eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Actualités Paris 8e > Sorties dans Paris 8e > Expositions, Paris 8e > Évènements au Grand Palais > Exposition gratuite Sites du patrimoine universel, de Bâmiyân à (...)

Exposition gratuite Sites du patrimoine universel, de Bâmiyân à Palmyre

Dernière mise à jour : lundi 16 janvier 2017, par Expositions

Du 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017 au Grand Palais, Galerie Sud-Est.

Sous le haut patronage de l’Unesco, la Rmn-Grand Palais et le Louvre présentent une exposition gratuite pour découvrir ou redécouvrir les splendeurs de grands sites archéologiques comme Bâmyiân, Khorsabad, Palmyre, la Mosquée des Omeyyades de Damas et le Krak des Chevaliers.

Ce sont des sites du patrimoine universel devenus aujourd’hui inaccessibles et dangereux du fait des conflits en Afghanistan et au Moyen Orient.

Cette exposition, que les organisateurs ont voulue gratuite, a pour ambition de sensibiliser le grand public à la notion de patrimoine en danger par l’évocation de ces sites emblématiques.

Lion couché rugissant. Bronze. Khorsabad, trouvé fixé au dallage d’une façade du palais. Musée du Louvre, département des antiquités orientales. L’animal est couché sur un piédestal ; un anneau épais a été fixé sur son dos. Cette sculpture ne servait cependant pas de poids mais était sans doute fixé au sol à côté d’une porte du palais.

Selon Irina Bokova, Directrice générale de l’Unesco : "Le patrimoine est davantage qu’un ensemble de monuments vénérables et de belles pierres, le patrimoine raconte ce que nous sommes. Il incarne dans la diversité des visages et des cultures, les valeurs universelles de notre humanité commune. Quand la culture des peuples est menacée, quand leur patrimoine est attaqué, ce sont ces valeurs et ces droits fondamentaux qui sont visés. C’est l’identité des peuples et leur capacité de résilience et de redressement que l’on veut abattre. C’est pourquoi la protection du patrimoine est inséparable de la protection des vies humaines. Il n’y a pas à choisir entre l’une ou l’autre.

Quand la culture est en première ligne des crises, elle doit être en première ligne de la construction de la paix. C’est pourquoi nous devons aussi répondre à la violence par d’autant plus de culture, de connaissance et de partage, y compris par les moyens qu’offre la technologie.

Nous devons transmettre la valeur de ces sites, expliquer leur signification, raconter leur histoire et montrer la façon dont les cultures se sont enrichies au fil des âges pour créer, par le dialogue, les merveilles que le temps nous a transmis. (...) En nous unissant pour le patrimoine, nous commençons déjà à construire la paix."

Relief funéraire. Calcaire. Palmyre. 1ère moitié du IIIe siècle. "Image de Taimé fils de Malikû fils de Hagegû, hélas ! et de Hadirâ sa mère, hélas !" Banquet funéraire : un homme au pantalon parthe et manteau romain boit dans une coupe ; à ses côtés une femme portant le vêtement traditionnel de Palmyre, arborant de multiples bijoux. Ce relief a sans doute servi de fermeture d’une niche d’une des tours funéraires.

Selon l’ONU, pour la seule Syrie, 24 sites historiques ont été entièrement rasés, et 300 autres endommagés ou pillés.

L’exposition immersive plonge le visiteur au cœur de ces incroyables vestiges grâce à une projection d’images des lieux à 360° dans l’espace d’exposition.

L’émergence de nouvelles techniques de prises de vue par drones et de reconstitutions numériques permettant en effet d’obtenir un relevé de l’état actuel de ces sites devenus pourtant inaccessibles car situés en zone de conflit.

Arche de Palmyre, reconstruction 3D, image 3D, © Iconem/DGAM

Plus fort. Aux images filmées sont intégrées de façon dynamique des documents d’archives, dessins, gravures, photographies anciennes, donnant la mesure de l’évolution des différents sites à travers le temps.

Après une introduction présentant la problématique du patrimoine en danger, l’exposition s’organise en deux sections.

Dans le Site Universel sont projetés 4 films sur 4 sites archéologiques majeurs, dans un panorama à 360°, offrant une immersion inédite au visiteur.

Chaque site apporte un éclairage particulier sur la destruction, la conservation, la restauration de ce patrimoine en danger : le pillage des antiquités et le trafic illégal pour Khorsabad, la reconstruction et ses enjeux pour Palmyre, la (re)découverte archéologique pour la mosquée des Omeyyades, enfin la conservation et la valorisation des ruines pour le Krak des chevaliers.

Chacun des 4 sites est évoqué par une œuvre emblématique du musée du Louvre.

Le Laboratoire des images dédié notamment aux techniques de relevés utilisées par les archéologues et leur évolution à travers les âges, est organisé comme un cabinet de curiosité dans lequel sont présentés, pour chaque site, les différents outils qui ont permis de rendre compte de leurs connaissances : d’abord gravures, peintures, aquarelles, plans, puis photographies et plus récemment images numériques et drones pour proposer des reconstitutions scientifiques.

