eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Idées de voyages > Guide de voyage France > Visiter la Provence-Côte d’Azur > la villa Noailles, un lieu dédié à la création contemporaine

la villa Noailles, un lieu dédié à la création contemporaine

Dernière mise à jour : vendredi 16 septembre 2011, par Franck Beaumont

Ancienne propriété des mécènes Charles et Marie-Laure de Noailles, la villa Noailles située à Hyères est aujourd’hui dédiée à la création contemporaine, et plus particulièrement à l’architecture, le design, la photographie et la mode.

Historique du lieu.

Dotés tous les deux d’une belle fortune, le vicomte et la vicomtesse de Noailles ont plus qu’aucun autre couple compris les devoirs qu’impose la fortune, c’est-à-dire servir la beauté soit en aidant les poètes et les peintres, soit en forçant l’imagination des gens du monde par des fêtes.

A Paris, ils vivent dans le somptueux hôtel Bischoffsheim, place des Etats-Unis, que Marie-Laure tient de son père, un richissime banquier. Amie de Jean Cocteau, Marie-Laure a été initiée par lui aux avant-gardes à partir de 1918. Mariés en 1923, le couple reçoit en cadeau de mariage un terrain situé sur les hauteurs de Hyères. Passionnés par la Modernité à l’oeuvre en Architecture (les années 1920), ils contactent Mies van der Rohe, Le Corbusier, puis Robert Mallet-Stevens qui sera l’architecte retenu. Le chantier débute en 1924 sous la conduite de Léon David pour le compte de Mallet-Stevens.

Le projet est de déployer cette habitation sur la pente de la colline d’Hyères de manière à jouir au mieux de la vue du soleil. La villa se veut à l’origine "une petite maison intéressante à habiter" mais elle ne cessera d’être agrandie pour mesurer au final 1.800 m2 ! Pour Mallet-Stevens, sans être un manifeste en soi, cette villa sera sa première oeuvre construite (1924-1933) et lui apportera une certaine notoriété. L’architecte conçoit une villa minimaliste dans les formes, assemblages de cubes dont on identifie au premier coup d’oeil des lignes horizontales aux arêtes vives ( avec des volumes en retraits, décrochements, toits-terrasses, grandes ouvertures répétitives) organisées autour d’un axe vertical fort : le belvédère, tel une réminiscence de tour médiévale, qui permet d’admirer le point de vue. Hélas, ce belvédère conçu comme un axe majeur sera détruit dès 1925 contre l’avis de Mallet-Stevens ; il en subsiste l’escalier, qui ne mène nulle part. Cette villa est pensée comme une véritable sculpture non figurative, proche du cubisme, sans aucun ornement, avec des façades laissées brutes.

De la petite villa, les Noailles ne cesseront d’augmenter les volumes : une première annexe pour les nombreux amis, puis la petite villa (1926), le salon rose (1927), la piscine (1928), le gymnase (1927-1930), la salle de squash (1932-1933).

A l’intérieur, les propriétaires font appel aux décorateurs et designers les plus novateurs de leur époque : Djo-Bourgeois, Eileen Gray, Pierre Chareau, Francis Jourdain, Dominique, Klotz, Perzel, Prou, puis plus tard aux Hollandais Sybold van Ravenstein et Theo van Doesburg, et enfin à Jean-Michel Frank. Pour le mobilier, on peut également citer Jean-Charles Moreux, Ravenstein, Marcel Breuer.

Pour le jardin, les Noailles font appel à Gabriel Guévrékian pour réaliser un Jardin sur le terrain triangulaire situé en contrebas du parvis. Restauré, c’est un des bijoux du lieu.

C’est dans ce cadre idyllique et inspirant ouvert sur la mer que les Noailles organiseront mécénat et recevront les artistes majeurs des avant-gardes entre les deux guerres et jusquà la fin des années 1960 : Man Ray, Jean Cocteau, Constantin Brancusi, Jean prouvé, Marcel Breueur, Picabia, Jacques Lipchitz, Henri Laurens, Luis Bunuel, Francis Poulenc, Stravinsky, Balthus, Giacometti, Oscar Dominguez, etc.

