eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 13e > Guide Paris 13e > Se promener, Paris 13e > Quartier-Village de la Butte-aux-Cailles

Quartier-Village de la Butte-aux-Cailles

Dernière mise à jour : lundi 11 mars 2013, par Franck Beaumont, Pauline

La Butte aux Cailles est l’un des rares quartiers du 13e arrondissement et de Paris à avoir gardé son côté pittoresque et sa physionomie de petit village.

Ailleurs, les anciens quartiers de la place d’Italie ou Tolbiac ont laissé place à de grands ensembles de tours, sur un ancien tissu industriel (Grands Moulins de Paris, usine Panhard et Levassor, usine Sudac, sucrerie Say, etc). Les petites rues pavées de la Butte aux Cailles sont elles bordées de bars, de restaurants, ou de maisonnettes aux cours arborées et aux portes colorées.

L’endroit doit son nom à Pierre Caille, qui acheta la butte en 1543, mais c’est seulement en 1860 que la butte a rejoint le territoire de Paris. Elle appartenait avant à la commune de Gentilly.

Si la Butte aux Cailles a gardé son allure de village, c’est notamment parce qu’elle est construite sur des carrières de calcaire, qui empêchent qu’on y construise des bâtiments trop lourds, comme des immeubles.

UN PEU D’HISTOIRE :

21 novembre 1783 : le premier vol officiel en montgolfière atterrit à l’angle des rues actuelles Bobillot et Vandrezanne. Une plaque explicative rappelle l’évènement sur la Place Verlaine, même si certains historiens pensent que l’appareil avait en réalité atterrit quelques rues plus loin.

24 et 25 mai 1871 : Pendant la Commune de Paris, les « Fédérés de la Butte-aux-Cailles », commandés par Walery Wroblewski repoussent à quatre reprises les troupes versaillaises pendant ce que l’on nomme la "Bataille de la Butte aux Cailles".

A NE PAS RATER :

Fontaine d’eau ferrugineuse de la Place Verlaine est souvent entourée de personnes venues y remplir des bidons entiers de son eau naturellement riche en fer et en fluor.

Piscine : classée monument historique, le bâtiment de pierre rouge accueille une piscine municipale et des bains-douches municipaux.

Street art : la Butte aux Cailles est un terrain de création particulièrement prisé par les artistes de rue. A toute époque de l’année, on découvre sur ses murs des créations de Miss Tic, Speedy Graphito ou Jeff Aérosol.

Boutique "Paris Mythique",. N’hésitez pas à pousser la porte de sa devanture jaune et bleue, située rue des Cinq Diamants : c’est le syndicat d’initiative de la Butte aux Cailles, où les propriétaires vous conseilleront des itinéraires et répondront à vos questions sur le quartier.

La Butte aux Cailles reste un lieu de flânerie. On n’y trouve ni monuments ni musée à visiter : laissez-vous guider par votre envie au gré de ses petites rues cachées et de ses terrasses.

A VOIR ÉGALEMENT DANS LE QUARTIER :
Cité Fleurie, cité d’artistes dans le 13ème
Quartier de la Maison Blanche
Petite Alsace
Petite Russie
Villa Daviel
Cité Florale

A LIRE AUSSI :
Idées de promenades à Paris hors des sentiers battus
Découvrir la Butte-aux-Cailles avec un guide-conférencier
Notre sélection d’adresses sur la Butte aux Cailles
Itinéraire Street Art à Paris

Messages

  • Bonjour.
    Quel plaisir de feuilleter ce blog.
    Je m’appelle Stéphane, 54 ans. J’ai passé mon enfance jusqu’à l’age de 7 ans dans une très vielle bâtisse qu’occupe aujourd’hui un immeuble moderne construit au milieu des années 70. Nous avons quitté Paris fin 69 . En repassant par là en 72, j’ai assisté à la destruction de ce trop vieil immeuble ; le boulier défonçait très exactement notre logement..... Le bâtiment qui l’a remplacé est celui qui épouse le virage du boulevard Blanqui face à Corvisart. Le passage Jonas a apparemment été détourné, si j’en crois mes souvenirs, mais il mène toujours à la rue des 5 Diamants que je traversais pour rejoindre la place Verlaine et la rue Vendrezanne où se trouve encore mon école. L’immeuble qui a disparu était un complexe de de bâtisses entrelacées donnant sur un jardin suspendu. Un escalier couvert accédait à une cour qui donnait sur le boulevard via une lourde porte métalique. Je suppose que ces baraques se situaient sur la partie orientale de l’actuel jardin Brassaï, la partie ouest étant un terrain vague bordé par la rue Barrault. J’ai pas mal recherché ce que devait être ces bâtisses sans succès. Certains affirment qu’il s’agissait d’un ancien couvent, mais je n’en sais strictement rien. Tout ce que mes souvenirs me disent, c’est que les logements de 2 à 3 étages étaient très petits et à la limite de la salubrité.
    Quelqu’un aurait il des infos sur cet ilot d’immeubles ?
    Bien à vous
    Stéphane