Les images rapportées par les touristes qui ont pu visiter ces lieux avant leur altération récente et avant qu’ils ne soient rendus inaccessibles par les conflits sont aujourd’hui des supports précieux.

La parole est également donnée à des citoyens des pays touchés notamment syriens et irakiens, archéologues ou profanes, à travers différents témoignages.

Pour la première fois, une reconstitution 3D dynamique, en réalité augmentée, est présentée. Les visiteurs peuvent suivre sur tablette la reproduction interactive et en volume de Palmyre, et notamment observer la destruction de son arche pièce par pièce et sa reconstruction simulée.

Les 4 sites présentés dans l’espace universel sont importants pour 4 civilisations différentes.

Khorsabad, ville de la Haute-Antiquité fondée par le roi Sargon II (713-706 av. J.-C.) dans le Kurdistan irakien, ancienne Ninive, fût l’une des capitales du grand empire néo-assyrien qui réussit à dominer la plus grande partie du Proche-Orient dans la première moitié du Ier millénaire avant notre ère.

Palmyre, au cœur du désert, à mi-chemin entre la côte méditerranéenne et l’Euphrate, ancien relais caravanier dont on retient la splendeur à l’époque romaine mais dont l’existence remonte au IIe millénaire avant notre ère.

La Grande Mosquée, édifiée au cœur de Damas par la dynasties des Omeyyades (661-750), est l’un des plus anciens chefs-d’œuvre de l’architecture islamique.

Le Krak des Chevaliers, château fort de l’époque des croisades, situé dans l’Ouest de la Syrie, est l’un des châteaux croisés les plus prestigieux et les mieux conservés, témoins de la présence des chrétiens en Orient.

Cette reconstitution du Krak des Chevaliers en 3d a été réalisée par Iconem à partir de la maquette datant de 1930, dont la vocation était d’illustrer le fonctionnement du site avec sa double enceinte et sa situation imprenable (ces maquettes sont conservées à la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Cette exposition gratuite est organisée par la RMN-Grand Palais et le musée du Louvre, en collaboration avec Iconem.

Le commissariat général est assuré par Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre. Les commissaires sont Yannick Lintz, directrice du Département des Arts de l’Islam du musée du Louvre et Marielle Pic, directrice du Département des Antiquités orientales du musée du Louvre. La scénographie est de Sylvain Roca et Nicolas Groult.

Sites éternels. De Bâmiyân à Palmyre. Voyage au cœur des sites du patrimoine universel, du 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017 au Grand Palais, Galerie Sud-Est. Tous les jours de 10 à 20h, nocturne le mercredi jusqu’à 22h, fermé le mardi. Fermeture à 18h les samedis 24 et 31 décembre, fermé le dimanche 25 décembre 2016. Accès métro ligne 1 et 13 Champs-Élysées-Clemenceau ou ligne 9 Franklin D. Roosevelt. Entrée libre.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2016-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, et au Petit Palais.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016,,2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême 2016-2017 - Arles 2016-2017 - Avignon 2016-2017 : Saintes-Maries-de-la-Mer, L’Isle-sur-la-Sorgue - Bordeaux 2016-2017 : Biarritz, Bègles - Dijon 2016-2017 - Grenoble 2016-2017 - Ile-de-France 2016-2017 : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - Lens 2016-2017 - Lille 2016-2017 : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - Lyon 2016-2017 : Bourg-en-Bresse, Valence, Villeurbanne - Marseille 2016-2017 : Aix-en-Provence, Les Alpilles, Draguignan, Le Rayol, Le Cannet, Saint-Tropez, Aubagne, Toulon, Hyères, Martigues - Metz 2016-2017 - Montpellier 2016-2017 : Lodève, Sète, Nîmes, Sérignan, Narbonne - Nantes 2016-2017 : Angers, Les Sables d’Olonne, Saint-Nazaire - Nice 2016-2017 : Cannes, Cagnes, Mougins, Saint-Paul-de-Vence, Vence, Biot, Grasse, Monaco, Antibes, Vallauris - Ornans 2016-2017 - Rennes 2016-2017 : Landernau, Quimper - Rodez 2016-2017 - Rouen, Le Havre 2016-2017 - Saint-Étienne 2016-2017 - Strasbourg 2016-2017 - Toulouse 2016-2017 : Albi, Montauban, Carcassonne - Tours 2016-2017 : Blois, Vendôme

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam 2016-2017 : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc Berlin 2016-2017 Bâle 2016-2017 Bruxelles 2016-2017 Genève 2016-2017 Londres 2016-2017 Madrid 2016-2017 Milan, 2016-2017 et Venise 2016-2017.

À voir également :
La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : Visite, RMN-Grand Palais