evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 16e > Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent > Yves Saint Laurent 1971. La collection du scandale en sa Fondation

Yves Saint Laurent 1971. La collection du scandale en sa Fondation

lundi 27 novembre 2017, par André Balbo

Jusqu’au 19 juillet 2015, une exposition sur la collection du couturier qui s’inspirait des années très particulières marquées par la Seconde Guerre mondiale, et, pire, de l’Occupation allemande... Sulfureuse, avec ses épaules carrées, ses maquillages outrés, elle lançait un courant rétro avec ampleur et violence.

Ce fut un défilé très spécial qui choqua aussi bien les plus de 200 invités que les critiques et les journalistes. D’autant qu’Yves Saint Laurent revendiqua clairement qu’il s’était inspiré de cette élégance-là, celle des années honnies quand l’occupant allemand était à Paris chez lui, en vainqueur. Le Figaro soulignait le 31 janvier 1971 de façon mélodramatique l’écart de style d’un couturier "qui a la nostalgie de cette époque... et l’excuse de ne pas l’avoir connue".

Et Saint Laurent répliquait : "Ce que je veux ? Choquer les gens, les forcer à réfléchir. (...) Les jeunes, eux, n’ont pas de souvenirs."

Pour Olivier Saillard, la collection avec ses 80 modèles, pourtant préventivement nommée "Libération", "faisait entrer avec fracas la mode dans son histoire contemporaine". Ne fut-ce pas l’une des toutes premières mode rétro de l’histoire de la Haute Couture ? Celle qui brisa le carcan de l’académisme, et lui permettait enfin d’aller batifoler dans la cour de récréation du travestissement, de l’image, du jeu et du spectacle.

Manteau de renard vert. Collection haute couture printemps-été 1971. Photo Sophie Carre

Alors que la mode elle-même qui la précédait, celle des cours, comme celle des coquettes, avait eu de tout temps cette pratique, qui rappelant le vaporeux des robes, les poitrines offertes aux regards, les ports de tête magnifiés, les bijoux d’antiques civilisations, ou la plumasserie d’autre continent.

Il est vrai que, depuis Saint Laurent, le perpétuel ressac de la mode s’est installé dans un cycle systémique qui n’oubliera chronologiquement plus aucun emprunt. Nous pouvons lui accorder cette confiance. La roue tourne et tournera encore.

Il disait encore : "Du péplum au collant, tout a été fait et refait cent fois. Le costume hippie, c’était emprunté à l’Orient, le short, c’est emprunté aux stades et pourtant ce
sont des apports nouveaux dans la mode. Et aucun ne vient de la haute couture. La haute couture ne sécrète plus que des nostalgies et des interdits. Comme une vieille dame. Je me moque que mes robes plissées ou drapées évoquent pour des gens cultivés la mode des années 1940. L’important c’est que les filles jeunes qui, elles, n’ont jamais connu cette mode, aient envie de les porter." Et toc ! Que répondre à cela ?

Adieu, vieilles gloires et esthétique de naphtaline... quelques semaines avant le défilé, Coco Chanel qui n’avait que trop bien connu l’élégance et le luxe de la collaboration, venait de disparaitre. Parlons-en de la mode rétro des années 1940 ! Il y aurait beaucoup à en dire. Dans cette exposition, les modèles pétillent. Encore aujourd’hui.


Yves Saint Laurent. Planche de la collection haute couture printemps-été 1971

Yves Saint Laurent 1971. La collection du scandale, du 19 mars au 19 juillet 2015, à la Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent, 3 rue Léonce Reynaud, 75016 Paris, 01 44 31 64 31. Métro Alma-Marceau. Ouvert tlj sauf le lundi de 11 à 18h (dernière entrée à 17h30). Fermé hors période d’exposition temporaire ainsi que les 1er janvier, 1er mai, 8 mai, 14 juillet, 15 août et 25 décembre. Exposition accessible aux personnes handicapées. 7 ou 5€ (pour les étudiants et les moins de 18 ans sur présentation d’un justificatif de moins d’un an).

***

Vous retrouverez dans l’article Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences dans : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.