eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Actualités Paris 8e > Sorties dans Paris 8e > Expositions, Paris 8e > Évènements au Grand Palais > Hergé (et Tintin) au Grand Palais

Hergé (et Tintin) au Grand Palais

Dernière mise à jour : samedi 15 décembre 2018, par Expositions

Du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017, Hergé, le célébrissime créateur et dessinateur de Tintin et Milou, s’installe au Grand Palais, consécration suprême.

Hergé (1907-1983), le dessinateur et auteur de bandes dessinées belges au succès planétaire enfin au Grand Palais !

Et que l’on ne nous dise pas que le personnage Tintin serait passé de mode ! Chaque année plus de 3 millions d’albums sont encore vendus.

Hergé disait : "J’ai longtemps considéré la bande dessinée comme une farce, une amusette ; en tous cas, comme un art mineur. Mais il n’y a pas d’art mineur !"

Avec son art du dessin, son talent de narrateur, et tous ses personnages (plus de 300 !) : Tintin, Milou, le capitaine Haddock, le professeur Tournesol, Dupont et Dupond, Bianca Castafiore, Séraphin Lampion, Quick, Flupke, Jo, Zette, Jocko, Popol, Virginie, et les autres...

Nestor, en papier. Collection particulière. Photographie Jean Péan de Ponfilly, DR.

Et pourquoi pas "Hergé et ses maîtres", ou "Hergé mania"... Un graphisme simple, des histoires qui suivent à la trace une contemporanéité complexe et insaisissable, quelques embardées dans ses récits ou sa carrière sur le plan politique.

Mauvaises fréquentations ? Hergé, la figure tutélaire du 9e art, l’inventeur de la "ligne claire", dont les albums continuent à se bien tenir dans les librairies, celui qui influença des générations de dessinateurs... qui rendit heureux, selon sa propre déclaration filmée à l’entrée de l’exposition, le philosophe Michel Serres, ses enfants et tant de familles sur plusieurs générations.

Fusée Aroutcheff, taille crayons Vilac 1992 et buste Tintin au mouchoir de J.-M. Pigeon. Collection particulière, photographie Jean Péan de Ponfilly, DR

Nouvelle consécration pour le dessinateur et le scénariste !

Comme pour la bande dessinée, qui entrent ainsi ensemble et de façon magistrale sur le registre de l’Art grand public, dans un des plus prestigieux lieux d’exposition de Paris, le Grand Palais !

Hergé, quant à lui, n’aura pas manqué d’honneurs, ni de son vivant ni depuis sa disparition, lui qui, fondateur de l’École de Bruxelles, fut considéré par beaucoup comme le père de la bande dessinée européenne... près de 250 millions d’albums vendus à travers le monde, Tintin aura été traduit dans plus de 100 langues ou dialectes !

Ce qui n’a certainement pas toujours été très facile dans la mesure où ces albums recèlent tout de même une véritable encyclopédie de jurons inventifs, imagés, et parfois devenus franchement désuets.

Présentation de l’artiste

Voir Présentations d’Artistes de A à Z

Hergé, de son vrai nom Georges Prosper Remi naquit à Bruxelles dans une famille de la classe moyenne catholique ancrée bien à droite. Avant de devenir Hergé, il se nourrit à l’école du cinéma, où l’emmenait souvent sa mère, et découvre l’esthétique du noir et blanc sur grand écran. Il dévore romans d’aventures, histoires illustrées et bandes dessinées de l’époque, venues de France et des États-Unis.

Autodidacte et curieux de ce qui l’entoure, il se passionne pour le dessin et aime raconter des histoires. Le jeune homme entre vers le milieu des années 1920 au quotidien Le Vingtième siècle, dirigé alors par l’abbé Norbert Wallez, catholique traditionaliste et nationaliste.

