.evous
Paris
  

Insolite : le colombier du hameau de Clignancourt

Dernière mise à jour : mercredi 22 février 2012,    par: Franck Beaumont

Le plus ancien vestige du hameau de Clignancourt se dresse encore aujourd’hui à l’angle des rues Marcadet et du Mont-Cenis : il s’agit d’un très ancien colombier aujourd’hui attaché à un bâtiment du XVIIIe siècle...

La possession d’un colombier était, depuis le Moyen-Age, un privilège seigneurial et seul le seigneur (mais aussi une autorité ecclésiastique) avait le droit d’en construire. Plus le colombier était grand, plus le territoire à la charge du seigneur était important. On sait pourtant tous les dégâts que les pigeons causaient aux cultures. Pendant la révolution, dans la nuit du 4 août 1789, ce privilège est aboli.

Le hameau de Clignancourt aurait été occupé à son origine par un domaine rural, et d’un groupement d’habitations signalées dès le XVe siècle. Ce hameau se situait à l’intersection de 2 routes : celle de Clichy à la La Chapelle-Saint-Denis, et celle de Montmartre à Saint-Denis.

On sait également que l’extraction de pierre dans des carrières, ainsi que l’exploitation de la vigne, furent deux activités attestées à Clignancourt.

On sait qu’un bourgeois de Paris, Pierre Hune, banquier de profession avait acheté ou fait bâtir avant 1480 une maison dotée d’un colombier (celui qui subsiste actuellement, de taille relativement modeste comparé à certains colombiers de nos campagnes). Il la revendit ensuite à l’abbaye voisine de Montmartre. De l’époque féodale, ce colombier, avec les vestiges de l’abbaye Saint-Pierre de Montmartre, sont les deux plus anciens témoins de cette époque encore visibles aujourd’hui dans le 18e arrondissement.

Franck Beaumont

Source : "Les origines du Vieux Montmartre" par André Maillard.

103 rue Marcadet

Adresse