eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 1er arrondissement de Paris > Actualités, Paris 1er > Sorties, Paris 1er > Expositions, Paris 1er > Évènements au Musée des Arts décoratifs > DERNIERS JOURS de l’exposition des designers Bouroullec aux Arts déco (...)

DERNIERS JOURS de l’exposition des designers Bouroullec aux Arts déco !

Dernière mise à jour : mardi 19 février 2019, par Expositions

Ils viennent d’un horizon qui n’avait pas initialement la culture du meuble, ni même de l’objet. Plutôt rural et pragmatique. Puis le succès est venu très tôt (la qualité de leurs travaux leur a très vite permis de collaborer avec de prestigieux éditeurs de design dont Giulio Cappellini, Vitra, Kartell, Kreo, ou Ligne Roset), apparemment sans sa kyrielle d’effets secondaires. Ils ont travaillé dans bien des pays, et me laissent le sentiment de puiser davantage goût, approche et matériaux vers le vécu d’un Nord, dans un croissant qui irait de la Suisse à l’Allemagne, la Hollande puis grimperait vers la Scandinavie. Mais pas seulement, bien sûr !

Admirateurs de Charlotte Perriand dont ils apprécient l’écriture minimale, ces deux jeunes designers (français ou bretons ?) apportent des solutions innovantes aux problèmes de l’espace et de ses possibles cloisonnements. Modularité oblige, un va-et-vient s’installe entre mobilier et architecture.

Et qui dit modularité, dit que l’usager-client sera libre d’avoir seulement les éléments qu’il souhaite, d’en changer, d’empiler, d’agrandir, de rehausser... Comme eux-mêmes d’ailleurs utilisent parfois une forme identique dans leur œuvre, à des dimensions qui peuvent être bien différentes, comme par exemple cette sorte de clochette de muguet, trouvé dans des colliers ou dans les plus grands des luminaires.

On a dit d’eux qu’ils étaient réfléchis et disciplinés, intelligents et poétiques... Et ils ont défini leur style comme "délibérément simple avec un élément d’humour !" À voir.

Ronan Bouroullec, diplômé de l’ENS des Arts décoratifs, et son frère Erwan (ENS d’Arts de Cergy-Pontoise) travaillent ensemble depuis 1999.

Ronan et Erwan Bouroullec © Ronan et Erwan Bouroullec

Du 25 avril au 1er septembre 2013, et sur quelque 1 000m2, les frères Bouroullec exposent au musée des Arts décoratifs toutes les facettes de leurs talents, de l’objet à l’espace, de la série limitée à la pièce industrielle, du mobilier public aux meubles à usage domestique, du dessin ou de la photographie à la vidéo.

Une gigantesque installation prend possession de la nef. Sous cette voûte de 12m de haut, aux proportions impressionnantes, celle même qui accueillit l’énorme locomotive du défilé du Bicentenaire de la Révolution, un paysage sera alors structuré par certaines des nombreuses cloisons qu’ils inventèrent (Algues, North Tiles, Twigs, Clouds), celles-ci se chargeant à la fois de morceler ce volume et d’orienter les pas des visiteurs, comme peuvent le faire les rideaux Quadra. Atmosphère singulière. Commencez donc la visite sur la gauche, de toute façon, elle n’est aucunement chronologique.

Sur le côté du jardin des Tuileries, vous voyez la réflexion en marche des frères Bouroullec sur l’espace de travail et plus spécialement du bureau, initiée avec les bureaux Joyn pour Vitra, ou le mobilier Copenhague (Hay pour le nouvelle université de cette ville).

Ces designers ont pris grand soin d’intégrer cette bipolarité contemporaine qui rend parfois nécessaire la solitude et la concentration du travail individuel, et à d’autres moments l’ouverture ergonomique, collective et discursive de l’échange d’idées. Des solutions qui en feront rêver plus d’un... Liège, ou Work Bay, ou encore Alcove High Back Sofa.

Le long de ce grand volume, des dessins en masse, esquissés comme léchés, fruit d’une réflexion en marche, en panne, ou d’un délaissement. Certains jours, et pour chacun d’eux, un carnet de dessin y passe. Au fond, 3 films : Algues, Joyn (de Vitra), ou la fabrique de luminaires.