Hergé. Les Aventures de Tintin. Tintin au pays de l(or noir. Illustration publiée en couverture du Petit Vingtième du 9 mai 1940. Document imprimé. 30x21cm. Collection Studios Hergé

Dans un supplément du journal destiné à la jeunesse, Le Petit Vingtième, le dessinateur prometteur, déjà passionné d’actualités, entame, précisément le 10 janvier 1929, les Aventures de Tintin, un jeune sympathique et curieux reporter, dont le visage est inspiré de celui de son frère cadet. Il n’en restera pas à ce seul personnage.
- 1930. Les Exploits de Quick et Flupke ;
- 1934. Popol et Virginie au pays des Lapinos ;
- 1935. Les aventures de Jo, Zette et Jocko.

Son petit reporter, que l’on ne verra tout au long de ses 24 aventures ne rédiger qu’un seul article, ne tient vraiment pas en place : après Tintin au pays des Soviets, son créateur l’expédie au (Tintin au) Congo (souvenons-nous qu’il s’agit d’une ancienne colonie belge depuis 1885), puis en (Tintin en) Amérique, et enfin en Chine avec Le Lotus bleu. 4 albums en noir et blanc, la bichromie n’interviendra que fin 1929, et la quadri en 1936.

Fétiche arumbaya. Collection particulière. Photographie Jean Péan de Ponfilly, DR

Les premières aventures de Tintin sont encore assez maladroites et présentent imprécisions et inexactitudes, mais à partir du Lotus bleu, sous l’effet conjugué de l’abbé Gosset et de Tchang, un jeune Chinois venu étudier les Beaux-Arts à Bruxelles et dont il a fait la connaissance, Hergé se documentera dorénavant intensément dans de nombreux domaines sur les pays visités par son petit reporter.

Le jour où les Aventures de Tintin paraissent, les ventes du journal se multiplient par 2, puis 3, et jusqu’à 6 fois !

Mais les talents de Hergé ne se limitent pas à la bande dessinée. À la fin des années 1920, il illustre des romans "d’environnement scout ou patronage"... réalisera des centaines de publicités (ou plutôt de réclames) vantant les mérites de l’école libre, de jouets, amplis, ou tapisseries, affinant au passage précision et technique.

Au-début des années 1930, il réalisera des couvertures d’esprit Art déco pour Votre Vingtième, Madame, mettant en scène et dressant des portraits d’une femme libérée des années folles : sportives, pilotant bateaux ou voitures...

En 1931-1932, Hergé signe avec l’éditeur Casterman qui publiera tous les albums en français.

En 1936, grâce à son avocat, Hergé récupère l’intégralité des droits de ses albums. 1936 sera aussi l’année à laquelle débutera la mise en couleurs des albums, sur l’incitation de Charles Lesnes, les albums se limitant alors pour des questions de coût à 62 pages. Les aventures de Tintin sont remaniées, avant l’aide notable de Edgar P. Jacobs.

Peut-être du fait de sa proximité avec le maurassien Léon Degrelle (qui incorporera plus tard la SS) au début des années 1930, et parce qu’il a poursuivi la publication de ses aventures, alors que le Petit Vingtième ne parait plus, dans le supplément jeunesse du Soir, contrôlé par l’occupant allemand, pendant la Seconde Guerre mondiale, Hergé sera soupçonné de collaboration.

Dessin original de P. Somon d’après un dessin de Norman Rockwell. Collection particulière. Photographie Jean Péan de Ponfilly, DR

Il avait aussi il est vrai à ce moment la responsabilité éditoriale du supplément Le Soir-Jeunesse. Il sera arrêté quatre fois, et passera même une nuit en prison à la Libération. On a dit qu’il aurait été sauvé de ce mauvais pas par son personnage Tintin. Ce n’est pas impossible.

Et aussi, en 1946, l’éditeur Raymond Leblanc, un ancien résistant, lance l’hebdomadaire Le Journal de Tintin et lui en confie la direction artistique. Le succès de ce journal lancera à la fois la bande dessinée franco-belge et le style particulier de Hergé, la ligne claire.

