eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Vie de quartier, Le Marais > Archives Vie de Quartier, Le Marais > Paris la nuit ? C’est pas gagné !

Paris la nuit ? C’est pas gagné !

Dernière mise à jour : jeudi 22 mars 2012, par Expositions

Des associations de riverains lancent le réseau Vivre Paris !, destiné à lutter contre le bruit dans les quartiers animés de la capitale. Elles dénoncent « les vociférations de la population noctambule », et « les terrasses envahissantes ».

Elles seraient dix associations de riverains (Le Marais, Montorgueil, la Butte-aux-Cailles, etc) à faire le même constat exprimé par Gérard Simonet, président de l’association Vivre le Marais : « il est de plus en plus difficile de dormir et de circuler sur les trottoirs à cause des établissements de nuit qui n’acceptent pas de mettre de sourdine et des terrasses qui se répandent sans limite » !

Ce retraité très actif a déjà une première victoire à son tableau de chasse : l’interdiction de l’extension d’un bar gay, le Cox, situé rue des Archives.

La mobilisation de ces adeptes de la tranquillité intervient en réponse à la campagne lancée cet automne par des acteurs du Paris by night qui, eux, dénoncent l’application de plus en plus dure de la réglementation occasionnant de nombreuses fermetures administratives.

À l’initiative de Ian Brossat, président du groupe communiste au conseil de Paris, les élus ont voté le principe d’états généraux de la nuit, qui rassembleront commerçants, mairie de Paris, ministère de la Culture et préfecture de police.

« Nous voulons être parties prenantes de ces négociations, sinon, ce sera la bronca. Et nous savons faire ! » préviennent Gérard Simonet et ses amis. Ces états généraux auront lieu en juin « et les riverains y seront associés, tempère Ian Brossat. Mais il faut aussi qu’ils acceptent que la nuit n’est pas qu’une source de nuisance, mais aussi d’activités. Et qu’une réglementation interdisant par exemple de danser dans des bars est absurde. »

Pour Gérard Simonet, pourtant, pas besoin d’assouplir les règles. « Nous demandons simplement que la loi existante soit respectée ! »

André Balbo

Source : Le Parisien