evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Actualités Paris 8e > Sorties dans Paris 8e > Expositions, Paris 8e > Évènements et expositions au Grand Palais > L’épopée du Cinématographe Lumière, commencée il y a 120 ans, fait exposition au (...)

L’épopée du Cinématographe Lumière, commencée il y a 120 ans, fait exposition au Grand Palais

vendredi 6 octobre 2017, par André Balbo

Du 27 mars au 14 juin 2015, dans le Salon d’Honneur du Grand Palais

Thierry Frémaux et Jacques Gerber sont les commissaires de l’exposition "Lumière ! Le cinéma inventé", entièrement produite par l’Institut Lumière, toujours situé à Lyon-Monplaisir, lieu du tout 1er de leurs films, La Sortie de l’usine Lumière à Lyon.

Cet événement est le clou de la célébration des 120 ans de l’invention du cinématographe Lumière, puisque ce premier tournage eut lieu le 19 mars 1895 à Lyon, et la présentation de l’invention comme des premières « vues cinématographiques » tournées en série à Lyon, leur ville d’origine, à Paris ou à La Ciotat, le 22 mars à Paris. Quasi immédiateté et vitesse de déplacement déjà des médias... ou vitesse de diffusion des inventions et découvertes.

Le 28 décembre 1895 eut lieu au Salon Indien du Grand Café (Hôtel Scribe), boulevard des Capucines, la première séance publique payante avec 10 films. Ce fut là qu’Antoine Lumière refusa de vendre ce brevet à l’enthousiaste Georges Méliès lui disant en substance : "Vous me remercierez plus tard, jeune homme. Cette invention, que nous pensons exploiter nous-mêmes, aurait immanquablement entrainé votre ruine".

Cette prévention ne devait pourtant pas sauver le magicien Méliès de la faillite. Il finira en vendant des jouets aux enfants dans un kiosque vers Montparnasse, ayant sauver sa fierté et sa bonne humeur, comme le couturier Paul Poiret, dans un situation analogue. Mais l’ingénieux entrepreneur - producteur - réalisateur qu’était Georges Méliès avait créé avant cela à Montreuil un studio aux parois de verre adapté à ses trucages géniaux et laissé bon nombre de films aussi savoureux que Le Voyage dans la Lune.

La célébration de la découverte du cinéma Lumière reprendra en 2016, parce que, dès 1896, les premiers opérateurs de Louis Lumière étaient dépêchés à travers le monde pour ramener des images de toute la planète. Pour "apporter le monde au monde".

Il est judicieux que cette grande exposition consacrée à l’épopée du Cinématographe et à toute l’œuvre de la famille Lumière puisse se tenir au Grand Palais, construit pour l’Exposition universelle de 1900, dont Louis (1864-1948) et Auguste (1862-1954) avaient été parmi les grandes vedettes.

http://youtu.be/OYpKZx090UE
La sortie de l’usine Lumière à Lyon

Rappelons ici qu’ils n’inventèrent pas le cinéma mais le cinéma public. En effet avec le kinétographe de l’Américain Thomas Edison et de son assistant William Kennedy Laurie Dickson, il n’était possible qu’à un spectateur à la fois de visionner des images en mouvement.

Avec l’invention des frères Lumière et leurs petits films de 17 minutes et de 50 secondes, un véritable spectacle photographique en mouvement pouvait être projeté devant un public assemblé. Une salle entière allait partager les mêmes émotions. On se souvient par exemple des frayeurs du public à la projection de L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat, des attendrissements collectifs pour Le Repas de bébé, ou des éclats de rires suscités par l’Arroseur arrosé.

La célébrissime Sortie de l’usine Lumière à Lyon connut plusieurs versions successives, tournées sensiblement les mêmes jours, sans voiture à cheval, avec voiture à un puis deux chevaux. En clins d’œil, il a été demandé à 6 cinéastes contemporains prestigieux, dont Cimino, Tarentino, et Dolan, d’en réaliser leur propre version...

Maîtrisant la qualité de la photographie, celle de l’image et ses évolutions, les frères Lumière, puis leurs opérateurs, furent les précurseurs de bien des éléments du langage cinématographique : travelling, suspense, usage de la diagonale, comique de répétition, mise en valeur des différents arts, etc, etc.

http://youtu.be/1dgLEDdFddk
L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat

Louis Lumière (et par contrat son frère Auguste) n’était pas qu’un inventeur (près de 200 brevets déposés essentiellement dans le domaine de la photographie !) et un génie de la technique inventant le cinéma sans le savoir. L’événement démontre en quoi son œuvre est d’une richesse, d’une créativité et d’une modernité encore parfaitement méconnues.

