.evous
> > > > >

Une brigade anti-négrophobie a occupé Guerlain sur les Champs !

L’incroyable interview, sur le 13 heures de France 2, de Jean-Paul Guerlain, descendant du fondateur du parfumeur, peut être visionnée sur YouTube. Affligeant ! On le voit déclarer, avec morgue et suffisance, pour évoquer le processus de création du parfum Samsara : « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin… ».

Elise Lucet s’est dite désolée, sur le site officiel de France 2 mais pas à l’antenne, de ne pas « avoir réagi instantanément (…). J’ai été surprise par ces propos qui n’avaient rien à voir avec le thème de l’entretien ». Beaucoup ont jugé sa réaction trop mesurée et tardive.

Lundi 18 octobre, en réaction aux propos de Jean-Paul Guerlain, des membres du collectif ANC (Alliance noire citoyenne), vêtus de T-shirts noirs « brigade anti-négrophobie » ont occupé pendant une heure et demie Guerlain, au 66 avenue des Champs-Elysées.

Jean-Paul Guerlain n’est plus salarié du groupe depuis 2002. Ni actionnaire depuis 1996. Il s’était excusé le 15 octobre : « J’assume, seul, la responsabilité de ces propos », que la direction de Guerlain a fortement condamnés.

La journaliste Audrey Pulvar a réagi plus fortement en déclarant : « je ne pourrai plus jamais porter la moindre fragrance de Guerlain ». Elle a consacré son émission sur France Inter à ce dérapage raciste. « On a bien cherché, on a bien attendu pendant tout le week-end, dans la bouche de tous ces responsables politiques, un début de condamnation, d’émoi, d’indignation (…). En France, on peut donc prononcer des paroles racistes à une heure de grande écoute, sur un média national, sans qu’aucune grande voix politique, intellectuelle ou artistique ne s’en émeuve ».

Un représentant de l’Alliance noire citoyenne a demandé que la direction de Guerlain condamne ces propos sur des chaînes télévisées nationales, et non seulement sur des réseaux sociaux. « Nous sommes scandalisés d’assister au énième dérapage diffusé sur une chaîne télévisée nationale, et des excuses, on n’en veut plus ! »

André Balbo

Sources : Le Parisien, pipole.net, YouTube, France Inter, France 2

Mots-clés