.evous
> > > > > >

Exposition Albert Besnard

Du 25 octobre 2016 au 29 janvier 2017, au Petit Palais, exposition Albert Besnard (1849-1934). Modernités Belle Époque.

Le peintre, décorateur et graveur français Albert Besnard (1849-1934) fut comblé d’honneurs et de charges, de son vivant comme à sa mort.

Ses parents furent Louis Adolphe Besnard, peintre d’histoire élève d’Ingres, et Louise Pauline Vaillant, miniaturiste réputée élève de Lizinska de Mirbel.

Il reçut le Prix de Rome en 1874 pour sa composition La Mort de Timophane, tyran de Corinthe, fut coopté membre de l’Académie des Beaux-Arts en 1912, eut le titre et le poste de directeur de la Villa Médicis de 1913 à 1921, succédant à Carolus-Duran, fut reçu à l’Académie française en 1924, devint directeur de l’École des Beaux-Arts de 1922 à 1932, et décoré de la Grand-Croix de la Légion d’Honneur en 1926.

Albert Besnard fut également le premier peintre auquel le gouvernement de la République fit l’honneur d’accorder et d’organiser des funérailles nationales, bien avant que cela ne fut le cas de Georges Braque.

Peinture d’Albert Besnard, figurant la première représentation du drame Hernani, de Victor Hugo, le 25 février 1830 à la Comédie-Française. Huile sur toile, 1903 (Maison de Victor Hugo, Paris). Ph. Jeanbor © Archives Larbor

Mais dans un siècle qui cultivait le culte du génie incompris, autant de reconnaissances ne pouvait que compromettre la réputation posthume d’un artiste trop vite rangé au rayon des académiques stériles.

Albert Besnard (1849-1934). « La Vérité entraînant les Sciences à sa suite répand sa lumière sur les hommes (détail) ». Paris, Hôtel de Ville, Salon des Arcades © Claire Pignol / COARC / Roger-Viollet

Or il n’en est rien et cela paraît par trop injuste, d’autant que c’était justement sa relative modernité qui lui avait valu d’être honoré en son temps de la sorte, pour la hardiesse de son coloris et la richesse de son inspiration.

Son art paraît influencé par l’impressionnisme et la technique de Carolus-Duran. En 1887, il présente Femme devant un feu de cheminée dont la version au pastel éblouit le jeune Pierre Louÿs.

Parmi les nombreux portraits qu’il a réalisé, mentionnons ceux de sa femme, de ses enfants (Une famille, 1890, Paris, musée d’Orsay), de la princesse Mathilde, de la comédienne Réjane, de Madame Georges Duruy, de Madame Henry Lerolle, d’Ernest Cognacq, de Marie-Louise Jaÿ, de Gabriele D’Annunzio, du cardinal Mercier, de Jean-Louis Vaudoyer, de Boni de Castellane, de Denys Cochin ou de Frantz Jourdain, son premier biographe.

Albert Besnard a également contribué à la décoration de plusieurs monuments parisiens dont le plafond du salon des Sciences de l’hôtel de ville de Paris, le vestibule de l’école de pharmacie de Paris, l’amphithéâtre de chimie de la Sorbonne, le plafond de la Comédie-Française, la coupole du Petit Palais, la salle des mariages de la mairie du 1er arrondissement.

Il participe également à la décoration de quelques demeures privées à Paris, dont l’hôtel Rouché, rue de Prony, aux côtés de Maurice Denis et George Desvallières.

Près d’un siècle après la disparition d’Albert Besnard, il est peut-être temps de reconsidérer son œuvre pour elle-même, celle du symboliste tardif, chantre des courbes de la femme 1900, celle du portraitiste, du grand décorateur mural, comme du pastelliste virtuose et de l’inquiétant graveur.

En collaboration avec le Palais Lumière d’Évian, le Petit Palais, dont Besnard décora l’immense coupole du vestibule, se propose de réexaminer ce parcours plus singulier qu’il n’en a l’air, de Paris jusqu’à Rome, en passant par Londres et les rives du Gange.

Les commissaires de l’exposition sont Chantal Beauvalot, docteur en histoire de l’Art, Stéphanie Cantarutti, conservateur au Petit Palais, Christine Gouzi, maître de conférences à l’université de Paris-Sorbonne, Christophe Leribault, directeur du Petit Palais, William Saadé, conservateur en chef honoraire, chargé de mission pour la Ville d’Évian.

Albert Besnard (1849-1934). Modernités Belle Époque, du 25 octobre 2016 au 29 janvier 2017, au Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, avenue Winston Churchill - 75008 Paris, 01 53 43 40 00. Accessible aux personnes handicapées. Métro Champs-Élysées Clemenceau, RER Invalides, bus 28, 42, 72, 73, 83, 93. Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h. Nocturne le vendredi jusqu’à 21h. Fermé le lundi, les 1er mai et 14 juillet. Entrée payante pour les expositions temporaires. 10 ou 7€. Gratuit jusqu’à 17 ans inclus.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016-2017 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nouvellement en ligne :
Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris
PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, et au musée Galliera.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers jours.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Vous pouvez consulter quelques dizaines de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Petit Palais, Wikipédia

Mots-clés