eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Les incontournables dans le Marais, Paris 3e et 4e > Bienvenue au Passage de Retz > Not for sale : une superbe expo jusqu’au 18 septembre

Not for sale : une superbe expo jusqu’au 18 septembre

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Le Passage de Retz est un lieu étonnant, qui peut être privatisé pour des événements de toute nature et de toute durée, défilés de mode, colloques, etc.

Cet été, le Passage de Retz a organisé dans ses locaux spacieux, sur une idée originale, une très belle expo à ne rater sous aucun prétexte : Not for sale.

D’autant plus originale lorsque l’on sait que le lieu se loue en tranches spatio-temporelles, et que le propre de l’activité d’une galerie est de vendre… Mais il est vrai que le Passage de Retz n’est pas tout à fait une galerie.

Jacqueline Frydman a demandé aux grands galeristes que chacun lui prête, pour l’été, une œuvre qu’il ne voulait ou ne pouvait vendre pour toutes sortes de raisons : attachement trop fort, trop personnel, élément d’un ensemble, artiste appelé bientôt à un brillant avenir, etc, etc.

Comme les professionnels furent nombreux à jouer le jeu, et à le bien jouer, cette exposition d’art contemporain prend une étoffe, une richesse et une diversité toutes particulières.

En plus de la qualité des œuvres exposées, le fait que ce qui fonde ces choix soit ainsi explicite, et révélé au visiteur, confère à chacune d’elles, comme à l’ensemble, une dimension très attachante.

Nous ne vous en donnons ici que trois exemples mais nous vous encourageons vivement à visiter cette grande exposition.

Ainsi pour le tableau Chut, l’Eden s’écoute (1995) de Philippe Mayaux, de la collection galerie Loevenbruck, est-il dit : « J’ai choisi ce tableau parce qu’il est le plus beau, le plus acide et, par son sujet, le plus désirable. »

Pour L’Arbre de la liberté (2001-2002), polyester peint et feuille d’or (48x50x54cm), de la Collection Niki Charitable Art Foundation, (Courtesy JGM. Galerie) les raisons du choix seront : « Il s’agissait à l’origine d’une maquette pour une sculpture monumentale que Niki de Saint Phalle n’a finalement jamais réalisée.

La fondation de Niki de Saint Phalle nous a confié cette œuvre qui ne peut pas être vendue. »

Pour l’acrylique sur toile de Jürg Kreienbühl, Maurice et Boulon (1968 – 232x200cm), de la Collection galerie Alain Blondel, les explications données sont pleines de fierté.

« Parce qu’un certain aveuglement très contemporain (et qui ne saurait être que provisoire), empêche ceux de notre génération de voir ce tableau pour ce qu’il est : un témoignage hallucinant du point de vue sociologique, politique, métaphysique et même, mais oui, psychédélique.

L’énorme Jürg Kreienbühl a peint ces nouveaux pèlerins d’Emmaüs à la fin des années soixante dans leur bidonville ; à deux pas de Nanterre où, au même moment, un mouvement étudiant commençait de s’échauffer sous prétexte que la prospérité devenait ennuyeuse. Boulon et Maurice ont regardé Jürg les peindre dans leur baraque pendant des heures, des jours. Le tableau terminé, Jürg est resté sur place et a fait d’autres tableaux avec Maurice. Le dernier, il était dans son lit, mort.

J’ai du mal à imaginer ce chef-d’œuvre accroché dans un salon, dans le hall d’une banque ou d’une multinationale. J’attends la cimaise du musée d’art moderne ; dans cinquante ans, cent ? Alors, disons pour l’instant qu’il n’est pas à vendre... »

À voir donc, absolument, avant le 18 septembre.

Not for sale Passage de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris Métro Filles du Calvaire. Tlj de 10 à 19h, sauf le lundi. 10 ou 5€.

André Balbo

sources : Passage de Retz, visite