En effet les Lumière, au-delà du cinéma, dédiaient leur vie aux images avec par exemple, en 1903, l’invention de la photographie en couleurs par les Autochromes, que Louis préférait d’ailleurs au cinématographe.

L’exposition aborde, en plus de l’invention du Cinématographe, les autres dimensions de l’épopée industrielle et artistique de la famille Lumière, dont le frère, Auguste, invente le tulle gras qui sauve des milliers de grands brûlés pendant la Grande Guerre, et le père, Antoine, peintre et photographe, amateur du Kinétoscope Edison, ami de Nadar et des poètes, incite ses enfants à inventer le Cinématographe.

http://youtu.be/UlbiNuT7EDI
L’Arroseur arrosé

Le parcours de cette exposition montre les images, fixes et animées, et permet de recréer l’émerveillement originel.

Ainsi une salle de projection est-elle reconstituée selon l’idée que le décorateur Jacques Grange se fait de ce qu’était le Salon Indien du Grand Café.

Dans une salle contemporaine, des Ipads programmés permettent de visionner la totalité des 1 500 films, véritable gisement patrimonial d’une durée totale de 20 heures. Ils sont montrés pour la première fois dans leur intégralité. L’exposition retrace la petite et la grande Histoire, son parcours faisant la part belle à l’émotion, et à la force de l’écriture cinématographique des films Lumière, sans négliger les évolutions technologiques qui ont conduit le cinéma mondial où il en est aujourd’hui.

L’exposition aborde également d’autres dimensions de cette aventure industrielle et artistique : les origines sociales, la photographie en noir et blanc, puis en couleur, les divers procédés mis au point autour du Cinématographe, le site industriel des usines lyonnaises et l’expansion mondiale, le talent de peintre et photographe, du père Antoine.

Bénéficiant des dernières techniques liées au numérique, l’exposition fait appel à la sensibilité des spectateurs et à l’émotion, exposant aussi les trésors des collections de l’Institut Lumière : archives privées et familiales, appareils, et documents graphiques.

L’exposition met enfin en valeur... l’apparition du cinéma numérique. En 1995, lors de la précédente commémoration, le cinéma restait sensiblement inchangé depuis un siècle. Depuis, le numérique a définitivement remplacé l’argentique. Ainsi est-ce donc également l’occasion de saluer ce passé autant que de s’interroger sur le devenir des images, et sur les territoires du futur technologique que les héritiers de Lumière, d’Edison, de Marey, de Demeny ou de Muybridge explorent à l’aube du XXIe siècle.

Et si la première séance est projetée en 35mm avec les 10 « vues » Lumière restaurées, l’exposition permet aussi, grâce à des techniques numériques jamais employées dans une exposition, de découvrir l’ensemble du patrimoine Lumière comme on ne l’avait jusqu’à présent jamais vu.

Une sélection de 200 films Lumière ont été restaurés en numérique 4K (DVD blue ray), avec le soutien du CNC et de la Fondation du Patrimoine.

Pour la saveur de l’anecdote, sachez que le nom Lumière serait vraisemblablement venu de ce qu’un ancêtre de la famille... allumait les réverbères en Haute-Saône...

Lumière ! Le cinéma inventé, du 27 mars au 14 juin 2015, au Salon d’Honneur du Grand Palais, entrée square Jean-Perrin, Champs-Elysées, avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris. Métro Franklin-D.-Roosevelt, ou Champs-Elysées-Clemenceau. Dimanche et lundi de 10 à 20h. Mercredi, jeudi, vendredi, samedi de 10 à 22h. Mardi : visites groupées et privatisations possibles sur inscriptions. 13 ou 9€. Gratuité selon conditions habituelles du Grand Palais. Prévente à partir de la 1ère semaine de février sur www.grandpalais.fr. Visites guidées prévues pour les individuels et les groupes (informations disponibles sur le site du Grand Palais la 1ère semaine de février).

Voir aussi :
- Du 25 mars au 13 juillet 2015. Vélasquez et les siens, au Grand Palais. Galeries nationales.
- Du 1er avril au 3 août 2015. La planète mode de Jean Paul Gaultier. De la rue aux étoiles, au Grand Palais.

***

Vous retrouverez dans l’article Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences dans : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
- Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
- Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
- Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Institut Lumière, Thierry Frémaux & Jacques Gerber, Wikipédia

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.