Paris eVous
Accueil La semaine Sortir à Paris Pour enfants Musées Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sports A la parisienne Pratique

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Immobilier à Paris > Immobilier : les pronostics d’une baisse prochaine se généralisent

Immobilier : les pronostics d’une baisse prochaine se généralisent

Dernière mise à jour : mercredi 6 juillet 2011, par Expositions

La cause est aujourd’hui très largement entendue : la baisse des prix de l’immobilier est maintenant dans presque toutes les boules de cristal, et pourrait intervenir début 2012.

Ainsi Empruntis, courtier en immobilier, rappelle-t-il le 5 juillet, que, depuis 2010, « les taux de crédit immobilier ont augmenté de 0,8% ». Ils sont passés de 3,5 à 4,3% en 8 mois. Un détail, me direz-vous ? Nullement, puisque cela réduit le pouvoir d’achat immobilier, dans le cas par exemple d’un emprunt entraînant un remboursement mensuel de 1 000€ sur 20 ans, de 11 600€. Une paille ! Au lieu de pouvoir emprunter 172 400€, on est limité à 160 800 ! À mensualité et durée d’emprunt égales !

Et cela signifie tout bonnement que « en quelques mois, 15% des ménages qui étaient auparavant finançables, ne le sont plus aujourd’hui ».

À cette menace s’ajoute le fait que, dans le même temps, là où le marché de l’immobilier est tendu, comme notamment en Ile de France, et tout principalement à Paris, les prix continuent leur folle ascension.

Le réseau Century 21, un des plus importants réseaux d’agences immobilières de l’Hexagone, a publié le 5 juillet son étude semestrielle fondée sur les 20 000 transactions nationales de ses agences réalisées au cours du 1er semestre 2011. Si les prix ont encore progressé de 7,4% sur l’année, « il serait bien imprudent de parler d’un marché en pleine santé », dans la mesure où les acquéreurs ne suivent plus. Le nombre des transactions est en effet en baisse de 7,1% au premier semestre 2011, comparé aux chiffres 2010.

Century 21 met aussi l’accent sur l’apparition de « fortes disparités » entre régions, 6 d’entre elles ayant déjà subi une baisse des prix immobiliers ces 12 derniers mois : Alsace (-4,3%), Aquitaine (-2,6%), Auvergne, Bourgogne (-6,9%), Limousin et Nord-Picardie.

Son président, Laurent Vimont, souligne que : « Partout où les prix ont augmenté de plus de 3%, l’activité est en repli ».

Cette même constatation est également faite par d’autres grands réseaux français, dont Laforêt, par Meilleursagents.com, et elle est de plus confirmée par la Chambre des notaires de Paris-Ile-de-France, qui observe un fort recul du nombre des transactions, de 5%, de février à avril 2011.

À Paris, où la hausse des prix d’avril à avril a atteint 21,7% (!), la chute du nombre des ventes a été de 7%. Ce qui est du brutal ! Les acheteurs sont bel et bien pris aujourd’hui en ciseaux. Le marché des logements anciens devrait, comme on dit souvent pour se rassurer, s’autoréguler au cours des prochains mois, ce qui devrait éviter la formation d’une bulle immobilière en France et tirer les prix vers le bas…

André Balbo

sources : Libération, RTL, Century 21, Empruntis

Mettez en avant votre événement sur www.evous.fr !