eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 16e > Cité de l’Architecture et du Patrimoine > DERNIERS JOURS de l’exposition Revoir Paris (François Schuiten / Benoît (...)

DERNIERS JOURS de l’exposition Revoir Paris (François Schuiten / Benoît Peeters). À ne pas rater...

Dernière mise à jour : lundi 23 janvier 2017, par Expositions

À la Cité de l’architecture, du 20 novembre 2014 au 9 mars 2015, deux auteurs de BD font dialoguer leurs visions futuristes de la Ville Lumière avec une sélection de dessins d’architectes et de projets d’urbanisme conçus pour Paris depuis 2 siècles...

Auteurs de Bande dessinée, soit, mais en plus les meilleurs potes ! Depuis l’enfance ! Ils ont publié la série Les Cités obscures, dont les albums ont été traduits en une dizaine de langues, et couverts de nombreuses récompenses. L’un comme l’autre multiplient les collaborations, notamment dans le cinéma.

François Schuiten, qui a poussé parmi des architectes, a conçu deux stations de métro.

Vous avez bien lu : à Paris, la station Arts-et-Métiers (11), toute de cuivre fuselée, nautilusienne, science-fictionnesque, irréelle et géniale, et, à Bruxelles, la station Porte de Hal... habitée de quelques idées d’immeubles... dessinées et 3Désisées.

François Schuiten. Projet pour la station de métro Arts et Métiers, n. d. Encre de chine, acrylique et crayons de couleur.

De ces cerveaux, assurément en surchauffe et en totale vigilance, est née l’idée d’une confrontation avec les projets d’architectes et d’urbanistes qui modifièrent, ou tentèrent de le faire, la Ville Lumière, aujourd’hui un peu caramélisée, muséïfiée, corsetée d’un périphérique que l’on envisage déjà de remplacer par une autre pointure avant même de l’avoir fait disparaître sous des dalles ou des dédales d’immeubles cache-misère.

La Tour triangle, minuscule projet qui ne touchait pourtant qu’un quartier, ne verra certainement même pas le jour. Ni dans les détails et encore moins sans vision d’ensemble, Paris ne parvient pas à se transcender. Brisée la cuirasse ? La ville s’interroge, se calcifie, se meurt d’un alzheimer progressif et dévorant qui lui grignote consciencieusement ce qui lui reste à vivre, lui fait oublier ses splendeurs passées et plus que tout encore ce que pourraient être ses nouvelles ambitions.

Les fêtes de nuit à l’Exposition universelle de Paris de 1900. Lithographie. Collection particulière / Jean-Christophe Doerr
Et le couple Schuiten-Peeters de commencer la psychanalyse historique de notre capitale par la brutalité de régularisation du baron Haussmann, qui disent-ils, fut immédiatement dans l’action, précédée d’aucun rêve, d’aucune vision. L’ingénieur démolisseur, s’appelait-il lui-même. Destin d’un changement global.

Les rêves et l’imagination n’arrivèrent qu’entre 1855 et 1900, avec les expositions universelles qui organisaient, dans la fête et la fierté, la rencontre de la Ville et du monde.

Mises en scène pour beaucoup des progrès de l’industrie peut-être, mais elles organisaient aussi les points de vue et osaient faire de l’immédiat capable de donner envie d’être conservé : la Tour Eiffel (1889), les Grand et Petit Palais, nos grandes gares alors fièrement monumentalisées, le pont Alexandre III, quelques perspectives (1900)... et ces titanesques parades, de plus en plus spectaculaires, accueillaient les visiteurs du monde entier... par dizaines de millions (le chiffre de 51 a été mentionné !).

Puis vint le temps des moyens de transports, de leur désordre et de leurs insuffisances pérennes.

Pendant l’entre-deux-guerre, le développement de l’aviation modifie les réflexions sur la ville autant qu’avait pu le faire le chemin de fer un siècle plus tôt.

Si André Lurçat rêve alors d’introduire un aéroport au cœur de Paris, sur une île aux Cygnes devenue porte-avions, soudain Le Corbusier au nom de tous les architectes et urbanistes prend honte et affirme en 1935 dans son livre Aircraft : "La vue d’oiseau nous a donné le spectacle de nos villes et ce spectacle est indigne. L’avion accuse ! Il accuse la ville ! Il accuse ceux qui conduisent nos villes !"

De nouveaux matériaux (verre, fer et béton) soutiennent l’expression d’autres exigences : on construira à de plus grandes hauteurs, en privilégiant la ligne droite, les parallèles et la symétrie, et en chassant l’incohérence et le fragmentaire ("Que le Moyen-Âge était sale !").

Puis se posera l’éternel reliquat des époques révolues : les enceintes, les fortifications et les périphériques. Qu’en faire ? Qui est l’ennemi ? Quels dangers présente-t-il aujourd’hui ? Quelles sont les capacités de ses armes ? Peut-on encore s’en prémunir de la même manière ?

Maintenant serait venu le grand moment des métamorphoses, qui nécessitent forcément une vision et du courage, le plus risqué étant de loin de ne rien entreprendre.

Toutes les technologies nous ouvrent des possibilités, des territoires et des chemins multiples.

Quels choix saurons-nous prendre pour Paris ? Pour nos villes ? Gratte-ciels ? Déplacements fluides ? Surfaces agricoles intégrées à la ville ? Et le Grand Paris ? Comment unir ces 80% de la population cantonnés au-delà des périphériques aux 20% jusque-là privilégiés du centre ?

Avant de parvenir à la grande question finale, colonne vertébrale de ce parcours, les visiteurs sont invités à faire évoluer un monument ou un quartier (Notre-Dame, la Tour Eiffel ou La Défense) sur un écran circulaire de grande taille accueillant une expérience 3D interactive, et cela grâce aux ingénieurs de l’Institut Passion for Innovation de Dassault Systèmes.

Ils réalisent depuis 2011 le projet "Paris 3D Saga" (www.paris.3ds.com), qui permet de voyager à travers plus de 2 000 ans d’histoire et de découvrir des monuments de Paris reconstitués en 3D.


Le Grand Paris imaginé par Jean Nouvel, Jean-Marie Duthilleul et Michel Cantat-Dupart. Crédits photo : "Jean Nouvel (AJN), Jean-Marie Duthilleul (AREP), Michel Cantal-Dupart (ACD)".

Enfin, si l’invention à venir est bientôt là, elle reste bel et bien encore à définir. Huit personnalités l’évoquent avec passion et répondent aux interrogations de Schuiten et Peeters : "À quoi ressemblera Paris dans 50 ans ?" Ce sont Odile Decq, Christian de Portzamparc, Toyo Ito, Jean Nouvel et Philippe Rahm, architectes ; Érik Orsenna, écrivain ; Régine Robin, historienne ; et Philippe Simay, philosophe.

Schuiten, Peeters. Revoir Paris. Du 20 novembre 2014 au 9 mars 2015, à la Cité de l’architecture, 1 place du Trocadéro, 75016 Paris. 01 58 51 52 00. Ouvert de 11 à 19h, fermé le mardi. Nocturne le jeudi jusqu’à 21h. 5 ou 3€. Métro Trocadéro.

***

Vous retrouverez dans l’article Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences dans : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, Cité de l’architecture

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.