evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Paris > Transports à Paris > Taxis à Paris > Taxis parisiens : la guerre des gares et aéroports fait rage

Taxis parisiens : la guerre des gares et aéroports fait rage

vendredi 6 octobre 2017, par Morgan

Les taxis parisiens ont mauvaise réputation, c’est un fait. Cette réputation vient d’un paradoxe : alors que la qualité des prestations est régulièrement épinglé par des études indépendantes, la réglementation de la profession reste toujours en faveur des grandes compagnies, qui ont réussi à laisser le rapport Attali de 2008 orphelin de tout effet sur le terrain et ont même obtenu en décembre 2011 une majoration de 3,7% de leurs tarifs par arrêté.

Depuis plusieurs mois, le moral des taxis parisiens est en berne. Taxis clandestins, Vélib’ et Autolib’ leur ont fait mal, mais sans doute pas autant que le développement de nouveaux types de services qui empiètent sur leur territoire.

En 2010, une loi autorisait la création d’entreprises de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), censés ne pouvoir fonctionner qu’à la réservation. Mais dans les faits, des groupements comme la Fédération nationale du taxi (FNDT) dénonçaient une concurrence déloyale, soulignant que de nombreux VTC prenaient des clients "à la volée".

La navette qui monte, qui monte...

L’autre grande problématique pour les taxis parisiens est le service aux alentours des gares et des aéroports. Là encore, de nouveaux prestataires ont fait leur apparition et commencent à grignoter une part non négligeable du chiffre d’affaires des taxis "historiques". IDTGV, par exemple, la filiale de la SNCF spécialisée dans l’innovation commerciale, propose depuis peu la réservation de micro-navettes de la société Navendis au moment de l’achat d’un billet de train. En un clic, le client peut acheter son billet de train et sa navette en porte-à-porte. Le service de transport est partagé : les trajets sont mutualisés entre plusieurs utilisateurs (jusqu’à quatre) pour un forfait intramuros de 19 euros, 30 euros pour la Petite couronne ou 40 euros pour la moyenne couronne. Ce service fonctionne uniquement en lien avec une réservation IDTGV et jusqu’à 36h avant l’heure de départ.

Pour ce qui est des aéroports, les sociétés de transport en navette se sont multipliées comme des petits pains. Rien que pour Paris intramuros, il existe des dizaines de ces compagnies offrant des forfaits fixes pour des navettes partagées (avec plusieurs arrêts sur la route) ou privées (sans arrêts, mais un peu plus chères). La première d’entre elles se nomme SuperShuttle Paris. Depuis le début de l’année 2012, cette compagnie qui s’inspire du modèle américain a conclu un partenariat avec Air France, qui permet à ses usagers de coupler leur billet pour un service de porte-à-porte. Un autre coup très dur pour les taxis parisiens, déjà lourdement frappés par les hausses des prix de l’essence.

Exemples de tarifs pour un trajet Paris intramuros - Aéroport Charles-de-Gaulle à 8h en semaine :

- Taxis parisiens : de 35 à 60 euros jusqu’à 3 personnes.
- SuperShuttle : 57 euros pour trois personnes en navette partagée (jusqu’à 8 passagers), 99 euros en navette privée (jusqu’à huit passagers).
- Compagnie de VTC First Way : 110 euros pour 3 passagers.

Voir notre guide Evous des tarifs des taxis parisiens.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.