eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Expositions dans le Marais > Évènements et expositions au Musée des Arts et Métiers > Le CNES expose 50 ans d’aventures spatiales aux Arts-et-Métiers

Le CNES expose 50 ans d’aventures spatiales aux Arts-et-Métiers

Dernière mise à jour : mardi 20 octobre 2015, par Expositions

Après ses journées porte ouverte dans ses locaux, les 17 et 18 septembre 2011, le CNES fête ses 50 ans historiques d’existence et d’aventures spatiales. Créé en 1961, le Centre national d’études spatiales a été à l’origine du premier rat français dans l’espace, du transfert de la base spatiale française d’Hammaguir dans le désert algérien à la jungle guyanaise de Kourou, et du premier décollage d’une fusée Ariane...

L’exposition « Au coeur de l’Espace », en salle des Textiles, au musée des Arts-et-Métiers, retrace les grandes étapes de ce demi-siècle de conquête et le rôle prépondérant que prit le Centre national d’études spatiales.
Des objets d’origine (fusées, satellites, équipements techniques, instruments scientifiques mais également œuvres d’art, témoignages personnels, œuvres de fiction, archives audiovisuelles et radiophoniques) vont concourir à faire revivre cette épopée d’un demi-siècle.

Se rappelle-t-on seulement aujourd’hui des immenses difficultés rencontrées alors ?

La scénographie de cette expo invite à un voyage sensoriel dans le temps et l’espace qui fait la part belle aux riches images d’archives.

La guerre froide et, en 1957, les premiers succès soviétiques de Spoutnik pousseront la France à intégrer le club très fermé des puissances spatiales.
En conseil des ministres du 22 juillet 1961, décision est prise de créer un organisme d’Etat spécifique au domaine spatial, quelques mois seulement après le premier vol dans l’espace du cosmonaute russe Youri Gagarine. Le Parlement vote le 19 décembre 1961 et institue officiellement le CNES et ses missions.

Quelques mois plutôt, la France avait déjà envoyé son premier représentant vivant dans l’espace, le rat Hector, qui fut récupéré sain et sauf après quelques minutes passées en micro-pesanteur à bord d’une fusée-sonde Véronique.

En 1963, ce sera cette fois le CNES qui enverra la chatte Félicette depuis la base d’Hammaguir, dans le Sahara algérien. Dotée de 4 pas de tir à partir de 1954, cette base verra partir quelque 158 fusées-sondes, modèles Véronique et Centaure, et 4 Diamant A, premiers « vrais » lanceurs mis au point par la France. Le premier satellite français, mis en orbite en 1965 s’appelait Astérix.

À la fermeture de la base d’Hammaguir, le relais était pris par le Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou. C’est de là-bas que partiront à partir de la nuit de Noël 1979, notamment Ariane, ce fleuron des lanceurs européens, portée à ses débuts par la France.

La balise Argos de géolocalisation par satellites fut un autre succès mondial pour le CNES, sauvant quelque navigateurs et alpinistes en perdition. Du kilo qu’elle pesait à sa création, elle ne fait plus aujourd’hui que 5g, panneau solaire inclus.

L’exposition « Au coeur de l’Espace » organisée au musée des Arts-et-Métiers à l’occasion du cinquantenaire du CNES montre aussi, plus largement, ce que l’espace, en occupant nos esprits, a apporté au-delà des prouesses techniques : à la mode, par exemple, à notre vie quotidienne et à la culture, bien sûr.

Au coeur de l’Espace, jusqu’au 8 janvier, musée des Arts et Métiers, Salle des Textiles, 60 rue Réaumur, 75003 Paris Le prix d’entrée de l’expo est compris dans le prix du billet Exposition permanente : 6,50 et 4,50€.

André Balbo

sources : Arts-et-Métiers, Libération