Paris eVous
Accueil Paris Plages Concerts Expositions Salons Enfants Sports Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sortir à Paris

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Droits, police et justice > Pétards ! Que d’accidents à Paris ! Que dit la loi sur eux ?

Pétards ! Que d’accidents à Paris ! Que dit la loi sur eux ?

Dernière mise à jour : lundi 9 mai 2011, par Expositions

Alors que cette année, une nouvelle et stricte réglementation sur les feux d’artifice devait être appliquée pour la première fois, cela n’a pas empêché une femme dans le XXe d’être très grièvement blessée et son appartement embrasé par une fusée, et la caserne Bitche (de pompiers) d’’être attaquée à deux reprises par des pétards et des mortiers de feux d’artifice et d’avoir 7 blessés à la suite d’un incendie.

Dans la série des « toujours pire », des bandes se sont affrontées à coups de mortiers en plusieurs endroits : avenue de Flandre et dans les cours des cités Curial et Michelet. Et ne parlons pas des poursuites à scooter avec jets de pétards à la tête.

Dans le XVIIIe, un chien de la brigade cynophile de la DPP a été brûlé lors d’un guet-apens tendu à une brigade de la Direction de la prévention et de la protection de la Ville de Paris.

Mais que disent les textes ?

Dans une lettre aux préfets, Brice Hortefeux insistait sur l’importance de « faire respecter les dispositions de l’arrêté du 29 décembre 2009, qui interdit l’utilisation par les particuliers de mortiers de feux d’artifice. »

Ainsi seuls seraient autorisés à les utiliser les professionnels et les personnes ayant reçu un agrément préfectoral.

Cette législation qui paraît très renforcée serait la conséquence logique de la recrudescence d’agressions de policiers comme de pompiers, qui furent ciblés aux mortiers lors des violences urbaines en région parisienne.

Et c’est pour ces raisons que chaque année la vente de pétards et de feux d’artifices est théoriquement interdite du 1er au 15 juillet à Paris, sous peine d’une amende de 38€ maximum.

Son non-respect peut donner lieu à une procédure pour agression sonore ou à des poursuites pour mise en danger de la vie d’autrui.

Mais il reste cependant très facile de se procurer ces engins avant le 1er juillet, ou de dénicher les boutiques, nombreuses selon le Parisien, qui bravent l’interdiction.

André Balbo

Sources : Le Parisien

Mettez en avant votre événement sur www.evous.fr !