Paris eVous
Accueil Paris Plages Concerts Expositions Salons Enfants Sports Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sortir à Paris

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Immobilier à Paris > Immobilier ? S’attendre à une hausse jusqu’en 2015…

Immobilier ? S’attendre à une hausse jusqu’en 2015…

Dernière mise à jour : dimanche 20 février 2011, par Expositions

Selon une étude sur l’immobilier français des experts du cabinet Xerfi, spécialisé en connaissances et prévisions économiques : « D’ici à 2015, les transactions et les prix vont reprendre dans l’ancien. Cette tendance sera plus marquée dans le compartiment du neuf, en raison du coût du foncier et des nouvelles normes de construction des bâtiments basse consommation (BBC) ».

Cette étude souligne que Paris, qui représente déjà près d’un tiers de l’augmentation des prix en Ile-de-France, aura tendance à tirer la moyenne nationale à la hausse.

Les prix des logement dans l’ancien, qui représentent entre 85 et 90% du marché immobilier, progresseront moins vite en province en 2011 (+2,4%) et 2012 (-0,1%) qu’en Ile-de-France (+3,4% et +0,8%), ce qui accentuera encore les disparités régionales.

Les prix de l’immobilier en général, notamment ceux de la construction neuve, augmenteront davantage dans les zones dotées de bassins d’emplois dynamiques, comme le Languedoc-Roussillon, le Midi-Pyrénées et le littoral Atlantique, à l’image de la Bretagne.

En revanche, le cabinet Xerfi souligne que la situation « sera plus délicate » sur cette période en Champagne-Ardenne et en Franche-Comté…

Rappelons que les Notaires de France avaient estimé le 2 février 2011 que les prix des logements anciens à Paris et dans les quartiers historiques des grandes métropoles françaises devraient progresser de plus de 10% en 2011 par rapport à 2010.

Des éléments aujourd’hui encore inconnus pourraient toutefois entrer dans cette danse macabre qui exclut de la propriété et de la simple décence de l’accession à un logement une part de plus en plus importante de la population de notre pays. La Commission européenne vient de contester les avantages fiscaux que la France accorde aux personnes investissant dans l’immobilier à des fins de location, ce qui, selon elle, pousserait le marché à une hausse continue et sans fondements, et aux inégalités sociales. Par ailleurs une loi fiscale est en préparation et, enfin, nous entrons dans une période d’élection présidentielle et donc d’incertitude sur l’approche politique générale qui en émergera.

Prévoir, c’est toujours bien, mais il se vérifie chaque jour un peu plus que les prévisions concernant le futur sont souvent les plus difficiles à établir...

André Balbo

sources : Xerfi, Ouest-France, Chambre des notaires

Mettez en avant votre événement sur www.evous.fr !