eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Santé, Bien-être > Médecine, santé générale > Maladie d’Alzheimer : Symptômes, causes, traitement

Maladie d’Alzheimer : Symptômes, causes, traitement

Dernière mise à jour : lundi 17 septembre 2018, par Denis

Perte de mémoire, oublis, maladie du cerveau, sénilité, diagnostic, la recherche médicale avance et des associations existent pour vous informer et vous conseiller. Un point sur cette maladie neurodégénérative qui fait peur avec 200 000 nouveaux cas en France par an.
Le 21 septembre 2018 c’est la journée mondiale de l’Alzheimer, aujourd’hui en France, près de 3 millions de personnes sont concernées ou touchées par cette pathologie.

L’Alzheimer reste encore une inconnue pour beaucoup de monde, très associé au vieillissement et au fait de se souvenir. Souvent appelée maladie de la mémoire, parce qu’elle se manifeste au début par des troubles de ce type, des oublis. La petite plaisanterie sur les petits oublis et l’Alzheimer, n’est pas anodine, beaucoup de gens ont peur de cette maladie.
Mais il faut distinguer les oublis bénins des oublis anormaux.
A l’heure d’internet, facabook et autres tweet, de la saturation d’informations de notre cerveau, la fatigue et l’oubli deviennent plus fréquents. Le fait d’oublier quelque chose est parfaitement normal et outre la mémoire sélective, tout le monde oubli un jour ou plus, ses clés, un code, le nom de quelqu’un ou quelque chose, ou on se trompe …. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter ou de s’alarmer.

Dans cette pathologie, cela prend une tout autre ampleur, oublier par exemple des événements familiaux marquants, des gens de sa famille. Lorsque la personne compense cette perte de mémoire, cela ne se voit pas forcément, surtout au début.
De plus, ces troubles mémoriels ne sont pas les seuls signes de cette pathologie.
Des changements surprenants surviennent dans le comportement et les habitudes, notamment dans : la gestion de l’argent, des déplacements, des médicaments, la confusion dans les lieux et le temps, trouble de l’orientation, confusion dans les mots, des difficultés à suivre une conversation, trouble des fonctions d’exécution.
Avec près de 220 000 nouveaux cas en France chaque année et d’ici 2020, environ 1 200 000 malades, un point sur cette maladie du cerveau qui est la 4e cause de mortalité en France.

Symptômes
La première zone du cerveau touchée par cette pathologie n’en demeure pas moins la mémoire. Au fil du temps, les lésions cérébrales se propagent et les souvenirs proches et lointains s’effacent progressivement, jusqu’à ne plus se souvenir de son propre entourage.
L’ensemble des facultés cognitives sont touchées, on parle de maladie « des quatre A » : aphasie (langage), agnosie (identité et reconnaissance), apraxie (troubles des gestes) et bien sûr amnésie.
Désorientation temporelle, spatiale, trouble dans la logique et la compréhension des paroles et des actions et donc perte de son autonomie puis dépendance. Des facteurs génétiques et cardiovasculaires sont également mis en avant comme facteurs de causes.

L’implication de l’apolipoprotéine, la protéine Béta amyloïde et les plaques de dépôt sur le cortex cérébral. Hypertension, diabète, troubles lipidiques, tabac, semblent également reconnus comme facteurs causals. La forme héréditaire restant une forme familiale plutôt rare ou peu fréquente.
Aujourd’hui en France, plus d’un demi-million de personnes de plus de 60 ans sont considérés en maladie Alzheimer, dont les trois quarts sont inscrits en affection longue durée (ALD).

Il y a donc une progression, une phase préclinique, puis intermédiaire et avancée, au point que la personne ne soit plus autonome, qu’elle ne puisse plus s’habiller toute seule par exemple ou bien qu’elle ne puisse se laver, s’orienter ou s’exprimer. A ce stade, une surveillance médicale permanente est indispensable. L’altération générale progressive des fonctions cognitives, entraîne une perte d’autonomie importante, d’où l’expression de maladie neurodégénérative, ou de dégénérescences fronto-temporales.

Traitement et prévention
Un premier bilan chez un neurologue, posera un diagnostic et indiquera un état général, puis si besoin, une imagerie cérébrale permettra d’affiner des détails sur les structures cérébrales et les lésions.

Il n’existe pas actuellement de médicaments qui permettent l’éradication de cette maladie, même si les progrès dans la recherche d’un traitement est incontestable. La création très récente de l’institut du cerveau à la Salpêtrière, un institut très moderne, illustre combien le corps médical s’intéresse de très près aux pathologies du cerveau et aux fonctions cognitives.
L’hôpital parisien a acquis une caméra hybride de nouvelle génération pour percer les mystères de la maladie d’Alzheimer. L’appareil conçu par GE Healthcare, baptisé Tep-IRM car couplé à une IRM (imagerie par résonance magnétique nucléaire) ultrapuissante (3 Tesla), ouvre des perspectives de recherche fascinantes dans les maladies du cerveau. Nul doute que nous allons vers un progrès considérable.

Des recommandations concernant la prévention des risques cardio-vasculaires permettent d’informer les patients, dans une perspective de retarder ou d’éloigner le risque de développer aussi cette maladie : tabac, hypertension, obésité, cholestérol élevé, diabète. Une alimentation équilibrée et pauvre en graisse, des activités physiques régulières mais aussi intellectuelles, sont autant de stimulations pour un meilleur équilibre psychique et physique.

