evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Paris > Transports à Paris > Voitures à Paris > Et il n’y aura plus d’accidents…grâce aux voitures d’après-demain

Et il n’y aura plus d’accidents…grâce aux voitures d’après-demain

vendredi 6 octobre 2017, par André Balbo

© René Trégouët

René Trégouët, fondateur du Groupe de Prospective du Sénat, vigie attentive des recherches de ce domaine, sait avec des risques d’erreurs d’appréciation infimes de quoi sera fait le quotidien de notre sur-lendemain. Explorons avec lui ce futur…

Parmi ses nombreux sujets de prédilection, les modes de déplacement fascinent René Trégouët. Dans nos grandes villes, donc à Paris, il pense que dans un délai très court (2020 ?) la pression des populations aura très certainement déjà contraint les pouvoirs publics à faire de grands progrès en termes de pollution.

Plus aucun moteur thermique ne sera toléré dans la ville. Plus d’essence, plus de gas-oil. Et plus de bus non plus, évidemment.

Les rues auront été reconquises par les végétaux et les piétons. Des petits modules de 4 à 6 places s’agglutineront par intermittence en trains. Ils seront dans un premier temps propulsés par des moteurs électriques, puis par des moteurs à hydrogène dont les seuls rejets se résumeront à un peu d’eau.

En 2020 il n’y aura plus de différence entre module public et module privé, transports publics transports privés.

En zone urbaine, il n’y aura plus de conducteur particulier. Les déplacements de ces « monospaces » seront gérés par un complexe d’informatique, de systèmes d’automatisation et de robotique. Cette conduite, disons pour simplifier automatisée, fera de votre trajet une succession d’accrochages et décrochages de trains composés d’autres modules, agglutinés, tout comme le vôtre, temporairement, le temps de l’opportunité d’un morceau commun de trajectoire.

© André Balbo

D’un module à l’autre, l’écart ne sera que de quelques dizaines de centimètres. La préservation de cet écart évitera tout choc frontal comme latéral, du dessous comme du dessus. Plus d’accidents. Plus jamais ou vraiment très, très rarement. La machine ne le supporterait pas puisqu’elle ne l’a pas prévu. En revanche elle dispose de système anti collision, de système, plus que d’assistance à la conduite de prise en charge momentanée de la conduite, et système de vigilance.

À l’entrée des villes, au moment où l’automatisation prend le volant à votre place, il sera très possible, le moteur de votre véhicule étant encore momentanément hybride, que le moteur thermique soit arrêté et celui à hydrogène enclenché. Indiquez votre destination… Vous êtes pris en charge, bonjour !

Il est aussi très possible que l’ensemble de vos trajets vous soit facturé de façon périodique, sous forme un peu comparable aux choix forfaitaires un peu individualisés de votre téléphone mobile actuel.

Peut-être ne serez-vous d’ailleurs même plus propriétaire de votre véhicule. Nous serons encore bien davantage engoncés dans une société de services.

Tout cela est détaillé dans la lettre hebdomadaire gratuite du Sénateur Honoraire René Trégouët. Ces informations ont aujourd’hui 13 ans. Elles n’ont pourtant pas pris une ride. Nous y sommes… www.tregouet.org/rubrique.php3?id_rubrique=8.

Lire aussi :
La Cité des sciences se penche aussi sur les transports
Circuler. Quand nos mouvements façonnent les villes", à la Cité de l’architecture

André Balbo

source : René Trégouët

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.