.evous
Paris
  

Concombre : et si c’était bien lui le coupable

Dernière mise à jour : jeudi 9 juin 2011,    par: Adele

Selon une information du journal Le Parisien, le concombre est à nouveau dans la ligne de mire.
Pour la première fois, l’agent pathogène responsable de l’épidémie allemande a été formellement identifié sur de la nourriture, en l’occurrence sur des résidus de concombre jetés à la poubelle. Cette dernière avait été fouillée le 30 mai par des scientifiques, alors que les trois membres de la famille à laquelle elle appartient avaient déclaré la maladie. Les parents s’en sont sortis, et leur fille semble hors de danger après avoir développé un syndrome hémolytique et urémique (SHU) .

Mise à jour le 8 juin 2011


La bactérie E. coli sème toujours la panique en Europe. 22 morts sont recensés.
La piste du concombre tueur était une fausse piste. Depuis dimanche 5 juin, les soupçons se portent sur les graines germées.

Les symptômes
L’E.coli enterohémorragique (Eceh) peut provoquer les symptômes suivants : de simples diarrhées ou des diarrhées hémorragiques qui peuvent aller jusqu’à des atteintes rénales sévères voire mortelles appelées syndrome hémolytique et urémique (SHU).

Ces gastro-entérites violentes touchent principalement les jeunes enfants et les personnes âgées.

Les Français ayant séjourné outre-Rhin sont appelés à la plus grande vigilance en cas de symptômes.

Les autorités sanitaires rappellent les règles d’hygiène habituelles : se laver les mains avant chaque repas et après chaque passage aux toilettes (la bactérie peut aussi se propager d’une personne à l’autre via des matières fécales) et, concernant les fruits et légumes, les laver, les éplucher ou les faire cuire avant de les consommer.
Il est recommandé en cas de signes d’alerte de faire des examens de santé.

Les précautions à prendre

Eviter les légumes crus.
Le Centre européen de prévention
et de contrôle des maladies (ECDC)
recommande sur son site
(www.eurosurveillance.org)
d’éviter de consommer des tomates
crues, des concombres et de la
laitue, « en particulier dans le nord
de l’Allemagne ».

Bien se laver les mains.
La bactérie peut aussi se propager
d’une personne à l’autre via
des matières fécales. L’ECDC
recommande donc une « stricte
hygiène des mains » aux personnes
souffrant de diarrhée.

Bien cuire les aliments.
L’Agence nationale de sécurité
sanitaire (Anses) rappelle que
les bactéries sont sensibles
à la température. Il convient de
maintenir une température de 70 °C
pendant deux minutes pour
la cuisson de la viande et de porter
le lait cru à ébullition.

Source : Le Point, Direct Matin, InVS, Le Parisien