eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 16e > Musée Dapper > Exposition sur des rites et traditions de l’art de manger, au musée (...)

Exposition sur des rites et traditions de l’art de manger, au musée Dapper

Dernière mise à jour : mercredi 3 juillet 2019, par Expositions

Du 15 octobre 2014 au 12 juillet 2015, l’Art de manger en Afrique, en Océanie, en Indonésie et aux Philippines.

Sachez qu’il est des pays où des hommes et des femmes perpétuent les traditions et rites de la préparation et de la consommation de nourritures, qu’elles leur soient destinées ou qu’elles soient adressées aux êtres de l’autre monde...

Cette exposition met en lumière des traditions, savoirs et actes, vécus au quotidien, ou de façon exceptionnelle lors de cérémonies ou rituels en Afrique subsaharienne, en Océanie, en Indonésie et aux Philippines.

Elle rassemble quelque 140 œuvres et objets prêtés par des collectionneurs privés ou de prestigieux musées : Barbier-Mueller (Genève), royal de l’Afrique centrale (Tervuren), Rietberg (Zurich), Rijk (Leyde), Wereld (Rotterdam), et du quai Branly à Paris.

Mangbetu. République démocratique du Congo. Jarre anthropomorphe. Coll. particulière © Archives musée Dapper et Hugues Dubois

Certains objets particuliers sont indissociables de ces aliments liquides ou solides, laissés tels ou transformés, des préparatifs liés à leur absorption ou des offrandes faites aux ancêtres, aux divinités et aux esprits.

Jarres, pots et autres récipients dans lesquels sont conservés céréales, lait, huile et l’eau peuvent parfois être traités de façon originale, mais bien évidemment une plus grande attention est accordée aux plats, coupes, coupelles, cuillers et louches appelés à recevoir des mets partagés par de très nombreux convives. Des réjouissances, comme les mariages (qui allient plusieurs groupes) sont l’occasion de gigantesques festins, témoignant de la richesse et du prestige des invitants. C’est le cas dans les îles
de l’Amirauté (archipel Bismarck, Mélanésie), où d’énormes plats contenaient des pièces de porc cuites.

Comme il n’est pas de convivialité sans boissons adaptées, le vin de palme et la bière de mil sont très appréciés en Afrique subsaharienne, au quotidien comme lors de fêtes, mariages, naissances, fin d’initiations, funérailles, et intronisations.

Les féculents (igname, mil, sorgho, taro, ou d’autres plantes), base même de l’alimentation, sont des denrées indispensables et précieuses. Des fêtes données en leur honneur suscitent la sortie de masques et statuettes qui rappellent aux humains les offrandes à accomplir sur les autels pour placer les cycles agraires sous des auspices favorables.

Fang, Gabon. Figure de reliquaire. Musée Dapper, Paris. © Archives musée Dapper et Hugues Dubois

Ainsi, le riz possède sa propre divinité protectrice incarnée par une statuette chez les Ifugao aux Philippines, et chez les Dan (en Côte d’Ivoire et au Liberia), les femmes, ayant préparé leurs munitions dans de grandes cuillers, lanceront les grains à la volée lors de grandes processions qui traversent les villages.

Il est souvent judicieux de se concilier les créatures de l’autre monde... Ainsi verser de l’alcool, de la bouillie de céréales, du sang des poulets, des porcs, bœufs ou chiens, sacrifiés en masse seront autant de nourritures répandues en offrandes sur le sol ou les autels.

Les outils de telles pratiques sont fréquemment sculptés avec le plus grand soin.

Quelque fois, de tels objets transitionnels avec l’au-delà possèdent leurs propres emplacements de recueillement d’offrandes : orifices ou coupelles tenues entre les mains, comme le bieri fang (Gabon), figure cultuelle intervenant dans l’initiation et le culte des ancêtres.

Certaines nourritures ne s’adressent qu’aux seuls individus initiés ou aguerris. Dans quelques cultures océaniennes, la consommation de chair humaine apparaissait comme un privilège distinguant des personnes ou des groupes particuliers habilités à incorporer la force vitale d’autrui : un ancêtre, un esclave ou un ennemi.

Des objets extrêmement divers sont liés aux rituels d’anthropophagie organisés à des moments clés de la vie des individus. Dans les îles Salomon (Mélanésie) où se pratiquait la chasse aux têtes, les guerriers partant en expédition ornaient la figure de proue de leurs longues pirogues de la représentation d’un esprit protecteur. Ce musu musu tenait souvent entre ses mains une petite tête coupée.

Les commissaires de l’exposition sont Christiane Falgayrettes-Leveau et Anne van Cutsem-Vanderstraete, avec la collaboration de Gilles Bounour.

Mélanésie. Îles Salomon. Nouvelle-Géorgie. Figure de proue. Coll. particulière © Photo Hugues Dubois, Paris, Bruxelles

L’art de manger. Rites et traditions, du 15 octobre 2014 au 12 juillet 2015, au musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry 75116 Paris, 01 45 00 91 75, www.dapper.fr. Ouvert tous les jours, sauf les mardi et jeudi, de 11 à 19h. Plein tarif : 6€, ou 4 pour les seniors, familles nombreuses, enseignants, et demandeurs d’emploi). Gratuit pour les Amis du musée Dapper, les moins de 26 ans, les étudiants et le dernier mercredi du mois.

***

Vous retrouverez dans l’article 2014 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2014 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Nous avons établi notre sélection, avec Paris 2014 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et bien sûr pour Paris :
Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z
Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : musée Dapper