eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 18e > Guide Paris 18e > Se restaurer, Paris 18e > Restaurants / Brasseries, Paris 18e > À la Pomponnette, le bon restaurant authentique de Montmartre

À la Pomponnette, le bon restaurant authentique de Montmartre

Dernière mise à jour : mercredi 23 décembre 2015, par Expositions

Dans le quartier très vivant des Abbesses, en haut de la rue Lepic, un restaurant d’ambiance parfaitement intégré à Montmartre, et un morceau de son histoire.

Arthur Delcroix ouvre son resto en 1909, à Montmartre, et devient vite l’ami de peintres comme Poulbot et Gen Paul, dont certaines des œuvres ornent encore les murs.

Son nom n’est lié en rien, précisons-le, à la chatte de « La Femme du Boulanger », de Marcel Pagnol, mais à une dégustation pittoresque de vins dans des verres que l’on ne peut jamais poser... souvenir de bordée et de bords d’eau (Seine-et-Marne), demeuré inoubliable aux amis Arthur et Poulbot.

En 1923, Arthur sacrifiera son poulailler situé au fond de la cour et, à la demande de Poulbot, fera construire un dispensaire où les petits "Poulbot", enfants des familles démunies de Montmartre, viendront se faire soigner gratuitement.

Le décor n’a pas changé. Comme à l’origine, les murs évoquent le charme villageois du Montmartre d’antan.

Aujourd’hui, la 4e génération de restaurateurs est très affûtée, la cuisine solidement campée dans les spécialités et les traditions françaises, et la 5e, représentée par le neveu, pointe déjà son intérêt, ses suggestions et son profond respect des traditions familiales et du lieu.

Une remarque : choisissez votre banquette avec attention. Des gouffres peuvent s’y cacher, et des clientes y disparurent corps et biens, jupes par dessus-tête. Tout le reste peut être pris à cette adresse sans la moindre réserve, les yeux fermés, service compris. Super sympa, qui plus est.

Si le lieu respire cette authenticité, c’est qu’il n’est apprêté en rien. Sur les murs et du sol au plafond, on sent bien que le temps a déposé son mille-feuille au fil des années, dessin et peinture les uns après les autres.

L’été 2014, le restaurant fermera 2 semaines pour permettre à un artisan de réparer le carrelage ancien du sol du bar, carreau par carreau.

La crise a soufflé ici comme ailleurs. Les clients ont modifié leurs habitudes. Certains ne prennent maintenant qu’une entrée et une carafe, ou un plat direct, ou une frite... et 3 bouteilles de vin au comptoir ! La direction s’est adaptée. Prix inchangés, ouverture tous les jours, dimanche compris, chaud devant !

Parmi les spécialités, en entrées (de 12 à 20€), ne loupez pas le génial « Lapin en gelée à l’estragon », rare et onctueux ; le « Foie gras de canard en "chaud et froid" et son chetney de fruits secs », si personnel, et les véritables « gros Escargots de Bourgogne », par 6, 9 ou 12. Attardez-vous aussi sur l’« Os à moelle gratiné », ou même le « Reblochon rôti sur salade », ou la « Salade gourmande ».

Dans les viandes, j’avoue ma préférence marquée pour le « Duo de rognon et ris de veau flambés au cognac », quand il y en a, la « Joue de bœuf braisée » et pour la « Tête et langue de veau sauce ravigote ». Et je vous passe le « Pigeon désossé, farci et rôti au jus », ou le « Navarin d’agneau aux petits légumes ». Pour les plats, comptez de 21 à 29€. Quelques plats de poissons aussi (bar, Lieu noir, Coquilles saint-jacques), mais que je n’ai pas goûtés.

Pour les desserts, je ne prends que des sorbets, mais mes ami(e)s gourmand(e)s adorent la « Crème brûlée à la Mandarine impériale », ou LE « Profiterole au chou maison ». De 10 à 13€.

Quelques vins ? Parmi les meilleurs et les plus demandés : le Louis Jadot 2010, un bourgogne couvent des Jacobins, que faisait déjà le papa de la patronne qui s’est battue pour le conserver (34€) ; le côtes-du-rhône gentilhomme 2011 (25€) ; le fauteuil rouge (28€) ; et le sancerre rouge la petite fontaine 2011 (34€).

Deux dernières informations. S’il fait beau, une terrasse surplombe avec bonhomie les trottoirs de la rue Lepic. Si vous êtes en voiture, et mal garé, ne vous attardez pas passé 23h30 au risque de devoir aller chercher votre véhicule... à la préfourrière de la Porte Pouchet.

À la Pomponnette, métro Abbesses ou Blanche. Bar et restaurant de 12 à 15h et de 18h30 à 24h. Formule du midi à 22€, menu midi et soir à 34€.

André Balbo

Adresse

42 rue Lepic, 75018 Paris

Horaires

Bar et restaurant ouverts de 12 à 15h et de 18h30 à 24h

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.