Au fur et à mesure, Tintin deviendra un héros laïc, il perdra sa nationalité belge devenant une référence européenne par petites touches successives, plus politiquement correct. Jusqu’aux injures proférées par le capitaine Haddock, voire les noms des personnages secondaires.

Détail tapis Tintin, édition Axis. Collection particulière. Photographie Jean Péan de Ponfilly, DR

Hergé dirige les Studios Hergé qui voient le jour en 1950 avec notamment des dessinateurs prestigieux comme Edgar P. Jacobs, talentueux coloriste et poseur de décors des Tintins, Jacques Martin et Bob de Moor. Ils valoriseront eux aussi par leurs créations la BD franco-belge.

Seront successivement publiés : De la Terre à la Lune, On a marché sur la Lune, L’affaire Tournesol, Coke en stock, Tintin au Tibet, et Hergé devient, avec Tintin, une vedette mondiale.

Aujourd’hui, deux sociétés gèrent l’œuvre d’Hergé : Moulinsart et Studios Hergé. Tintin a fait l’objet de films, de cartes postales, ses différents personnages et objets iconiques, reproduits à la perfection en résine de toutes tailles, valent une fortune et sont collectionnés avec passion...

Dessin parodique de Varenne. Collection particulière. Photographie Jean Péan de Ponfilly, DR

Hergé au Grand Palais

Quel est le Hergé qui nous est présenté au Grand Palais à l’automne 2016 ? Le dessinateur-scénariste ? L’illustrateur ? Le publiciste ? Le travailleur-entrepreneur infatigable ? Le scout traditionaliste ? Le maladroit "candide sur le plan politique ? La source de tant de produits dérivés ? L’un des papes de la bande dessinée moderne ? Le patron de la BD belge ? Le créateur dont l’on a tant de plaisir à détourner l’œuvre ? Dont on s’est inspiré pour faire tant de films, de dessins animés, de séries TV ? L’ami de Tchang ? Ou l’homme de toutes ces facettes à la fois, et avec en prime ses inédits ou ses coups de gommes politiques ? Ambitieux programme.

L’exposition rétrospective qui se tient au Grand Palais est organisée en étroite collaboration avec le musée Hergé de Louvain-la-Neuve, près de Bruxelles. Elle montre comment cet œuvre dessiné, universellement reconnu, se construit et s’inscrit dans son temps et dans une histoire de l’art.

Alors qu’il n’est encore qu’un tout jeune homme, la publication des aventures de Tintin dans Le Petit Vingtième en 1929 le fait immédiatement remarquer, et, sans en avoir véritablement conscience, il crée un style, une ligne, et une école. Sa notoriété ne fera que croître, en Belgique, en Europe et dans le monde.

Le talent d’Hergé réside certainement dans cette capacité exceptionnelle à restituer le réel d’une manière très originale mais qui demeure familière au lecteur, invité à suivre le jeune héros dans ce monde, à la fois imaginaire mais crédible.

Dessinés d’un trait au contour simple, ses personnages qui nous deviennent si rapidement familiers traversent des aventures rocambolesques en cascade qui épousent assez souvent les soubresauts de l’histoire du XXe siècle.

L’exposition décrypte la dynamique créatrice d’Hergé, dessinateur qui n’hésita jamais à s’inspirer de tous les autres arts comme de certains artistes qui lui sont contemporains (parmi lesquels Miró, Warhol, Lichtenstein, Dubuffet, et Fontana,) dont il collectionne les œuvres.

(détail) © Hergé/Moulinsart 2016

Comme au cinéma, en peinture ou en photographie, il excelle à multiplier les plans, les cadres et les perspectives. Un extrait d’émission avec Yves Robert illustre bien la technique hautement cinématographique du dessinateur qui joue avec dextérité de tous les types de plans dans ses récits.

