evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Le Marais > Les incontournables dans le Marais, Paris 3e et 4e > Bienvenue aux Archives Nationales > Derniers jours aux Archives nationales de la Demeure médiévale à (...)

Derniers jours aux Archives nationales de la Demeure médiévale à Paris...

Dernière mise à jour : vendredi 6 octobre 2017, par André Balbo

Qu’est-ce que le Moyen-Âge ? Juste un p’tit millénaire qui traînerait entre le VIe et le XVIe siècle, et l’apparition des premières esquisses d’urbanisme des villes modernes : hiérarchisation et complexité croissante des espaces, des rues et des constructions, et cette célèbre densité de l’habitat.

Au début du XIVe siècle, Paris, qui était la première cité d’Occident, comptait 200 000 habitants. La capitale est aujourd’hui le laboratoire parfait pour étudier les évolutions comme les réalités des villes durant cette longue période, si nous ne nous laissons pas trop aveugler par une vision trop sordide, puante et misérabiliste de cette étape de notre histoire, que Jean Gimpel, polémiste aux talents d’historien et grand admirateur de Villard de Honnecourt, avait su si brillamment réhabiliter.

Il ne se passe pas une semaine sans que soient faites dans notre cité de nouvelles découvertes médiévales, et les 30 dernières années en ont été pour cela tout particulièrement éclairantes. Cette exposition est donc une riche idée, et vous pourrez même bénéficier à la fin de cet article d’une liste de sites parisiens illustrant le sujet de cette présentation.

Sous l’ensemble de ces anciens Hôtels, qu’une grande maquette présente à l’entrée de l’exposition et qui abrite les Archives nationales, sachez que vous avez (hélas elles ne sont pas encore visibles parce les archives éponymes y sont encore entassées), de splendides caves voûtées du XIVe siècle. La scénographie pose dans ce grand escalier classique, minéral, et au plafond couvert de peintures, une évocation forte du Moyen Âge : des panneaux de colombages successifs aux savants assemblages scientifiquement restitués. Plus haut, de hauts kakemonos présenteront des façades d’habitations de cette époque.

Le Paris médiéval, du temps où le Roi logeait encore à l’hôtel Saint-Pol, se compose d’un enchevêtrement de quelques dizaines de seigneuries, de paroisses et de quartiers qui s’interpénètrent. Se repérer ? Ni nom de rue ni numéro mais des éléments topographiques reconnaissables : une fontaine, une église, une enseigne, un grand hôtel, mais les places, par exemple, sont rares.

Vous êtes en haut de l’escalier ? Jetez au passage un coup d’œil à cette formidable maquette de la prison de la Bastille dont on parle tant et que l’on ne voit jamais.

Je me suis précipité vers la chambre, cet endroit du foyer à la chaleur plus clémente, où tout se passait et où l’on recevait : choix d’objets et de meubles fantastiques (vaisselle et couverts de bois, étroite scabelle du XVe, coffre à décor mouchettes, superbe coffret de voyage en fer, fauteuil, cheminée, etc)… mais pas de lit, « pour raison technique » est-il dit assez platement.

Autre fascination personnelle : les 5 ponts de ce Paris-là. C’était des zones d’habitat et de commerce très prisées en raison des flux de circulation qu’ils canalisaient. Ces 5 ponts médiévaux, bois ou pierre, étaient donc conçus depuis le XIe siècle pour porter sur leur tablier deux rangées de maisons, de 20 à 60 par pont.

Détail du Plan de Bâle.

Il s’y concentrait une activité de luxe comme l’orfèvrerie, sur le pont au Change, ou les métiers d’art sur le pont menant à Notre-Dame. Les maisons bâties sur les ponts, l’avaient souvent été à la suite de crues dévastatrices.

Elles étaient étroites, à 2 ou 3 étages avec encorbellement, et donnant forcément sur le fleuve, montraient aux passants des alignements réguliers. Elles furent supprimées à la veille de la Révolution pour faciliter la circulation des personnes et des marchandises, et également pour ouvrir des perspectives.

Paris n’a conservé de ces quelque 10 000 maisons médiévales de ses 6 premiers arrondissements que peu de choses mais étonnantes (rues de Montmorency, rue Volta et rue François-Miron notamment), et de spectaculaires caves.

En revanche, les Hôtels particuliers et les édifices religieux ou universitaires ne manquent pas, dans le Marais principalement, ou le Quartier Latin, mais il était aussi un peu normal qu’ils résistent mieux, loi de la Nature oblige... mais ceux-là vous n’avez pas besoin de nous pour les retrouver !

