eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 5e > Actualités Paris 5e > Vie de quartier, Paris 5e > Vie citoyenne, Paris 5e > Résultats des municipales dans le 5e arrondissement à Paris

Résultats des municipales dans le 5e arrondissement à Paris

Dernière mise à jour : vendredi 27 janvier 2017, par Benoît

Le 5e pouvait basculer à gauche en 2014... Afin d’éviter de faire perdre la droite, Dominique Tiberi, arrivé en 3e position au 1er tour et avec suffisamment de voix pour se maintenir au second, a décidé de rejoindre la liste de Florence Berthout. Avec succès : la liste UMP devance la liste PS de quelques centaines de voix au 2nd tour.

Retrouvez ici les résultats à Paris et dans tous ses arrondissements.

RÉSULTATS CONFIRMÉS DU 2nd TOUR

Florence Berthout - liste UMP-UDI-Modem (avec Dominique Tiberi) : 51,3% (11.720 voix)
Marie-Christine Lemardeley - liste PS-PC-PRG : 48,7% (11.127 voix)

RÉSULTATS DÉFINITIFS DU 1er TOUR

Selon les résultats publiés sur le site Web de la mairie de Paris, la liste PS menée par Marie-Christine Lemardeley est assez nettement en tête, avec près de 34%, mais Dominique Tiberi, fils du maire actuel, est en mesure de se maintenir au 2nd tour. A moins qu’il ne choisisse de s’effacer derrière Florence Berthout... A suivre !

Marie-Christine Lemardeley - liste PS-PC-PRG : 33,9%
Florence Berthout - liste UMP-UDI-Modem : 28,5%
Dominique Tiberi - liste "Ensemble pour le 5e" (dissident UMP) : 19,4%

Laurent Audoin - liste EELV : 8,9%
Martine Masson-Chrétien - liste Front de gauche : 4,4%
Lucia Laporte - liste FN : 3,6%
Blandine Rossand - liste "Alliance royale, Cœur de Paris" : 0,6%
Gabrielle Frija - liste LO : 0,6%

LES CANDIDATS

Jean Tiberi en 2007. - CCÀ DROITE. S’il n’en finit pas avec ses ennuis judiciaires, Jean Tiberi est sans contestation possible le personnage central de la vie politique du 5e depuis 30 ans ! Élu maire dès 1983, il n’a quitté la mairie d’arrondissement que pour s’installer à l’Hôtel de Ville de Paris entre 1995 et 2001. Mais voilà... Ses ennuis judiciaires, justement, reviennent à la surface puisqu’il a été jugé mi-mars 2013 dans la vieille affaire des faux électeurs. Bilan : de la prison avec sursis et 3 ans d’inégibilité mais... il s’est pourvu en cassation et aurait pu se présenter en 2014. Son successeur ? "Ce sera moi ou Dominique", déclarait Jean Tibéri dans Le Monde le 16 février 2013. Dominique ? Dominique Tiberi, fils de Jean, adjoint au maire du 5e chargé des commerçants et artisans, du sport et de la jeunesse, de la sécurité et de la prévention. Problème : depuis, Nathalie Kosciusko-Morizet a été désignée candidate de l’UMP à Paris et l’ex-ministre n’est pas favorable à une candidature de Jean Tiberi. Résultat : l’UMP a investi la directrice générale du parc de la Villette Florence Berthout et Dominique Tiberi se présente en dissident.

À GAUCHE. Le 5e ne fait pas partie de ces arrondissements "acquis" à la droite. Si Lyne Cohen-Solal, l’opposante historique de Jean Tibéri, n’a jamais réussi à le faire trébucher en 5 élections, les scores récents ont été très serrés. En mars 2008, Jean Tibéri l’avait emporté pour 200 voix... L’adjointe de Bertrand Delanoë chargée du commerce et de l’artisanat, 66 ans, souhaitait se présenter à en croire ses rares déclarations sur le sujet. Tout comme Bernard Rullier, conseiller parlementaire au cabinet de François Hollande. Ce dernier avait même lancé dès le printemps 2013 une véritable offensive pour convaincre Anne Hidalgo, la fédération PS de Paris et les militants du 5e de le désigner tête de liste. La fédération PS et Anne Hidalgo ont finalement tranché : leur choix se porte sur une candidate issue de la société civile, Marie-Christine Lemardeley, présidente de l’université Sorbonne nouvelle-Paris III. Problème : si Lyne Cohen-Solal ne s’est pas faite entendre suite à la révélation de cette décision, Bernard Rullier ne voulait pas se laisser faire. Dans un communiqué diffusé mercredi 28 août, il alerte le PS parisien : "La tête de liste socialiste dans le 5ème arrondissement devra cumuler trois atouts essentiels : un fort ancrage local face à un adversaire particulièrement bien implanté après plus de 30 ans de gestion municipale, un engagement politique fort et sans ambigüité à gauche et, surtout, un soutien total de la part des militants." Vendredi 30 août, une assemblée générale extraordinaire de la section du 5e a été le cadre de la rébellion des militants selon Le Lab qui cite Axel Rabourdin, le secrétaire de section : "Les militants demandent à désigner leur candidat par un vote pluraliste. Certains sont favorables à la candidature de Marie-Christine Lemardeley mais ça ne les empêche pas de protester contre le fait de ne pas être consultés. Ils veulent avoir leur mot à dire." Dimanche 1er septembre, Métro annonce "une logique d’apaisement" dans le camp de Bernard Rullier, qui a toujours affirmé qu’il n’entrerait pas en dissidence. Fin de la pagaille...

PROBLÉMATIQUES LOCALES

Nuisances sonores. Des mesures ont été prises en 2010 concernant les nuisances nocturnes autour de la rue Mouffetard et dans le bas Quartier sur la place Saint-Michel ou le boulevard Saint-Germain. Efficaces ? À la prochaine équipe de décider quelle sera la nouvelle stratégie municipale. Retrouvez ici notre forum sécurité dédié au 5e arrondissement.

Propreté. En 2011, Jean Tibéri a porté aux côtés de plusieurs maires d’arrondissement de droite le thème de la lutte pour la propreté à Paris. Retrouvez ici notre débat sur le sujet.

Messages

  • HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE :

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l’époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l’Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l’ isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd’hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez : Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d’Evian n’effacent pas le passé, mais l’avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.