Paris eVous
Accueil Paris Plages Concerts Expositions Salons Enfants Sports Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sortir à Paris

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Débats à Paris : vos questions > Tarifs des médecins à Paris : François Wilthien, généraliste, vous (...)

Tarifs des médecins à Paris : François Wilthien, généraliste, vous répond

Dernière mise à jour : vendredi 8 février 2013, par Benoît

530 médecins pour 100.000 habitants à Paris, soit le meilleur score de l’Ile-de-France. Loin devant la Seine-et-Marne et ses 116 médecins pour 100.000 habitants. Paris n’est à première vue pas concerné par l’actuel débat sur les déserts médicaux. Mais... à Paris, il n’est pas toujours évident de trouver un médecin pratiquant le tarif de base de la Sécurité sociale. Les dépassements d’honoraires sont légion : de 15€ en moyenne ! Interview de François Wilthien, 1er vice-président du syndicat MG France, à l’aide de vos questions.

François Wilthien, premier vice-président du syndicat MG France, praticien à AubervilliersQui est François Wilthien ? Le vice-président du principal syndicat de médecins généralistes en France. Cet organisme promeut une "prise en charge globale du patient", donc un suivi dans le temps. Ainsi MG France souhaite que le tarif "secteur 1", c’est-à-dire le tarif de base de la Sécurité sociale (23€ pour une consultation) soit aisément disponible sur l’ensemble du territoire français. MG France ambitionne d’ailleurs de revoir le système de rémunération des médecins de "secteur 1" en utilisant le paiement à l’acte mais aussi des actes de prévention (dépistage...) et les forfaits par patient : "Un médecin ayant un grand nombre de clients suivis aura une rémunération supplémentaire qui lui permettra d’avoir un secrétariat, par exemple", avance François Wilthien.

UN TARIF MAXIMAL À PARIS ?

Béatrice : Quand y aura-t-il un tarif maximal à Paris ?
François Wilthien, premier vice-président du syndicat MG France, praticien à Aubervilliers : Il en est question. Il va y avoir une analyse par la sécurité sociale des tarifs pratiqués par les médecins. Après, en fonction des résultats, la convention médicale décidera ce qu’elle fera concernant les tarifs en Ile-de-France. Mais avant de parler de tarif maximal, il est pour l’instant question d’observer les pratiques tarifaires.

Evous : Un plafond de 70€ a pourtant été évoqué…
F. Wilthien : Oui une cote tarifaire a été envisagée, de l’ordre de 150%, ce qui amenait à un tarif de l’ordre de 70€. Après ce sera un objectif à atteindre, voilà ce qui est stipulé dans l’accord.

POURQUOI DES PRIX SI ÉLEVÉS ?

Evous : Comment expliquer que les tarifs soient si élevés à Paris ?
F. Wilthien : Parmi les raisons : il est difficile d’avoir un local d’exercice professionnel à Paris en raison du coût de l’immobilier. Nous qui souhaitons une répartition sur tout le territoire de médecins généralistes de secteur 1 (tarif de base de la sécurité sociale, ndlr), nous avons des problèmes de coût de la pratique. Si l’essentiel des honoraires du médecin passe dans son local, vous imaginez bien qu’il ne va pas rester longtemps dans la zone. Mais il existe d’autres problèmes en Ile-de-France dans les moins beaux quartiers comme pour moi-même en Seine-Saint-Denis avec des dégradations régulières.

COMMENT CONNAÎTRE LE TARIF À L’AVANCE ?

Christiane : Comment est-ce possible de connaître, avant d’appeler pour prendre un rendez-vous, les tarifs pratiqués par un médecin ?
F. Wilthien : Tous les patients peuvent consulter sur le site Ameli-direct les données concernant les médecins référencés. Ils trouvent les coordonnées du médecin, le secteur dans lequel il exerce et les honoraires pratiqués des actes les plus courants.

DES DÉSERTS MÉDICAUX À PARIS ?

