eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Expositions dans le Marais > Événements au Centre Pompidou et à la BPI > Alain Seban, président du Centre Pompidou craint d’avoir "peut-être à (...)

Alain Seban, président du Centre Pompidou craint d’avoir "peut-être à sacrifier des expositions" en 2013

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Le président de l’établissement public du Centre Pompidou a déclaré le 20 septembre craindre d’avoir peut-être à "sacrifier des expositions en 2013" en raison de la baisse prévisible de sa subvention versée par l’État.

Pour le Figaro, "voilà le monde de la culture prévenu, la tendance est à la coupe budgétaire et n’épargnera personne". Si même ce fameux musée spécialisé en art moderne et contemporain est si durement touché, jusqu’où cela ira-t-il ?

"En 2013, nous allons sans doute être amenés à faire des choix..." a confié Monsieur Alain Seban, en marge d’un point de presse sur le bilan du Centre Pompidou Mobile, petit musée nomade qui aurait attiré en un an sur 3 étapes quelque 130 000 visiteurs.

Comme le ministère de la Culture et de la Communication n’est pas épargné par les restrictions budgétaires, les présidents des grands établissements culturels sentent qu’ils auront très bientôt à réaliser des efforts... consistants.

Selon Alain Seban, la ministre Aurélie Filippetti "étudie attentivement la situation des différents établissements culturels et elle a conscience que chacun a ses spécificités".

Une de celles du Centre Pompidou est par exemple que la subvention perçue de l’État sert de surcroît à payer les salaires, contrairement à d’autres établissements. Ce qui fit qu’en 2011 Pompidou avait particulièrement mal vécu la baisse de 5% de sa subvention.

De plus, dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques (la redoutable RGPP, qui prévoyait le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite dans la limite de 1,5% des effectifs dans l’année) "Nous avons réduit nos effectifs de 50 emplois en 3 ans".

Selon Alain Seban, la baisse prévisible de la subvention "aura un impact sur la programmation". Aujourd’hui, le Centre consacre 6,5M€/an pour ses expositions temporaires, soit un montant équivalent à celui de 2000, or le président souligne que depuis "il y a eu la hausse du prix des assurances d’œuvres d’art, (et) des coûts fixes".

Si différentes hypothèses sont aujourd’hui à l’étude pour les équipes d’Alain Seban, celui-ci préférerait "n’avoir à sacrifier qu’une seule grande exposition".

Mais "mieux vaut supprimer un projet plutôt que de faire des abattements sur les budgets, car il faut préserver la qualité des expositions", dont les budgets seraient déjà selon lui "extrêmement justes".

Alain Seban voudrait faire davantage vivre la collection permanente du Centre Pompidou, et il souhaite notamment "pouvoir maintenir le réaccrochage de nos collections qui va montrer notre travail d’ouverture sur la mondialisation".

Contexte morose dans lequel le Grand Palais vient aussi de voir deux événements, qui avaient été prévus, sortir de sa programmation initiale...

André Balbo

sources : Centre Pompidou, le Figaro, Alain Seban, Paris-Normandie

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.