.evous
> > > > >

Aux Crus de Bourgogne, rue Bachaumont : sympa, bonne cuisine, quelques remarques !

Une brasserie de cuisine traditionnelle française, parlant anglais, près de la rue Montorgueil, quartier piétonnier très fréquenté à toute heure : bobos, visiteurs étrangers, et un léger soupçon de Paris canaille.

Décor sympa et classique de ce genre d’établissements dont on peut dire, en le croyant, qu’André Malraux y avait ses habitudes et traitait l’établissement en cantine : bref, il y avait son rond de serviette.

Décors mélangés Belle Époque / Années folles, et ambiance bistro sympa.

Première impression, la clientèle est assez majoritairement d’Amérique du Nord : Américains, Canadiens, Mexicains, et tout de même quelques Français, quelques Anglais. L’euro est bas ces jours-ci, mais ne chougnons pas trop : il n’y a pas si longtemps, nous bombions le torse avec notre monnaie et nous étions les rois sur les trottoirs et dans les boutiques de Manhattan, d’Outremont ou de Polanco.

Une remarque sur la carte. Avec l’enseigne « Aux Crus de Bourgogne », on peut ne pas bien comprendre que les vins ne soient pas accompagnés de leurs millésimes… Ni que, après réclamation, en apportant une autre carte avec millésimes, ceux-ci soient écrits à la main, raturés, ni que n’y figurent pas les plus célébrés : 2005 et 2009. Enfin, moi j’dis ça, j’dis rien…

Sachez encore que les prix sont un peu exagérés (à la hausse !), et les tables pour 4 un poil étroites.

Cela étant posé, le service est attentif et professionnel, et il y a des plats que l’on espère et qui définissent très correctement le périmètre culinaire des repas de brasseries : œufs durs mayonnaise (6,50€), rillettes d’oie, radis, pain grillé (9,50€), carpaccio de champignons de Paris, huile d’olive, citron (8,50€), et les quenelles, les bourguignons, magret, foies, rognons, dorade, saumon. Un touriste cultivé, curieux et argenté, y retrouvera ses petits avec satisfaction et y fera même des découvertes.

À notre étonnement, la charcuterie corse est assez présente sur la carte : assiette (12€), charcuterie (12€), jambon (prisuttu de San Lorenzo, affinage 2 ans, 15€), tagliatelles carbonara au jambon corse (13,50€). Je ne comprends pas bien, mais je saisis illico presto l’occasion de vous recommander la (re)lecture de L’Enquête corse, la BD de Pétillon. Un régal !

On y trouvera (Aux Crus de Bourgogne, pas dans L’Enquête corse !) de la raie au beurre noir (24€), réussie, ce qui n’a rien d’évident, la célèbre sole meunière (38€) si typiquement française, devenue si rare et si précieuse, une salade folle au homard et foie gras frais de canard (28€), plaisante et copieuse, et de très gros escargots… de Bourgogne (14€ les 6), servis avec un compte gouttes de pastis, l’idée est bonne !

La soupe de poissons (12,50€) est onctueuse à souhait. Qualité et prévenance des serveurs ? Nous avons pu la goûter avant commande.

En dessert, une délicieuse tarte aux fruits, pâte sablée al dente, et présentation opulente (11€) ! Et les autres douceurs classiques de brasseries…

Bons vins, dont un remarquable volnay (69€), léger et agréable.

Réservations fortement conseillées. Comptez de 35 à 100€ par personne, vin compris.

Notez enfin que chaque jeudi (et chaque jour sur commande), homard breton grillé (50€)… et que le café est à 4,50€.

Aux Crus de Bourgogne 3 rue Bachaumont 75002 Paris Métro Sentier ou Etienne Marcel. 01 42 33 48 24. De 12h à 14h30 et de 19h45 à 22h30. Fermé les samedi et dimanche. Et première quinzaine d’août. Terrasse dans rue tranquille aux beaux jours. aux-crus-de-bourgogne@wanadoo.fr

André Balbo

sources : visite, Aux Crus de Bourgogne

3 rue Bachaumont 75002 Paris

Adresse

Mots-clés