Luc : Ils sont où les déserts médicaux en Ile-de-France ?
F. Wilthien : Cela concerne en effet Paris et la région parisienne. La ministre de la Santé Marisol Touraine a proposé récemment des mesures intéressantes. Dans le rapport du Sénat (publié hier, ndlr), il y a des mesures reprenant les propositions de Marisol Touraine et d’autres totalement répressives (le Sénat propose non pas une incitation financière à l’installation dans les déserts médicaux mais une sanction pour ceux choisissant de s’installer dans les zones où beaucoup de médecins sont présents, ndlr). C’est assez ridicule surtout en sachant qu’aujourd’hui, en France, vous n’avez pas plus de 2% de la population sans médecin à moins de 15 minutes du domicile. En revanche, ce qui nous inquiète tous, tous territoires confondus, c’est qu’un grand nombre de médecins vont bientôt partir à la retraite ! Jusqu’en 2025-2030, nous aurons un effectif réduit de 20% à 30%.

Evous : Quand l’on parle de désert médical à Paris, est-ce dans le sens où il faut attendre longtemps avant d’obtenir un rendez-vous ?
F. Wilthien : Paris est une ville qui a beaucoup de médecins, d’hôpitaux, d’organismes d’urgence… Mais à Paris, il y a peu de médecins traitants dans le sens où nous l’entendons à MG France, c’est-à-dire des médecins du suivi longitudinal, parfois appelé "médecin de quartier" : des familles, des enfants, des retraités… Dans Paris, certains médecins exercent des activités annexes parce qu’ils ont une seconde activité ou parce qu’ils privilégient un mode d’exercice type ostéopathie, acuponcture… Vous avez plus de 2.000 médecins généralistes mais vous n’avez pas plus de 1.000 médecins traitants. D’où la difficulté d’en voir plusieurs partir dans les prochaines années !

LIRE AUSSI : Où est-on le mieux soigné en Ile-de-France ? et Un site Web pour trouver le meilleur hôpital dans votre département


Dépassements d’honoraires des médecins à Paris : vos questions ! (article du 31 janvier 2013)

Chez le docteurCONTEXTE. L’accès aux soins, les déserts médicaux, les dépassements d’honoraires... autant de questions au cœur de l’actualité en 2012. Depuis, un plafond de dépassements des honoraires a été fixé à 70€ (tarif de base 23€ pour un généraliste, 25€ pour un spécialiste). L’Assurance Maladie, les syndicats de médecins CSMF, MG et SML ainsi que l’Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire (Unocam) ont signé un accord sur les tarifs pratiqués le 26 octobre 2012. Mais le fameux plafond peut être contourné sous conditions. Soigner à Paris entraînant des coûts plus importants qu’en province, les praticiens parisiens devraient continuer de pratiquer d’importants dépassements d’honoraires.

Car une enquête du Monde publiée en 2012 montre que les tarifs médicaux sont particulièrement élevés dans la capitale. À Paris, la consultation s’élève selon Le Monde à 15€ au-dessus des prix recommandés par la Sécurité sociale. 6,7% des médecins, généralistes et spécialistes confondus, pratiqueraient des tarifs 3 à 4 fois supérieurs au tarif de base. À Lyon, par exemple, ils sont seulement 1,5% dans ce cas. Selon la même enquête, en 2011, seuls 55% des médecins parisiens sont "généralement au tarif" de la Sécurité sociale. Dernier chiffre : selon une étude de la Mutualité française réalisée en 2010, l’Ile-de-France est la seule région où le taux de dépassements des médecins libéraux conventionnés dépasse les 30%.

Une bonne nouvelle ? D’autres études montrent qu’à Paris, le délai d’attente pour obtenir un rendez-vous chez un médecin est largement inférieur au délai constaté en province...

QUESTIONS-RÉPONSES. Le 15 janvier 2013, nous avons publié un appel à contributions intitulé "Accès à la santé à Paris et en Ile-de-France : posez vos questions !". Celui-ci n’a pas rencontré le succès escompté et nous avons donc décidé de relancer un appel à contributions mais cette fois sur la problématique très parisienne des dépassements d’honoraires. Posez vos questions, nous les transmettrons à un expert (agence régionale de santé, mairie de Paris, syndicat de médecins...). Sachez cependant que nous sommes contraints à une sélection, parfois drastique ! Pour poser une question, direction l’espace commentaires en bas de page. Pour les réponses, rendez-vous la semaine prochaine...

Mettez en avant votre événement sur www.evous.fr !