Ces procédés et ses astuces lui sont précieux pour la composition des scènes, des séquences et des images dont le dynamisme et la force ont marqué les générations de lecteurs de Tintin.

L’exposition propose au visiteur d’explorer dans un parcours des thèmes aussi variés que la famille d’Hergé, les artistes qui bercèrent son enfance et marquèrent son développement artistique, la naissance de Tintin, comme les découvertes technologiques qui ponctuent les aventures du jeune reporter...

Les multiples facettes de l’œuvre d’Hergé se révèlent aussi grâce aux planches originales exposées, aux tableaux ou aux photographies dont il s’entourait, aux rencontres qui guidèrent ou orientèrent sa vie et sa vision artistique.

Évidemment il y a bien quelques facilités de scénographie, notamment avec quelques chaises chinoises. Mais bon.

Andy Warhol, Portrait d’Hergé, 1977, Sérigraphie sur toile rehaussée d’acrylique, 102 x 102 cm, collection particulière © The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. / ADAGP, Paris 2016 © Jean–Pol Stercq / ADAGP, Paris 2016

Des interviews, ses écrits, et des témoignages expliquent les choix de l’artiste, ses hésitations, et devraient permettre de les mieux comprendre.

Les commissaires de l’exposition sont Jérôme Neutres, directeur de la stratégie et du développement à la Rmn-Grand Palais, et Sophie Chang, conservatrice au musée Hergé à Louvain-la-Neuve.

Hergé, du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017, au Grand Palais, avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris. Métro Franklin-D.-Roosevelt, ou Champs-Élysées-Clemenceau. Du jeudi au lundi de 10 à 20h. Nocturne le mercredi de 10 à 22h. Fermeture le mardi. Mardi : visites groupées et privatisations possibles sur inscriptions. 13 ou 9€. Gratuité selon conditions habituelles du Grand Palais. Prévente sur www.grandpalais.fr. Visites guidées prévues pour les individuels et les groupes (informations disponibles sur le site du Grand Palais).

Lire aussi : Toutes les expositions 2016-2017 au Grand Palais.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2016-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, et au Petit Palais.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016,,2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême 2016-2017 - Arles 2016-2017 - Avignon 2016-2017 : Saintes-Maries-de-la-Mer, L’Isle-sur-la-Sorgue - Bordeaux 2016-2017 : Biarritz, Bègles - Dijon 2016-2017 - Grenoble 2016-2017 - Ile-de-France 2016-2017 : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - Lens 2016-2017 - Lille 2016-2017 : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - Lyon 2016-2017 : Bourg-en-Bresse, Valence, Villeurbanne - Marseille 2016-2017 : Aix-en-Provence, Les Alpilles, Draguignan, Le Rayol, Le Cannet, Saint-Tropez, Aubagne, Toulon, Hyères, Martigues - Metz 2016-2017 - Montpellier 2016-2017 : Lodève, Sète, Nîmes, Sérignan, Narbonne - Nantes 2016-2017 : Angers, Les Sables d’Olonne, Saint-Nazaire - Nice 2016-2017 : Cannes, Cagnes, Mougins, Saint-Paul-de-Vence, Vence, Biot, Grasse, Monaco, Antibes, Vallauris - Ornans 2016-2017 - Rennes 2016-2017 : Landernau, Quimper - Rodez 2016-2017 - Rouen, Le Havre 2016-2017 - Saint-Étienne 2016-2017 - Strasbourg 2016-2017 - Toulouse 2016-2017 : Albi, Montauban, Carcassonne - Tours 2016-2017 : Blois, Vendôme

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam 2016-2017 : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc Berlin 2016-2017 Bâle 2016-2017 Bruxelles 2016-2017 Genève 2016-2017 Londres 2016-2017 Madrid 2016-2017 Milan, 2016-2017 et Venise 2016-2017.

À voir également :
La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : Visite, Grand Palais, Wikipédia, Tintin, le retour, Le Monde, Jean Péan

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.