.evous
  

Les anciens Magasins Dufayel

Dernière mise à jour : mercredi 4 janvier 2012,    par: Franck Beaumont

Les magasins Dufayel furent une véritable institution du quartier Barbès/Château Rouge. Ils furent considérés à l’aube du XXe siècle comme le plus grand magasin au monde dans sa catégorie. Retour sur un passé prestigieux...

A l’origine, c’est Jacques Crespin, qui fonde cette maison en 1856 sous le nom de "Palais de la Nouveauté". En liaison avec les Grands magasins, la maison commercialise d’abord du mobilier et des ustensiles de cuisine destinés à une clientèle modeste. De 1879 à 1888, il fait bâtir par Alfred et Stephan Le Bègue un ensemble d’immeubles situés rue de Clignancourt (du n°22 au n° 34), rue de Sofia, rue Christiani et boulevard Barbès (n° 7 à 17), soit sur pratiquement un hectare.

A l’origine un simple commis de la maison, Georges Dufayel en devient le seul propriétaire à la mort de Crespin en 1888. C’est lui qui demande à l’architecte Gustave Rives (1858-1926) d’édifier en 1895 une entrée monumentale, au n° 26 rue de Clignancourt (illustration ci-dessus). Le décor de la façade était abondant et l’entrée était surmontée d’un dôme gigantesque (détruit en 1957). Le groupe sculpté que vous apercevez tout en haut est l’oeuvre de Dalou : ce haut-relief représente "le Progrès entraînant dans sa course le Commerce et l’Industrie". Alexandre Falguière exécuta deux autres groupes aujourd’hui déposés.

A l’angle de la rue de Sofia et du boulevard Barbès, une splendide rotonde à colonnes était également coiffée d’un dôme aux accents orientaux ; ce dôme a aujourd’hui disparu de même que l’enseigne "Dufayel" ; la rotonde a néanmoins gardé pas mal d’allure (à l’exception de son toit plutôt ridicule).

Georges Dufayel a plusieurs idées de génie : il offre aux clients de la vente à crédit, et un encaisseur passe alors tous les mois au domicile des clients pour récupérer les traites ! Il suffisait de disposer de 20 % de la valeur du bien pour obtenir un crédit. Dufayel fait également de son établissement un temple du luxe et de l’imaginaire  : un jardin d’hiver exposait des plantes exotiques ; une galerie en hauteur présentait des décors de reconstitutions historiques ; un orchestre accompagnant des acteurs d’opéra se produisait dans un théâtre situé à l’intérieur ! Les soirs de spectacle, un puissant phare situé sur le dôme projetait ses rayons sur le ciel de Paris.

Après avoir fondé plus de 400 succursales et employé plus de 15.000 personnes, Dufayel fait hélas faillite dans les années 1930 à cause de mauvais placements et finit par se suicider... L’ilot a été restructuré dans les années 2.000 et repris par la banque BNP Paribas. Il est aujourd’hui occupé par des appartements et des parkings. Une promenade autour de cet ilôt vous donne tout de même un aperçu de ce que furent les magasins Dufayel.

Franck Beaumont

Source : Guide du Promeneur Paris 18e.

26 rue de clignancourt

Adresse

Mots-clés