Clouds, 2009, Textile, mousse thermocompressée, élastique, Édition Kvadrat, Danemark, collection Kvadrat, Danemark © Bouroullec Tahon

Sous la grande nef, des rideaux en maille ou non tissés, des cloisons toutes de transparence (dont les Algues) sur de grandes superficies, et enfin un sol que l’on peut fouler pieds nus (pour lutter contre l’attitude trop convenue des visiteurs dans les musées ?).

Les 6 alcôves du côté Rivoli traitent des objets d’un espace davantage domestique voire intime. Dialogues possibles entre les pièces, contextualisées grâce à des maquettes et une constellation d’images, dessins préparatoires, photos d’usine ou de détails, qui décrivent ainsi en filigrane le processus de création des Bouroullec. Un fauteuil est déployé au mur durant sa fabrication, et, tel un origami, une peau de reptile ou de grand fauve, s’offre à nos regards en attendant le prince charmant.

Observez bien les photos. Quand les Bouroullec sont tranquillement dans un fauteuil, c’est qu’ils bossent, réfléchissant ici à la hauteur d’un pied de chaise, ou d’une assise de fauteuil.

Leur style se caractériserait peut-être par la simplicité et la fonctionnalité. Les Bouroullec ont été très prolifiques, cherchant des solutions originales et fonctionnelles adaptées à la vie contemporaine. Cloisons et modularité, confort, même phonique, et chasse conceptuelle aux frontières du design et de l’architecture.

Quelques exemples :
Giulio Cappellini (collection Hole en 1999, Spring Chair en 2000) ;
Vitra (bureaux modulables Joyn en 2002, cloisonnement modulaire les Algues en 2004, la Slow Chair en 2007, la Vegetal Chair en 2009 ;
Magis (mobilier Striped et Steelwood) ;
Kartell (chaise Papyrus) ;
Ligne Roset (chauffeuse Outdoor, canapé Facett ou canapé Ploum ;
Galerie kreo (Cabane, Brick, lampes Bells, table basse Rizière, luminaires Lianes...


Mobilier Copenhague, 2012, Edition Hay, Danemark, collection Hay © Ronan et Erwan Bouroullec

Les créations des Bouroullec sont aujourd’hui présentes dans de nombreux musées, dont les Arts décoratifs, le Centre Pompidou, le Museum of Modern Art de New York, l’Art Institute de Chicago, le Design Museum de Londres et le musée Boijmans van Beuningen de Rotterdam.

Quelques dernières choses. Touchez les grandes dalles sur la gauche de l’expo. Apparence du grès céram, mais velouté à la caresse. Voyez toutes ces pièces en bois blanc, cette chaise faite en 4 feuilles, ces lavabos eux aussi modulables, et ces étagères qui, une fois l’acier embouti, acquièrent une structure et une solidité. Tous boulons dehors. Ne retrouvons-nous pas ici un peu de la poudre magique de Charlotte Perriand (à laquelle des étagères colorées des Bouroullec rendent d’ailleurs un hommage appuyé) et de Jean Prouvé, qui n’hésitait pas quant à lui, comme les Bouroullec, à dévoiler tout son Working Progress, montrant les structures, et utilisant des matériaux simples.

Enfin l’observation peut être aussi extrêmement poussée, et en amont de la création de bien-être et de confort, que cela soit au domicile ou sur le lieu de travail s’il est différent. Une des grandes interrogations des frères Bouroullec est : comment allons-nous pouvoir utiliser au mieux cette machine de notre éditeur de meubles et libérer tout son potentiel...

La commissaire de l’exposition est Dominique Forest, conservatrice du département Moderne et Contemporain, assistée de Marianne Brabant, assistante de conservation.

Ronan et Erwan Bouroullec. Momentané. Du 25 avril au 1er septembre 2013, au musée des Arts décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris 01 44 55 57 50. Métro Palais-Royal, Pyramides, ou Tuileries. Ouverts du mardi au dimanche de 11 à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 21h. Seules les expositions temporaires et la galerie des bijoux sont ouvertes à ces heures. Entrée 9,50€ ou 8€.

Vous retrouverez dans l’article 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, avec PARIS 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Les Grandes Expositions et Calendrier 2014 peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

André Balbo

sources : visite, les frères Bouroullec, le musée des Arts décoratifs, Wikipédia

En images

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.