eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Santé, Bien-être > Actualité > La grippe porcine enflamme Internet (ou comment suivre l’épidémie sur le (...)

La grippe porcine enflamme Internet (ou comment suivre l’épidémie sur le Web)

Dernière mise à jour : lundi 27 avril 2009, par Neel Chrillesen

Pour suivre l’évolution de la grippe porcine minute par minute, il n’y a qu’une chose à faire : surfer sur Internet. A condition bien sûr d’être capable de distinguer le vrai du faux – et surtout, d’être suffisamment fort pour ne pas céder à la panique générale. Car pour créer un mouvement de foule, rien de tel que le Web.

Dimanche 26 avril, le nombre de réponses sur Google pour une recherche sur "Swine flu" (grippe porcine en anglais) augmentait d’environ 100 000 réponses toutes les deux heures. Sur Facebook, 48 groupes en anglais et 11 groupes en français ont été créés sur le thème de la grippe porcine en moins de 48 heures.
Sur Twitter - le réseau social et de microblogage tendance du moment – "swine flu" et "#swineflu" sont devenus les premiers sujets de « twit ».

Pour essayer d’apporter un peu de calme au sphère bouillonnant du Web, Jimmy Wales, le fondateur de Wikipedia, a créé un "Flu Wiki" avec les toutes dernières nouvelles du front. Et le Centre de contrôle de maladies et de leur prévention américain (CDS) s’est "popularisé" en se mettant à publier sans cesse des nouvelles sur Twitter (leur site, pour ceux qui lisent l’anglais ici et sur Twitter, ici).

Pas besoin cependant de lire des pages et des pages pour être informé. Les moins fragiles pourront aller directement sur Goggle Map pour voir en temps réel sur un planisphère tous les endroits au monde où des cas de grippe porcine sont détectés ou soupçonnés !

En français, les sources officielles restent le ministère de la santé, le ministère des affaires étrangères, l’OMS (même si le serveur est souvent « occupé » actuellement) et l’Institut de veille sanitaire. Pour le moment cependant, les informations sur ces sites restent succinctes.

Afin d’éviter de surfer et googler pendant des heures, autant opter pour un "regroupement" des informations en utilisant par exemple Wikio. Le tout en se souvenant
que ce qui vaut pour l’alcool vaut aussi pour la grippe porcine sur Internet : mieux vaut en modérer la consommation si l’on veut dormir tranquille…

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.