.evous
  

Tentative de braquage à Suresnes : un mort et un blessé grave

Dernière mise à jour : mercredi 7 septembre 2011,    par: Morgan

Ce mardi matin, quatre malfrats ont été mis en fuite par des convoyeurs de fonds de la Brinks lors d’une tentative de braquage ayant mal tourné à Suresnes. L’un des voleurs est mort et un autre est grièvement blessé sans que son pronostic vital soit engagé.

C’était la fin de matinée ce mardi 6 septembre, aux alentours de 11h20, et deux convoyeurs de l’agence Brinks avaient pénétré dans un sas de sécurité afin de récupérer la recette du Carrefour Market de la rue de Ratrait à Suresne (Hauts-de-Seine), quand quatre hommes vêtus de combinaisons de peintres et de masques les prennent à partie et engagent le combat.

D’après France Soir, un des braqueurs possédait une arme de poing et un autre était armé d’une bombe lacrymogène, un armement et une préparation qui semblent bien légers pour une tentative de braquage, et qui laisse à croire que les quatre malfrats possédaient peu d’expérience en la matière.

L’échauffourée éclate et un policier est blessé à l’œil. Immédiatement, il utilise son arme de poing et tire à cinq reprises, mettant les braqueurs en fuite à travers la ville.

Un quart d’heure plus tard, un premier corps est récupéré par les pompiers à environ 200 mètres du lieu de la confrontation. Il s’agit d’un jeune homme de 26 ans prénommé Tarik, déjà connu des services de police pour d’autres affaires. Le jeune homme est dans un état grave, mais ses jours ne sont pas en danger. Il aurait pris quatre balles, à l’épaule, dans le dos et dans les jambes.

Une demi-heure plus tard, un autre des braqueurs est retrouvé, baignant dans son sang dans un hall d’immeuble. Karim, 25 ans, fiché pour trafic de stupéfiants, est constaté mort à l’arrivée des secours. Les deux autres complices de ce braquage qui a très mal tourné sont encore en fuite, et leur identité n’est pour l’instant pas connue, mais la police aurait quelques pistes. Heureusement, aucun passant n’a été blessé au cours de la fusillade.

Mots-clés