Paris eVous
Accueil Sortir à Paris Paris Plages Concerts Expositions Enfants Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sports

Accueil > Paris > Se déplacer à Paris > Prendre le bâteau : à Paris sur la Seine > Voguéo : le bateau-bus parisien aux oubliettes ?

Voguéo : le bateau-bus parisien aux oubliettes ?

Dernière mise à jour : vendredi 27 janvier 2017, par Benoît, Expositions

Le projet Voguéo coûte trop cher ! Le syndicat des transports d’Ile-de-France a décidé d’abandonner la procédure de délégation de service public en l’attente de nouvelles décisions sur le sujet. En bref, Voguéo, c’est (presque) fini.

La SeineDERNIÈRE ACTU. Voguéo n’est pas encore mort et enterré. Mais presque. L’organisme gestionnaire des transports en Ile-de-France, le Stif, a déclaré hier "sans suite" la procédure de délégation de service public visant à exploiter le service de navettes fluviales Voguéo. Pourquoi ? Le Stif a lancé un appel d’offres. Trois candidats étaient intéressés (Veolia, Bateaux-Mouches et Batobus). Un seul, Batobus, a déposé une offre concrète. Et celle-ci comprend un coût d’exploitation 3 fois supérieur au budget prévisionnel. 600 millions d’euros sur 10 ans, pour un coût moyen par voyage de 36€ ! Pas rentable.

Reste-t-il une chance de voir un jour un transport en commun fluvial à Paris ? "Le Stif réunira un comité de pilotage regroupant les différentes collectivités concernées par la desserte fluviale sur la Seine dans les meilleurs délais, afin de faire le point sur ce projet." L’espoir est mince.

LE PROJET. Voguéo a déjà navigué. L’expérimentation a été menée de 2008 à 2011 entre Austerlitz et Maisons-Alfort. En 2011, il était question d’une simple interruption du test de bateau-bus francilien (lire l’article ci-dessous). En effet, depuis, le syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) a lancé une concertation publique début 2012. Le projet se voulait plus ambitieux avec 3 lignes de transport : Vitry-sur-Seine / Invalides en 1h30 de trajet ; Tour Eiffel / Austerlitz en 1h ; Suresnes / Musée d’Orsay en 1h40. En tout : 31 escales pour 12 communes desservies. Bref, la Seine empruntée sur toute sa latitude des Hauts-de-Seine au Val-de-Marne. A priori, le bateau-bus parisien ne verra pas le jour, du moins pas sous cette forme.


Voguéo : la croisière est interrompue (article du 8 juin 2011)

Le système des navettes fluviales sur la Seine, que la Région d’Ile-de-France et la RATP avaient confié à Sodexo, une entreprise privée de restauration rapide, a été interrompu fin mai 2011 pour ne reprendre, peut-être, qu’en 2013.

Selon Le Parisien, il n’y aurait eu, à la fin de la phase d’expérimentation commencée en 2008, qu’une moyenne de 7 passagers par vedette, un nombre d’usagers un peu court… mais qui, pour la plupart, regrettent profondément l’interruption de ce service.

En attendant l’éventuelle reprise de ce système de navettes fluviales en 2013, il serait question que les 25 employés qui ont travaillé pour Batobus, qui gérait les navettes Voguéo et est une filiale de Sodexo, soient recasés comme plongeurs en restauration rapide, ce qu’ils appréhendent.

Le futur système Voguéo tel qu’il vient d’être voté à l’unanimité par le Stif sera accessible aux titulaires d’un abonnement de transports, passe Navigo ou autre. On peut imaginer aisément qu’une campagne de lancement conséquente lancera ce transport collectif d’un genre nouveau.

Sur les 25M€ du coût annuel de Voguéo, 10 viendront du Stif, 5 des collectivités et 10 des recettes. Ce nouveau réseau fera l’objet d’une délégation de service public.

André Balbo

sources : Le Parisien, Voguéo, Le Canard enchaîné