eVous
Bientôt les vacances
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Les incontournables dans le Marais, Paris 3e et 4e > Le Carreau du Temple, Paris 3e > Carreau du Temple

Carreau du Temple

Dernière mise à jour : samedi 29 février 2020, par Denis

Agenda de mars 2020. Que voir, faire, où sortir dans le Marais, le Carreau du Temple dans le 3e arrondissement à Paris. L’essentiel de la programmation culturelle sous les verrières lumineuses, à la veille du printemps.
Nudité et créativité, danser ou dessiner, le Carreau bourgeonnement artistique en développement durable.

Inox, bois de châtaignier gris, acier laqué gris bleu, volumes intérieurs gris et or, le travail des matériaux et des couleurs du Carreau du Temple se remarque à travers les nuances de son architecture baignée par la lumière du ciel de Paris.
Son organisation fonctionnelle est clairement identifiée : au rez-de-chaussée, les halles et l’Auditorium, à l’entresol, les dispositifs techniques, au sous-sol, les équipements sportifs et studios de musique.
Chaque mois, le Carreau vous propose un agenda doté d’un programme varié, sportif, festif, culturel ou événementiel. Des spectacles, des expositions, des festivals ou des concerts, des débats ou du cinéma, une programmation éclectique à découvrir.

Les essentiels du programme

Je rentre dans le droit chemin, jeudi 19 et vendredi 20 mars à 19h30

Pourquoi, quand et comment la nudité a-t-elle un sens sur scène ? Un chorégraphe défie frontalement la question, sans détour ni métaphore, dans une forme pétillante, entre fausse conférence et danse vraie.

Sylvain Riéjou poursuit son exploration vidéo-chorégraphique de l’acte de création en partageant l’intimité de ses questionnements d’artiste.
Publiée sur Internet en 2010, sa vidéo-danse Clip pour Ste Geneviève, pourtant chaleureusement accueillie par le public lors de festivals de danse, tombait sous le joug d’une interdiction de circuler sur la toile, par le législateur : Dailymotion. Motif invoqué : caractère pornographique.
Pourquoi un corps donné à voir dans toute sa vérité, donc nu, sur un plateau, dans une visée artistique, choque-t-il bien davantage (les enfants comme les adultes) que toute vidéo aux allusions clairement sexuelles, à but commercial et publicitaire ? Une interrogation sur les paradoxes de la représentation du corps dans l’art et dans la publicité.

Dans un climat chatoyant d’autodérision, déjouant le parfum de scandale que suscite le nu, Sylvain Riéjou propose son lexique du dénuement et le met en pratique avec son propre corps pour mettre en évidence que c’est là l’acte le plus engagé et engageant du danseur.
Il nous rappelle, avec une étonnante pudeur, que toute création artistique est intrinsèquement une mise à nu.
En partenariat avec Danse Dense #lefestival

Le Souper, Julia Perazzini, jeudi 19 et vendredi 20 mars à 19h30

Comédienne, performeuse, ventriloque, transformiste d’exception, Julia Perazzini imagine un dialogue avec son frère décédé. L’artiste invoque et désamorce sa propre peur de la mort pour l’offrir en miroir aux spectateurs et, une fois n’est pas coutume, l’envisager comme une puissance d’activation du vivant. Sur une scène presque vide se livre un jeu qui flirte avec le "non-jeu", soulignant la finesse de l’écriture, et, la déconcertante performativité de Julia Perazzini.
En partenariat avec Danse Dense #lefestival et le Centre culturel suisse à Paris

Festival Concordan(s)e, deux nouvelles rencontres mercredi 25 mars à 19h30

Concordan(s)e propose à un chorégraphe et à un écrivain de se rencontrer pour écrire une pièce à quatre mains au cours d’une résidence de création. Pour la quatorzième année, cette exploration inédite des écritures scéniques et textuelles, ces croisements entre le geste et le mot dévoilent des chorégraphies et des écrits inédits, dans des formats étonnants.

- Poi(d)s
Catherine Dreyfus : chorégraphe
Catherine Grive : écrivaine
C’est l’histoire d’une femme qui désire un fils plus que tout au monde. Catherine Dreyfus et Catherine Grive nous entraînent aux confins de la déraison, faisant jaillir, dans les plis des secrets de famille, un univers fantaisiste.

- L&L
Joanne Leighton : chorégraphe
Camille Laurens : écrivaine
Leur engagement en commun, les artistes Joanne Leighton et Camille Laurens ont vite trouvé un terrain d’entente dans la clairière jouxtant leurs parcours artistiques : un travail sur la marche. La marche compose, la marche écrit, la marche invente un lien indéfectible avec la vie, le monde.

