.evous
> > > >

Université de Nantes : blocus jusqu’au 23 mars

Blocus revoté pour la semaine, inquiétude autour des examens... La tension ne faiblit pas à l’université.

La poursuite du blocus général a été voté ce matin lors de l’assemblée générale étudiante. Les résultats des votes : 1.135 étudiants pour le blocus total, 129 contre, 676 pour un blocus partiel, 59 abstentions. Le blocage du campus du Tertre se prolonge donc au-delà du mois et demi malgré les tensions de la semaine passée autour de ce sujet.

Menace sur les examens ?

Le débat autour de la reprise des cours n’est en tous cas pas terminé. Après 3 heures de discussions lors de l’assemblée ce matin, l’affrontement continue dans les couloirs, sur Facebook, sur Twitter... Et le président de l’université Yves Lecointe y a mis son grain de sable dans Le Parisien en déclarant qu’avec la poursuite du blocage, c’est l’année universitaire entière qui risque d’être menacée.

Tension entre la ministre et les enseignants

Et alors que les étudiants, enseignants et personnels de l’université vont se joindre aux cortèges du mouvement social jeudi 19 mars, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse, a annulé sa participation à un débat public sur l’université dans le cadre du Forum Libération à Rennes ce vendredi à Rennes. Des étudiants rennais, mais aussi nantais avaient prévu de se joindre aux discussions... Le débat opposera finalement Jean-Baptiste Prévost, président de l’Unef, et Benoist Apparu, ancien rapporteur UMP de la loi LRU (loi sur l’enseignement).

Par ailleurs, Valérie Pécresse a adressé aux présidents d’universités une circulaire pour leur rappeler l’obligation de demander aux grévistes de se déclarer individuellement afin d’opérer aux retenues de salaire, "un simple rappel à la loi". Le secrétaire général de la FSU Gérard Aschieri a qualifié cette mise au point de "provocation" . Et il poursuit, dans France Soir : "C’est une règle indivisible. Que les professeurs soient en grève une heure ou une journée, le prélèvement sera le même".

LIRE AUSSI : Blocage de l’Université de Nantes : ça se disloque (article du mardi 24 mars)

Mots-clés