En 1970 disparaît Marie-Laure de Noailles. Son mari vent la villa à la ville de Hyères en 1973 avant de disparaître lui-même en 1981. Elle est alors fort dégradée, pillée, squattée, dévastée. Les restaurations seront longues et le projet de la ville d’Hyères inespéré pour la sauver de la destruction. Elle sera inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques dès 1975. Après une première tranche de travaux de 1989 à 1995, la villa Noailles est ouverte au public pour y présenter des expositions, et s ’ouvre très vite à une programmation d’expositions et à la résidence d’artistes et d’ateliers consacrés principalement à l’Architecture, la Mode, le Design et la Photographie.

exposition permanente.

L’exposition "Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes" permet de découvrir les liens entre ce couple mythique qui a régné sur le monde des Arts et l’avant-garde artistique, et sur leur mécénat.

Empruntées auprès d’archives institutionnelles ou de collectionneurs privés, de nouvelles oeuvres, rarement exposées au grand public, viennent dialoguer avec les sculptures de Giacometti, une sculpture de Man Ray, des oeuvres de Georges Hugnet, un portrait de René Crevel par Valentine Hugo, de nouveaux collages de Max Ernst. Le mécénat littéraire est illustré par l’exposition du manuscrit de « L’histoire de l’oeil » de Georges Bataille acquis en 1929 par les Noailles. Dans le Salon rose est présenté un ensemble exceptionnel de Jacques Lipchitz, dont la sculpture Figure Debout de 1916 qui n’avait pas été exposée depuis 1930. De nombreux documents, manuscrits, éditions originales, photographies viennent dévoiler les dernières découvertes, et notamment le mécénat et les relations entre les Noailles et de jeunes galeristes des années 60 et 70, comme Iris Clert ou Dino di Meo qui deviendront deux des galeristes phares du renouveau artistique français. Ces nouvelles données non seulement appellent à de nouvelles interprétations mais offrent l’occasion, une fois de plus, de re-évaluer l’importance d’un mécénat qui traversa le XXe siècle.

Cette exposition prend place dans la partie initiale de la villa : dans les salons, les salles à manger, les chambres d’ami du rez-de-jardin, les chambres de Monsieur et de Madame, la chambre d’ami du dernier étage (environ 250m2 au total). Elle fait le lien par sa scénographie avec la création contemporaine, et permet de découvrir les volumes imaginés par Mallet-Stevens, sans oublier le merveilleux jardin de Gabriel Guévrékian.

expositions temporaires.

Plusieurs moments de l’année sont ponctués par des expositions monographiques (architecture, photographie, design) et des événements pérennes.

Ainsi la villa accueille chaque année (fin avril-début mai) le festival international de Mode et de Photographie. 10 stylistes et 10 photographes français et internationaux y sont sélectionnés et concourent. Cette manifestation est devenue un vrai tremplin pour les jeunes créateurs en quête de notoriété.

La villa propose également chaque année un Festival international de Design (début juillet), où un concours ouvert aux jeunes designers du monde entier (10 sont en compétition) réunit exposition et rencontres. L’exposition des travaux dure tout l’été.

Cette année, jusqu’au 2 octobre, vous pouvez découvrir à la villa Noailles les travaux réalisés par les concurrents du 6e Festival qui s’est déroulé en juillet 2011.

OÙ DORMIR À HYÈRES :

Si vous souhaitez séjourner à Hyères, nous vous recommandons le Castel Pierre Lisse, une belle demeure en pierre du XIXe siècle, qui jouit d’un panorama exceptionnel sur la ville et les îles à l’horizon. Proposant des chambres d’hôtes de charme, le lieu dispose de 5 chambres vastes et d’une piscine, d’un parking privé et d’un accès internet. Chambre double à partir de 95 € en basse saison, 125 € en haute saison. Des expositions d’artistes contemporains y sont organisées. Adresse : 1 rue du Château, Hyères. Tel : 04.94.31.11.18

Adresse

Montée de Noailles, 83400 Hyères

Horaires

Ouverte tous les jours sauf mardi et jours fériés de 14h à 19h.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.