eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 16e > Musée Marmottan Monet > DERNIERS JOURS de l’exposition-enquête "Impression, soleil levant". Tout sur (...)

DERNIERS JOURS de l’exposition-enquête "Impression, soleil levant". Tout sur l’une des plus célèbres toiles du monde

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Le musée Marmottan révèle, du 18 septembre 2014 au 18 janvier 2015, tout ce que l’on est parvenu à savoir à ce jour de ce tableau, de ce qu’il fut et de ce qu’il devint.

Une véritable enquête policière s’appuyant sur les meilleures techniques d’investigation...

Bien que ce tableau de Claude Monet (1840-1926) soit l’un des plus célèbres au monde, de nombreuses interrogations à son sujet demeuraient : Que représente-t-il ? Le port industriel du Havre, ville où le peintre a grandi. Un soleil levant ou couchant ?

A-t-il été peint en 1872 ou 1873, le catalogue raisonné établi par Daniel Wildenstein étant imprécis sur le sujet ? Qu’est-il devenu après la première exposition impressionniste ?

Comment et pourquoi est-il arrivé en 1940 au musée Marmottan, initialement dédié à l’Empire, et qui n’abritait alors encore aucune peinture impressionniste ? Le musée Marmottan Monet apporte toutes ces précisions lors de cette exposition.


Eugène Boudin, Le Port de Camaret par ciel d’orage, 1873, huile sur toile. Lille ; Palais des beaux-Arts

Monet possédait deux œuvres qu’il gardait chez lui au moment où il fit le célèbre tableau : une aquarelle de Delacroix (Falaises, près de Dieppe, vers 1852-55) et un tableau d’Eugène Boudin (Le Port de Camaret par ciel d’orage, 1873). Ces deux œuvres, que l’on pourrait dire "contextuelles", de Marmottan, sont exposées.

Eugène Delacroix. Falaises près de Dieppe, vers 1852-55. Aquarelle (Paris, Marmottan)

On sait qu’il rangeait alors parmi ses maîtres Boudin, Jongkind, Courbet et Corot. Et que lors de son séjour à Londres, pour fuir la conscription, en 1870, il avait remarqué le travail de Turner... exposé à la Royal Academy près de celui de Lorrain. Il remarquait alors, lors de ses promenades le long de la Tamise à quel point les changements atmosphériques pouvaient modifier la perception que nous avions de notre environnement.

Il est par ailleurs établi que Monet ne transformait pas les paysages qu’il peignait, mais que sa technique était alors en pleine recherche, ou disons en évolution. Il n’inventait pas sur le motif.

En amorce de cette exposition, de savants calculs confiés à des personnalités éminentes ont permis de répondre de manière définitive aux questions concernant le lieu précis et la date auxquels fut fait ce tableau. Les réponses sont à Marmottan.

Signé et daté « Claude Monet 72 », le tableau fut exposé la première fois dans les anciens locaux de Nadar à Paris, 35 boulevard des Capucines, en 1874. Désigné sous le titre Impression, soleil levant, il inspirera à Louis Leroy, ancien peintre paysagiste et critique d’art au journal satirique Le Charivari, le terme ironique et moqueur d’"impressionniste" qui devait par la suite désigner, ils l’adoptèrent avec défi, le groupe d’artistes qui entouraient Claude Monet.

"Impression, j’en étais sûr ; puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là-dedans..." 165 œuvres étaient présentées. C’était le premier événement "impressionniste", la première exposition de la Société anonyme coopérative des peintres, sculpteurs, graveurs qui rassemblait notamment des œuvres de Cézanne, Degas, Monet, Morisot, Pissaro, et Renoir, parmi une trentaine d’artistes.

En mai 1874, le collectionneur Ernest Hoschedé l’acquiert pour 800F. Homme flambeur, il l’achète aussi car on a parlé de lui et qu’il a suscité la polémique. Peu de temps après, ruiné, il le revendra 210F, en 1878, sous le titre Impression, soleil couchant. Cet homme fut brièvement, au temps de sa splendeur, le mécène du peintre, et sa femme, Alice, deviendra par la suite la compagne de Claude Monet.

Le nouveau propriétaire du tableau, le Dr Georges de Bellio, le lègue à sa fille Victorine, qui en fera don au musée Marmottan en 1940.

Entre 1940 et 1959, l’œuvre apparaît encore dans les inventaires, comme dans de nombreux ouvrages, sous le titre Impression ou Impression, soleil couchant. Elle n’y prend le titre d’Impression, soleil levant qu’en 1965. 10 ans plus tard, l’auteur du catalogue raisonné de l’œuvre de Monet, Daniel Wildenstein, faute de documents biographiques retraçant la vie de Monet en 1872, date l’œuvre du printemps 1873, date avérée d’un séjour de Monet en Normandie.

Dans le cadre du 80e anniversaire de l’ouverture du musée Marmottan au public, et à l’occasion du 140e anniversaire de la première exposition d’Impression, soleil levant, le musée Marmottan Monet révèle le fruit de ses enquêtes menées par les commissaires et Donald W. Olson, professeur de physique et d’astronomie à la Texas State University, et organise la 1ère exposition dédiée à cette œuvre éponyme de l’impressionnisme.

