eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Cinéma > Personnalités du cinéma > Acteurs & Actrices > Robert Downey Jr : Iron-Man n’avance plus masqué

Robert Downey Jr : Iron-Man n’avance plus masqué

Dernière mise à jour : mardi 1er mai 2012, par Morgan

- Né le 4 Avril 1965 à New York (États-Unis)

A l’affiche de The Avengers en mai 2012 puis de Iron-Man 3 l’année suivante, Robert Downey Jr semble indestructible sous sa carapace métallique. Mais cela n’a pas toujours été le cas pour cet acteur qui a longtemps brûlé la chandelle par les deux bouts.

Biographie - Filmographie

La Biographie

Un homme qui incarne aussi bien Charlie Chaplin que Robert Downey Jr ne peut pas être une brute. Un acteur capable de se glisser sous le costume de Sherlock Holmes sans paraître trop léger pour le porter ne doit pas être mou du neurone. Un mec qui joue un acteur australien blanc qui joue un soldat afro-américain sans s’emmêler les répliques (Tonnerre sous les Tropiques) ne peut pas être un mauvais acteur.

Pourquoi alors ces années de galère ? Entre le faste du début des années 1990, où on le voit aux côtés de Mel Gibson dans Air America, avec Tom Sizemore dans Drôles de fantômes, sous la direction de Richard Attenborough dans Chaplin ou de Robert Altman dans Short Cuts, et celui de la fin des années 2000, il y a un immense passage à vide, aussi grand qu’est le talent de celui qui l’a traversé.

La réponse est à trouver dans les magasines people de l’époque. Star montante du cinéma, il devient très vite étoile déchue du fait de ses multiples arrestations pour des faits liés à la drogue, à l’alcool ou de possession d’arme. Bien sûr, la traversée du désert fut parcourue de quelques oasis, comme U.S. Marshals(1998), Prémonitions (1999) ou encore Gothika (2003), mais aucun de ces films se seront des succès ni ne permettront à Robert Downey Jr de tirer son épingle du jeu.

Mais celui qui a été nominé aux Oscars deux fois (en 1992 comme Meilleur Acteur pour Chaplin puis en 2009 comme Meilleur second rôle dans Tonnerre sous les Tropiques), va connaître un second souffle spectaculaire. Du fond du gouffre, il revient en haut de l’affiche, d’abord comme second rôle de choix (Good Night, and Good Luck de George Clooney, A Scanner Darkly, de Richard Linklater), ou comme acteur principal dans des films outsiders (Kiss Kiss Bang Bang de Shane Black). Zodiac, de David Fincher, lui permet de véritablement se faire re-découvrir du grand public. Dès lors, la diction mâchée de l’acteur, son regard un peu fou, son côté caméléon le fait apprécier du public, et du même coup, des studios. Dans Iron-Man 1, 2 et bientôt 3, et dans Sherlock Holmes 1 et 2, il se paie de luxe de jouer sur son côté mauvais garçon tout en se montrant bankable et charmant. A bientôt 50 ans, Robert Downey Jr a-t-il atteint l’âge de raison ?


La Filmographie

Iron Man 3 (2013) de Shane Black
The Avengers (2012), de Joss Whedon
- Sherlock Holmes : Jeu d’ombres (2011), de Guy Ritchie
- Date Limite (2011), de Todd Phillips
- Iron Man 2 (2010), de Jon Favreau
- Sherlock Holmes (2009), de Guy Ritchie
- Le Soliste (2009), de Joe Wright
- Tropic Thunder (2008), de Ben Stiller
- Iron Man (2008), de Jon Favreau
- Zodiac (2007), de David Fincher
- Lucky You (2007), de Curtis Hanson
- Fur : un portrait imaginaire de Diane Arbus (2007), de Steven Shainberg
- Annie Leibovitz : life through a lens (2007), de Barbara Leibovitz
- A Scanner Darkly (2006), de Richard Linklater
- Raymond (2006), de Brian Robbins
- Good night, and good luck. (2006), de George Clooney
- Kiss kiss, bang bang (2005), de Shane Black
- Eros (2005), de Michelangelo Antonioni
- Gothika (2004), de Mathieu Kassovitz
- The Singing Detective (2003), de Keith Gordon
- Whatever We Do (2003), de Kevin Connolly
- Charlie : The Life and Art of Charlie Chaplin (2002), de Richard Schickel
- Wonder Boys (2001), de Curtis Hanson
- Black and White (2000), de James Toback
- Bowfinger, roi d’Hollywood (1999), de Frank Oz
- Premonitions (1999), de Neil Jordan
- The Gingerbread Man (1998), de Robert Altman
- US marshals (1998), de Stuart Baird
- Pour une nuit (1997), de Mike Figgis
- Le Don du roi (1997), de Michael Hoffman
- Danger zone (1997), de Allan Eastman
- Richard III (1996), de Richard Loncraine
- The Sunchaser (1996), de Michael Cimino
- Week-end en famille (1996), de Jodie Foster
- Only you (1995), de Norman Jewison
- Tueurs nés (1994), de Oliver Stone
- Short cuts (1994), de Robert Altman
- A Century of Cinema (1994), de Caroline Thomas
- Chaplin (1993), de Richard Attenborough
- Luck, trust & ketchup : Robert Altman in Carver Country (1993), de John Dorr
- The Last party (1993), de Mark Benjamin
- Drôles de fantômes (1993), de Ron Underwood
- Soapdish (1991), de Michael Hoffman
- Too much sun (1991), de Robert Downey Sr.
- Air America (1990), de Roger Spottiswoode
- Chances are (1989), de Emile Ardolino
- That’s Adequate (1989), de Harry Hurwitz
- Coupable Ressemblance (1989), de Joseph Ruben
- Neige sur Beverly Hills (1988), de Marek Kanievska
- Toutes folles de lui (1988), de Bud Smith
- 1969 (1988), de Ernest Thompson
- A fond la fac (1987), de Alan Metter
- The Pick-Up Artist (1987), de James Toback
- Une Créature de rêve (1985), de John Hughes
- Firstborn (1984), de Michael Apted
- Baby, it’s you (1983), de John Sayles

Ce contenu peut aussi vous intéresser :

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.