eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 5e > Actualités Paris 5e > Sorties, Paris 5e > Expositions, Paris 5e > Évènements et expositions à l’Institut du Monde Arabe > Archives. Les Mille et Une Nuits, formidables rêves inépuisables, à (...)

Archives. Les Mille et Une Nuits, formidables rêves inépuisables, à l’Institut du Monde arabe

Dernière mise à jour : mercredi 15 juin 2016, par Expositions, Morgan

Ayez la curiosité de voir cette exposition de l’Institut du Monde Arabe, qui se tient jusqu’au 28 avril 2013. Vous ne le regretterez pas.

Sujet ambitieux. Car comment faire tenir en un même lieu clos, quel qu’il soit, cette incroyable masse grouillante, évaporée et agitée de personnages de rêves, chevaux ailés, génies, marins aventureux, bandits, chevauchées épiques, princesses langoureuses, harems débordants d’intrigues, mensonges, charmes et tapis volants... Les contes y sont. Le compte est bon.

Félix Valloton, portrait du Docteur Mardrus. Bois gravé. Collection Roger-Viollet

Mais sachez que vous finirez immanquablement la visite par l’envie d’une des versions du livre. Très certainement celle de ce bon docteur Mardrus, plus licencieuse. Mieux encore ! Illustrée par van Dongen !

Kees van Dongen, projet d’illustration (refusé) pour Hassan Badreddine el-Basraoui. Collection particulière.

(Au passage pour les érudits et les passionnés, l’excellent Les Mille et Une Nuits et les enchantements du Docteur Mardrus, de Dominique Paulvé et Marion Chesnais, coédition musée du Montparnasse / Norma, 2004. Passionnant de bout en bout et très richement illustré).

L’éclosion des Mille et Une nuits se serait initialement produite en Inde et en Perse. Le livre, de langue arabe, n’aurait existé par la suite qu’au VIIIe siècle, puis, telle une boule de neige, ce recueil de contes étroitement imbriqués, faits pour apprendre la complexité de la vie, a forcément amassé, au fil du temps, sur sa route, des compléments de toutes sources.


Le Songe de Cosrou, Jean Jules Antoine Lecomte du Noüy, Salon de 1875. Photogravure Goupil and Cie Musée Goupil © Mairie de Bordeaux, photo B. Fontanel

Il est tout à fait fondé aujourd’hui à mériter le titre d’œuvre universelle, submergé qu’il est aujourd’hui de commentaires et d’adaptations. Et il aura marqué de son empreinte indélébile les imageries populaires, tant orientales qu’occidentales.

L’Occident ne découvrit ces contes arabes que grâce à la traduction qu’en fit Antoine Galland (1646-1715), de Caen, présenté comme un "orientaliste de niveau secondaire". Ils paraitront de 1704 à 1717, en 12 volumes. Ali Baba et Aladin étaient déjà de ces aventures. L’engouement des artistes de toute expression comme du public sera immédiat et ne s’éteindra pas au cours des siècles qui suivirent. Découverte et fascination pour les grandes villes arabes où les actions se passent : Damas, Bagdad et Le Caire. Mystère des lieux interdits que sont les palais réputés secrets, et plus encore les harems, comme les mythologies exotiques et les mondes parallèles peuplés d’étranges créatures aux pouvoirs maléfiques. Une version égyptienne du recueil (dite de Bûlâq, 1830) vint par la suite, rassemblant 230 contes.

L’exposition de l’IMA, très visitée, commence adroitement par des manuscrits précieux et rares venus des prestigieuses bibliothèques de Cambridge, Oxford, Berlin, Chicago, ou du Vatican, par des plans généraux sur l’œuvre dans une obscurité de concentration presque religieuse, et sous un faux plafond aux multiples tapis tordus aux vents.