Autour de celle-ci, Marmottan présente 25 œuvres de Monet, 55 d’Eugène Delacroix, Gustave Courbet, Eugène Boudin, Johan Barthold Jongking, William Turner, Berthe Morisot, Alfred Stevens, Auguste Renoir, Camille Pissarro, Alfred Sisley, des photographies anciennes par Gustave Le Gray, Émile Letellier, ainsi qu’une vingtaine des documents d’époque souvent inédits.


Claude Monet "Impression, soleil levant, 1872, huile sur toile, 50x65cm, musée Marmottan Monet Paris © Christian Baraja

Ces œuvres et documents proviennent des plus grands musées français et étrangers, de collections particulières, de prestigieuses bibliothèques et archives.

L’exposition recrée l’environnement historique comme artistique du tableau. Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind ouvrent le parcours avec une série de marines, de soleils levants et couchants peints avant 1872. Turner, que Monet découvre à Londres en 1870-71, vient ensuite, et permet de mieux cerner la formation et l’œuvre de Monet au début des années 1870, et donc la genèse d’Impression, soleil levant.

Dans la section suivante, le tableau est présenté parmi un ensemble unique de vues du port du Havre. Citons, le prêt exceptionnel d’une collection particulière américaine de l’Avant port du Havre, effet de nuit, de Monet, rarissime nocturne peint à la même date qu’Impression, soleil levant.

La première étude iconographique de ce tableau, conduite par des équipes française et américaine, s’est appuyée sur des données topographiques, météorologiques et astronomiques. Elle a non seulement permis de confirmer à quel moment Monet avait choisi de peindre : un soleil levant ou un soleil couchant, mais aussi de proposer une datation affinée de l’œuvre au jour près.


Le Train dans la neige. La locomotive, 1872, huile sur toile, Paris, musée Marmottan

Suit une évocation de la première exposition impressionniste à travers deux chefs-d’œuvre de Monet présentés aux côtés d’Impression, soleil levant en 1874 : Le Déjeuner (Städel Museum, Francfort-sur-Main), et Le Boulevard des Capucines (Nelson Atkins Museum, Kansas City). Le livret de l’exposition et un exemplaire de l’édition du Charivari sont également présentés. 19 peintures issues des deux seules collections où figura Impression, soleil levant : celle d’Ernest Hoschedé et celle de Georges de Bellio continuent le parcours.

Pierre-Auguste Renoir, Portrait de Victorine de Bellio, 1892, huile sur toile, 55x46cm, Paris, musée Marmottan Monet, don Victorine et Eugène Donop de Monchy, 1940 © Musée Marmottan Monet Paris / The Bridgeman Art Library - Ancienne collection Georges de Bellio

Des documents rares, dont de nombreux inédits, laissent à penser qu’Impression, soleil levant, n’y occupait pas une place centrale, et fut longtemps oublié et sous estimé. En effet 3 autres tableaux de Monet le supplantaient à la cote : Le Train dans la neige, Le Pont de l’Europe, gare Saint Lazare, et Les Tuileries. Il faudra attendre la publication en 1955 du livre de John Rewald Histoire de l’impressionnisme (en français, chez Albin Michel), pour que la cote de Impression, soleil levant fasse désormais la course en tête.

Par ailleurs, le dépôt de l’œuvre au musée Marmottan fut fait le 1er septembre 1939 pour "risque de guerre". Elle fut évacuée à Chambord, avec les collections du Louvre, et entreposée à l’insu de tous durant 6 ans. Son don au musée fut décidé le 23 mai 1940, quelques jours seulement après le passage des Ardennes par l’armée allemande le 10 mai, et le début de l’occupation allemande.

L’exposition se termine autour de Soleil couchant sur la Seine à Lavacourt (Paris, Petit Palais), qui illustre la pérennité du thème chez Monet et présente les premiers ouvrages de l’après-guerre qui érigèrent Impression, soleil levant au rang d’œuvre fondatrice de l’impressionnisme. C’est bien sûr faux et exagéré, mais il est certain qu’un symbole était né.

Les commissaires de l’exposition sont Marianne Mathieu, adjointe au directeur en charge des collections et de la communication au musée Marmottan Monet, et Dominique Lobstein, historien de l’art, et ancien responsable des peintures à Orsay.

Impression, soleil levant. L’histoire vraie du chef-d’œuvre de Claude Monet, du 18 septembre 2014 au 18 janvier 2015, au musée Marmottan, 2, rue Louis-Boilly, 75016 Paris, Métro La Muette. 01 44 96 50 33. Ouvert du mardi au dimanche 
de 10 à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h. Fermeture les lundis, le 1er mai, le 25 décembre, et le 1er janvier. 11 ou 6,5€ (moins de 18 ans, étudiants de moins de 25 ans, enseignants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, accompagnateurs de personnes handicapées, membres des Amis du Louvre, adhérents de la Maison des Artistes, agents du ministère de l’Intérieur).

***

Vous retrouverez dans l’article 2014 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2014 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Nous avons établi notre sélection, avec PARIS 2014 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :

Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et bien sûr pour Paris :

Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z
Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques expositions 2014 pour Bruxelles et Londres, Genève, Bâle, Amsterdam...

André Balbo

sources : musée Marmottan Monet