Drawing Now Art Fair, 14e édition du 26 au 29 mars de 11h à 20h

Première foire d’art contemporain exclusivement dédiée au dessin en Europe, cette foire de référence accueille plus de 72 galeries internationales, environ 300 artistes et près de 2000 oeuvres. Une programmation riche et variée, pour cette nouvelle édition, dans le cadre du mois du dessin.
Face à la multiplication d’événements en Europe concernant le dessin, de nombreuses institutions et centres d’art se fédèrent au mois de mars pour lancer cet événement. Plusieurs expositions et sensibilisation auprès de différents publics, ateliers et workshops, rencontres et informations sur les larges possibilités du dessin, des performances, des talks, des entretiens d’artistes, et un Prix à découvrir.


Le Carreau, c’est où, c’est qui, c’est quoi ?

C’est la révélation d’une réhabilitation épurée, minimale et multifonctions, révélant une architecture simple restituant un des rares témoins de la grande tradition des architectures métalliques parisiennes du 19ème siècle.
Un lieu composé aujourd’hui (après référendum local), d’espaces polyvalents, le Carreau du Temple se veut un lieu ouvert sur son quartier, et sur le monde.
C’est un espace aux configurations multiples, transformable automatiquement, modulable, grâce aux structures et paravents repliables.

Pratique :
Le Carreau du Temple
Accès :
Métros : Station Temple, ligne 3
Station République, lignes : 3, 5, 8, 9, et 11
Bus : 75, 20 Arrêt Square du Temple
Mairie du 3ème - Carreau du Temple
Vélib : Station Perrée
Autolib : Station Perrée

Accueil - Billetterie :
Du lundi au vendredi de 10h à 21h
Samedi de 10h à 19h
2 rue Perrée 75003 Paris
Par téléphone e 10h à 18h. T.01 83 81 93 30
billetterie@carreaudutemple.org

A LIRE AUSSI

Prochaines sorties dans le Marais à Paris, votre agenda du mois
Promenade, les 25 lieux à visiter dans le Marais à Paris
Les jardins des Archives Nationales
Visite de la Place des Vosges
Beaubourg, les Halles, visite de Paris Centre
Dans les galeries du Marais
Petite histoire du Carreau du Temple depuis le Moyen Âge
Beaubourg, les Halles, visite de Paris Centre
Le nouveau Carreau du Temple, les travaux, le chantier, le projet.
Iles Saint-Louis, la Cité, Lutèce, visiter le coeur de Paris
Paris, la Seine, bateaux mouches, monuments, croisières et balades
Les Ponts de Paris
Meilleurs restaurants ouverts de nuit à Paris
Les meilleures pâtisseries à Paris

En images

Adresse

4 rue Eugène Spuller 75003 Paris

Horaires

Accueil - billetterie du lundi au vendredi de 10h à 22h et le samedi de 9h à 22h.


Messages

  • Bonjour,
    Voici les horaires du Carreau du Temple :
    Accueil / Billetterie
    2 rue Perrée 75003 Paris, du lundi au vendredi de 10h à 22h et le samedi de 9h à 22h.
    Vous pouvez nous contacter également par téléphone de 10h à 18h au 01 83 81 93 30
    billetterie@carreaudutemple.org

    Et concernant le Bar/Restaurant Le Jules, celui-ci est fermé pour le moment. Nous accueillons sur certains événements des bars éphémères comme par exemple lors de notre prochain rendez-vous musical Carré-Concert du Faubourg le vendredi 11 mars. Plus d’infos ici

    Bonne journée,

  • nous sommes le carreau....
    Les Anglophones sont majoritaires ?
    pourquoi pas en Italien ?

  • Je suis allé visiter ce superbe bâtiment lors des portes ouvertes il y a quelques semaines. Plus par nostalgie qu’autre chose, car petit garçon, ma mère m’y emmenait pour m’habiller auprès des marchands de vêtements qui s’y trouvaient encore à cette époque. Je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître..... Maintenant c’est devenu un temple de la culture ouvert à ceux qui ont les moyens de se la payer, moi je ne peux pas. Pourtant je donne ma part dans mes impôts. La culture, tout le monde la paye, mais ce sont toujours les mêmes qui en profitent.
    Merci à evous.fr d’avoir eu « la décence » ne pas avoir mis les tarifs des spectacles. Sinon, je le répète, c’est un superbe bâtiment. Félicitation à l’architecte.