Paul Émile Destouches, Shéhérazade, accompagnée de sa sœur, raconte au sultan Shariar une aventure des Mille et Une Nuits, France, salon de 1824, Musée d’art Thomas-Henry, Cherbourg-Octeville © D. Sohier 2011

Ensuite, en haut de l’escalier, vous pénétrerez directement dans cet univers multiple et fascinant, captivés par des voix de récitantes, visiteurs sagement rangés dans des stalles concentriques. 15 contes récités en arabe et en français. Le charme est immédiat, individuel comme collectif. Charnel. Songes et illusions, ombres et hologrammes.

Suit un parcours sur lequel sont semées 350 objets ou œuvres d’époques et de styles différents, allant d’une coupe au lustre fatimide à une eau forte de Pablo Picasso ou à des illustrations de van Dongen, à des costumes de Léon Bakst pour les Ballets russes ou évocations de Pierre Louÿs, telles des graines de rêves et de charmes : des personnages, Haroun al-Rachid, Shahriyâr et Shéhérazade, Sindbâd et Aladin, des représentations, des peintures, des objets précieux venus d’un Orient imaginaire, des automates, des dessins des affiches, et des bouts de récits, qui resteront plantés dans vos mémoires et diffuseront insensiblement en vous l’envie d’en savoir davantage.

Le cinéma, média de l’illusion, a bien sûr toute sa place dans l’exposition, avec des extraits de films de Méliès, de Pasolini ou des exploits de Douglas Fairbanks, modèle de Patrick Dewaere.

Ida Rubinstein et Vaslav Nijinsky, Georges Barbier, France, 1913. Détail de l’aquarelle originale, collection privée, Paris © IMA / Nabil Boutros

Les sujets abordés dans les Mille et Une Nuits ne peuvent que nous cueillir tout crus, génération après génération :
- la mort, risque suprême, est perpétuellement présente et en toutes choses ;
- l’amour et ses élans : foudroyants, douloureux, nostalgiques, poétiques, et bien sûr de plaisir et d’attente ;
- l’épique des récit permet de dresser les portraits et donc les mérites des héroïnes et des héros, et de ne pas lésiner sur les dangers qu’ils rencontrent, réputés insurmontables, d’autant qu’ils peuvent être de nature surnaturelle : djinn, fées, mages et sorciers ;
- on ne refusera pas les ingrédients épicés de la cruauté et de tous les autres vices ;
- les aventures et découvertes dont découlent immanquablement les voyages dans des contrées inconnues et a fortiori imaginaires ;

« Tous les arts, tous les genres ont sacrifié à la passion des Mille et Une Nuits, du théâtre à la mode, de la musique au cinéma, de la peinture à l’opéra, de la photographie à la littérature… générant plus d’images qu’aucune autre œuvre de l’esprit serait-on tenté de penser, n’a jamais généré. »

Des concerts, des spectacles et des rencontres auront lieu dans le cadre de cette exposition.

Les Mille et Une Nuits, jusqu’au 28 avril 2013, à l’Institut du Monde arabe, niveaux 1 et 2, 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, place Mohammed V, entrée par la faille, côté Seine, 01 40 51 38 38, les mardi, mercredi et jeudi de 10 à 18h, le vendredi de 10 à 21h30, samedi, dimanche et jour fériés de 10 à 19h. 10,50€ ou 8,50 (enseignants et demandeurs d’emploi), ou 6,50 (- de 26 ans, MDA et RSA), gratuit aux membres de la société des Amis de l’IMA, aux handicapés, carte ICOM / ICOMOS, moins de 18 ans, conférenciers, guides touristiques, corps diplomatiques arabes et Affaires étrangères.

Vous retrouverez dans les articles « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » et 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », et « Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tenterons aussi de vous les présenter chaque mois , à partir de Février 2013.

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procéderons de la même manière en 2013, avec PARIS 2013 : les meilleurs catalogues d’expositions de Paris.

André Balbo

sources : visite, Institut du Monde arabe

Adresse

1, rue des Fossés-Saint-Bernard 75005 Paris / Place Mohammed-V 75005 Paris

Horaires

Mardi, mercredi, jeudi de 10h à 18h
Nocturne le vendredi de 10 h à 21h30,
Samedi, dimanche et jours fériés de 10h à 19h