Quelques médicaments sur prescription médicale, permettent de ralentir les troubles neurocognitifs : mémoire, raisonnement, langage, sachant que plus le traitement commence tôt plus l’efficacité sera grande et retardera la maladie. De futurs traitements plus efficaces sont en cours afin de combattre cette pathologie complexe.

Certaines thérapies sont également à l’œuvre et très utiles ainsi que les arts thérapeutes. Psychomotricien, orthophoniste, neuropsychologue sont des partenaires indispensables dans le cadre de soins rééducatifs, ils participent et contribuent indéniablement à améliorer la qualité de vie des malades, entraîner sa mémoire est aussi un atout certain pour améliorer la qualité de vie.

Il reste encore un long voyage, mais les progrès sont incontestables et le seront plus encore à l’avenir pour permettre de vivre plus longtemps.
Par ailleurs, une équipe franco-québécoise dans la revue Scientific Reports a présenté récemment le rapport d’une étude d’ampleur. Selon le professeur Salah El Mestikawy, qui dirige une équipe internationale de recherche, basée à la fois au Québec à l’Institut Douglas et en France à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris (INSERM U952, CNRS UMR7224) : « Il n’y aurait pas de neurodégénérescence massive dans la maladie ».
Ces travaux devraient permettre, à la fois, d’augmenter nos connaissances fondamentales sur le système nerveux central et de fournir de nouveaux outils diagnostiques ou pharmacologiques ciblant les neurones glutamatergiques.

Donc au sens large, la consommation excessive de glutamate est toxique pour la santé, les chercheurs ont déjà alerté la direction générale de la santé, sans réponse du ministère de la santé. Le glutamate ou E621 est un exhausteur de goût très souvent utilisé dans l’industrie agro-alimentaire.
L’additif (glutamate ou E621) mise en cause sur lequel pèse la balance entre consommateurs et industriels, sur ce sujet, l’agence européenne d’évaluation n’a toujours pas donnée son avis ....
Quand vous picorez des petits gâteaux d’apéritifs, ce qui vous donne l’addiction, et l’envie d’en reprendre sans cesse, et bien c’est cet "augmentateur" de goût, une intensité gustative augmentée.

Les pistes thérapeutiques à venir donnent de l’optimiste et le CNRS, montre dans ses derniers rapports scientifiques, les signes optimiste qui prévalent sur l’évolution de la recherche et des soins.

Il faut toujours être proche des malades, si besoin n’hésitez surtout pas à faire une demande mise sous tutelle auprès du juge des tutelles, afin de protéger la personne, et des associations peuvent vous aider.

Adresses - associations

- France Alzheimer
Créée en 1985 à l’initiative de familles de personnes malades et de professionnels du secteur sanitaire et social, France Alzheimer est à ce jour la seule association nationale de familles reconnue d’utilité publique dans le domaine de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées.
France Alzheimer propose des ateliers mémoire ou de réminiscence pour permettre aux personnes malades de mobiliser leurs capacités préservées et d’échanger en groupe, et d’autres dispositifs également.
France Alzheimer Paris : 68 rue des Plantes, 75014 / Téléphone : 01 40 52 46 68

Union des associations France Alzheimer et maladies apparentées
11 rue Tronchet 75008 Paris
T.01 42 97 52 41
https://www.francealzheimer.org/

- Fondation pour la Recherche sur Alzheimer
Reconnue d’utilité publique depuis 2016, la Fondation finance des projets qui associent innovation et excellence scientifique, menés par des chercheurs du monde entier. Elle concentre son action sur la recherche clinique pour améliorer le diagnostic et ouvrir la voie à des traitements efficaces. Elle mobilise et fédère des spécialistes dans plusieurs disciplines et implique les patients dans les protocoles de recherche.
Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière
Bâtiment Roger Baillet
83 boulevard de l’Hôpital 75013 Paris
T.01 42 17 75 23
contact@alzheimer-recherche.org
http://alzheimer-recherche.org

- Fondation Médéric Alzheimer
Première Fondation reconnue d’utilité publique entièrement consacrée à la maladie d’Alzheimer. sa mission première est de soutenir toute action et recherche sociale ou médico-sociale destinées à améliorer la qualité de vie des personnes malades, et celle de leurs aidants qu’ils soient familiaux, bénévoles ou professionnels.
30, rue Prony
75017 Paris
Tel : 01 56 79 17 91
Site : www.fondation-mederic-alzheimer.org

Vous pouvez faire des dons aux fondations et aux associations pour faire avancer la recherche.

A LIRE AUSSI :
Notre rubrique Santé, bien être et médecine
Guide des maisons de retraite et EHPAD à Paris
Alzheimer : Les structures d’accueil à Paris
Journée Mondiale de la maladie d’Alzheimer à Paris
Gastro-entérite, un virus répandu chez les enfants
Cancer colorectal, association ADECA
Polyarthrite rhumatoïde
Conjonctivite, dépistage visuel
Régime, alimentation, obésité, IMC
Pharmacies de garde à Paris, la nuit ou 24h/24
Urgences médicales, gardes, services, hôpitaux et médecins de nuit à Paris

Adresse

21 boulevard Montmartre 75002 Paris

Horaires


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.