eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Loisirs dans le Marais, Paris > Musées, Centres culturels et Galeries, Le Marais > Fondation Henri Cartier-Bresson HCB > Exposition de l’Américain Eggleston à la Fondation HCB

Exposition de l’Américain Eggleston à la Fondation HCB

Dernière mise à jour : mercredi 15 juin 2016, par Expositions

Du 9 septembre au 21 décembre 2014, une centaine d’épreuves, N & B et couleur, du photographe américain William Eggleston.

William Eggleston est un photographe américain né en 1939 à Memphis (Tennessee), et ses images montrent le Sud dans son quotidien, ses objets, ses gens, ses sujets ordinaires.

Ses premières influences fortes en photographies vinrent de l’Américain Robert Frank et du livre Le Moment décisif, de Henri Cartier-Bresson. Il sut prendre comme photographe le point de vue du "chien" (du sol), de la "mouche" (du plafond), ou de la grosse voiture américaine... très présente !

Ses images furent longtemps en Noir & Blanc, jusqu’à ses essais en 1965 avec une pellicule couleur, qui parvinrent à le convaincre. Sa première image en couleur fut ce jeune homme rangeant les caddies.

Ses personnages posent souvent, comme hébétés. Ce sont des moments d’attente, en suspension. Une secrétaire, avant de reposer son combiné téléphonique (à fil, bien sûr !) surveille la petite lumière qui lui indiquera que la communication qu’elle passe aura bien été prise ; un garçon dans un magasin, affalé sur les marchandises, grimaçant et les mains dans les poches, s’emmerde ; un client de drugstore, de dos, dégingandé, regarde la femme de ménage bosser... Ou surpris dans une action, ses personnages son stoppés par la présence, souvent non dissimulée du photographe.

Quand il y a des couleurs, elles sont à la fois fortes et passées, comme léchées et voisines, cousines de celles des images publicitaires. Fascination de la consommation, des marchandises qui se répètent, de l’électroménager et du skaï... Le rouleau à bigoudis n’est jamais très loin, et les choucroutes de certaines coiffures... sont comparées parfois, par rapprochements, à des barbe-à-papa !

C’est le Sud des États-Unis, un monde en suspens, entre la consommation et l’ennui. Résumé de la posture de tous les ennuis : une silhouette de femme dont la tête et le dessous des genoux sont hors cadre... Un monde un peu immobile, en attente d’un événement improbable. Vastes ciels et forces des couleurs des réclames des années 1960 et 1970.

Sur l’image, remarquons les ombres, celles des personnages comme celle du photographe... Soleil couchant, tension vers l’achat. Du Noir & Blanc à la Couleur. Un cheminement...

William Eggleston, Sans titre, Los Alamos, 1965-1974 / © William Eggleston / Courtesy Wilson Center for Photography

Effets de perspectives des briques d’immeubles, produits identiques de consommation rangés tout aussi bien. Ce rêve américain, s’il peut satisfaire les besoins les plus communs, ne laissait apparemment que peu de place à la poésie ou à la fantaisie.

William Eggleston appréciait la compagnie, l’entourage et les idées d’Andy Warhol. Cela tient de l’évidence. La critique loge dans la répétition et dans la force avec lesquelles les couleurs nous attirent vers des marchandises devenues bien quelconques.

Pourtant, ces couleurs, ces matières, sont aujourd’hui "vintage à mort" ! Viennent-elles du passé ou nous disent-elles que nous les reverrons certainement un jour ! Par snobisme

Pour le photographe, à cette époque, l’exotisme résidait dans la nouveauté de cette agressive consommation offerte au désir de chacun : les caddies, les centres commerciaux, les stations d’essence, et les voitures si grandes...

On retrouvera, parmi cette centaine de clichés, ses premiers cadrages de photographies Noir et Blanc, où l’influence de Cartier-Bresson est parfois perceptible, mais en pénétrant dans le monde de la couleur, l’attention aux autres commencera à se transformer. Ne pourrions-nous pas dire que de la répétition d’objets aux couleurs si véhémentes ne pouvait que naître une critique sociale ?

Ces Américains avaient visiblement tout, mais il leur manquait le reste. Et ces images nous font assez bien comprendre l’apparition à cette époque du fantasmatique Tiki Pop, qui fait l’objet d’une exposition au Quai Branly

William Eggleston : Du Noir & Blanc à la Couleur, du 10 septembre au 21 décembre 2014, à la Fondation Henri Cartier-Bresson, 2 impasse Lebouis 75014 Paris, Métro Gaîté ou Edgar Quinet, contact@henricartierbresson.org. 01 56 80 27 00, du mardi au dimanche de 13 à 18h30, nocturne le mercredi jusqu’à 20h30, le samedi de 11h à 18h45. 7 ou 4€.

Voir aussi aux étages supérieurs de la Fondation Henri-Cartier-Bresson quelques-uns de ses clichés iconiques, et des dessins bien brossés.

***

Vous retrouverez dans l’article 2014 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2014 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Nous avons établi notre sélection, avec PARIS 2014 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Et bien sûr pour Paris :

Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z
Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques expositions 2014 pour Bruxelles et Londres, Genève, Bâle, Amsterdam...

André Balbo

sources : Visite, Fondation HCB

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.