Liste des principales demeures médiévales ou de tradition médiévale visibles à Paris

Île de la Cité
- la maison des prêtres de Saint-Jean (XV-XVIe siècles), 16-18, rue du Cloître-Notre-Dame, 75004 Paris
- caves des anciennes maisons de la rue Neuve-Notre-Dame (XVe-XVIe siècles), crypte archéologique de Notre-Dame, 75004 Paris

Rive droite
- la tour Jean sans Peur, trace de l’ancien hôtel des ducs de Bourgogne (1409-1411), 20 rue Étienne-Marcel, 75002 Paris


- la maison d’aumône de Nicolas Flamel (1407), 51, rue de Montmorency, 75003 Paris
- une façade de maison bourgeoise à pignon sur rue (XVe-XVIIe siècles), 111, rue Saint-Denis, 75002 Paris
- des façades de maisons bourgeoises à pignon sur rue (XVe-XVIIe siècles), 176, rue Saint-Denis, 75002 Paris
- une façade de maison bourgeoise à pignon sur rue (XVIIe siècle), 3, rue Volta, 75003 Paris
- une façade de maison bourgeoise à pignon sur rue (XVe-XVIIe siècles), 79, rue Quincampoix, 75004 Paris
- une maison en pierre de taille à mur gouttereau sur rue (vers 1520), 60, rue du Temple, 75004 Paris
- une maison d’angle (XVe-XVIIe siècles), 16, rue des Lombards, 75001 Paris
- une maison du XIIIe siècle, rhabillée au XIXe, 11, rue du Renard, 75004 Paris
- l’hôtel de La Faye (vers 1510), 5, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie (sur la cour), 75004 Paris
- l’hôtel Hérouet (vers 1500), 40-42, rue des Francs-Bourgeois et 54, rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris
- la maison dite de Jacques Cœur (vers 1500), 38-42, rue des Archives, 75004 Paris
- l’hôtel de Clisson, châtelet d’entrée (vers 1380), 58, rue des Archives, 75004 Paris
- façades de maisons bourgeoises en pan de bois à pignon sur rue (XVIIe siècle), 11, rue François-Miron, 75004 Paris
- caves voûtées de la maison de l’abbaye d’Ourscamp (XIIIe siècle), 44, rue François-Miron, 75004 Paris
- caves voûtées de l’hôtel de l’abbaye de Chaalis (XIIIe siècle), 68, rue François-Miron, 75004 Paris

- l’hôtel de l’abbaye de Maubuisson (XIVe-XVIe siècles), 12, rue des Barres et 11, rue Grenier-sur-l’Eau, 75004 Paris
- l’hôtel des archevêques de Sens (bibliothèque Forney) (vers 1498), 1, rue du Figuier, 75004 Paris

Rive gauche
- la cour de l’ENS des Beaux-Arts, les vestiges de l’hôtel Le Gendre (rue des Bourdonnais, détruit en 1841), (vers 1500), 14, rue Bonaparte, 75006 Paris
- l’hôtel de Fécamp (vers 1520), 5, rue Hautefeuille, 75005 Paris
- une façade de maison bourgeoise à pignon sur rue (XVe-XVIIe siècles), 6, rue Boutebrie, 75005 Paris
- enseigne sculptée de saint Julien (vers 1380), 42, rue Galande, 75005 Paris
- des façades de maisons bourgeoises à pignon sur rue (XVe-XVIIe siècles), 31-33, rue Galande, 75005 Paris
- l’hôtel des abbés Cluny (musée national du Moyen-Âge), (vers 1490-1510), 6, place Paul-Painlevé, 75005 Paris
- les bâtiments du collège de Fortet (vers1505), 19-21, rue Valette, 75005 Paris
- l’hôtel Scipion (vers 1530), 13, rue Scipion, 75005 Paris
- une maison en pierre de taille à mur gouttereau sur rue (vers 1500), 19, rue des Gobelins, 75013 Paris
- l’hôtel dit de la Reine Blanche (XVe-XVIIe siècles), 9, rue Gustave-Geffroy, 75013 Paris.

Une exposition originale et pleine de redécouvertes qui, un peu comme celle, simultanée, de Carnavalet sur les Couleurs du ciel nous donne envie de partie à la découverte des trésors artistiques du XVIIe dans les églises de Paris, nous transmet, elle, de nombreuses clés pour comprendre et mieux regarder les vestiges de ce Paris médiéval capable encore de nous surprendre dans notre quotidien. Quelle ville !

Le commissariat de l’exposition a été confié à Étienne Hamon, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université de Picardie – Jules Verne, et à Valentine Weiss, conservateur aux Archives nationales, responsable du Centre de topographie historique de Paris au département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime.

La Demeure médiévale à Paris, Archives nationales, Hôtel de Soubise, 1er étage, 60, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris, du 17 octobre 2012 au 14 janvier 2013. Fermée le mardi et les jours fériés, mais ouvert du lundi au vendredi de 10 à 17h30, et le samedi et dimanche de 14 à 17h30. 6 et 4€.

Vous retrouverez dans les articles « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » et 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », et « Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tenterons aussi de vous les présenter chaque mois , à partir de Février 2013.

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, celui de cette exposition en fait partie, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procéderons de la même manière en 2013, avec PARIS 2013 : les meilleurs catalogues d’expositions de Paris.

André Balbo

sources : visite, Archives Nationales, Jean Gimpel

Adresse

60 Rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

Horaires

- Du 17 octobre 2012 au 14 janvier 2013

- Fermée le mardi et les jours fériés

- Ouvert du lundi au vendredi de 10 à 17h30, et le samedi et dimanche de 14 à 17h30

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.