Paris eVous
Accueil Concerts Expositions Salons Enfants Sports Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sortir à Paris

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Immobilier à Paris > L’Hôtel de la Marine, aurions-nous raté quelque chose ?

L’Hôtel de la Marine, aurions-nous raté quelque chose ?

Dernière mise à jour : jeudi 21 avril 2016, par Expositions

Une commission, présidée par l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing, «  composée d’une dizaine de membres choisis en concertation avec les ministres concernés, procédera à l’audition des personnalités ou des institutions qui souhaitent donner un avis sur l’affectation future de ce bâtiment. Ses conclusions feront l’objet d’un rapport qui sera remis au Président de la République. La date limite de dépôt des candidatures dans le cadre de l’appel à projets lancé le 27 novembre dernier sera différée en conséquence ».

Giscard d’Estaing ayant été un des signataires de la pétition des Amis de l’Hôtel de la Marine et ayant exprimé son désaccord dans la presse, on a cru comprendre qu’il était opposé à la privatisation de l’Hôtel de la Marine.

Il était plus que temps de calmer le jeu. Les choses paraissaient déjà pliées, et l’on s’orientait à nouveau vers une braderie de biens nationaux

Alexandre Allard, Renaud Donnedieu de Vabres et François de Chayette, président du Symev, ont invité les commissaires-priseurs au Royal-Monceau le jeudi 3 février, pour leur présenter leur projet de reprise de l’Hôtel de la Marine, baptisé « La Royale ».

Cette affaire avait jusque-là quelque chose d’étrange. Pourquoi y avait-il si peu de projets concurrents ? Pourquoi ce projet avait-il tant d’anticipation dans sa conception ? Qui avait donné si tôt l’information que l’Hôtel de la Marine « serait bientôt à vendre » ? Comment se fait-il qu’Alexandre Allard et Renaud Donnedieu de Vabres, aient pu, ainsi que le premier le déclare dans le Monde, visiter l’Hôtel de la Marine « deux fois dans le cadre de l’appel à projets de l’Etat et quatre fois auparavant avec deux ou trois personnes, dont l’architecte Jean Nouvel (…) Cela fait deux ans et demi que j’y travaille, avec dix personnes et une trentaine d’experts ».

Et la Tribune de l’Art de relever : « Ah bon ? Il y aurait donc certains candidats privilégiés, par rapport à d’autres ? Voilà qui est fort étonnant. Son projet est donc prêt depuis longtemps, ainsi que le montage financier, alors que nous venons à peine de prendre connaissance du dossier. Tel qu’il est, cet appel à projets apparaissait de toute évidence une parodie tout à fait contestable sur le plan légal. »

À ce jour, la date de remise des candidatures, initialement prévue au 7 février, est repoussée à un "plus tard" qui reste à définir, qui serait éventuellement le 1er juin 2011. Ce qui, compte tenu de l’importance du dossier, resterait de toute façon précipité et donc plus favorable à certains concurrents qu’à d’autres…

Pour la Tribune de l’Art : « Il reste à espérer que la commission (…) propose pour l’Hôtel de la Marine une utilisation qui remplisse les deux conditions nécessaires et suffisantes pour mettre fin à ce scandale : garder l’Hôtel de la Marine entièrement dans le giron de l’État et respecter intégralement les conclusions de l’étude patrimoniale menée par l’architecte en chef des monuments historiques Étienne Poncelet. »

André Balbo

sources : www.latribunedelart.com, Le Monde

Mettez en avant votre événement ou activité sur www.evous.fr !