et des artistes, Le Chat Noir et son journal hebdomadaire furent bientôt une incroyable réussite, tant populaire que financière. En juin 1885, Salis fut en mesure de transférer son cabaret dans un beau bâtiment de trois étages élégamment meublé de la rue Victor-Massé (anciennement rue Laval), situé à quelques pas de l’ancien, qui fut lui repris par le chansonnier Aristide Bruant et rebaptisé le Mirliton. À l’entrée de ce second Chat noir, une pancarte jaune et noire exhortait le passant à être "moderne" ».

Mais pourquoi s’appela-t-il le Chat noir ? Ceci serait une trop longue histoire…

Autour du Chat noir. Arts et plaisirs à Montmartre, de 1880 à 1910, du 13 septembre 2012 au 2 juin 2013, 12, rue Cortot, 75018 Paris, Tlj de 10 à 18h, Métro Lamarck-Caulaincourt , Abbesses, Anvers (12). 8, 6 ou 4€. Gratuit pour les moins de 10 ans.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avions établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, celui de cette exposition en fait partie, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procéderons de la même manière en 2013, avec PARIS 2013 : les meilleurs catalogues d’expositions de Paris.

André Balbo

sources : visite, musée de Montmartre, Skira Flammarion

Adresse

12-14 Rue Cortot 75018 Paris

Horaires

- Du 13 septembre 2012 au 2 juin 2013

- Tous les jours de 10h à 18h

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.