eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Arts > Patrimoine > L’évolution de la notion de Patrimoine en France

L’évolution de la notion de Patrimoine en France

Dernière mise à jour : mardi 7 juillet 2009, par Flavien

La Révolution Française de 1789

Le peuple français, détruit, pille et saccage de nombreux édifices religieux et civils. L’abbaye de Cluny, qui hébergeait l’ordre religieux le plus important de France à cette époque, est détruite à 85 %. Les biens des nobles (maisons, mobiliers, terres) sont réquisitionnées et vendus.
Face à ces violences, certaines personnes s’opposent et notamment Alexandre Lenoir. Il récupère des parties de certains édifices (sculptures, portails...) qu’il entrepose dans le dépôt des Petits-Augustins et dans son jardin. C’est à ce moment que naît le premier musée ! Et oui ! En ouvrant au public son dépôt, Alexandre Lenoir créer le premier Musée des Monuments Français en 1796, puisqu’il s’agit bien d’un lieu de conservation et d’exposition !
Un autre homme, l’Abbé Grégoire invente lui le terme de "vandalisme" pour dénoncer les actes de destructions commises par le peuple. C’est ainsi qu’apparaît la notion de Patrimoine. En effet, les édifices détruits symbolisent bien la victoire du peuple sur la monarchie. On commence à associer les bâtiments à une histoire, un passé. C’est bien de cette idée que le concept de Patrimoine apparait. Les édifices constituent alors le passé et l’identité des français.

Au XIXième siècle

Cette prise de conscience de l’importance du bâti mène à la création en 1819 d’un budget pour la conservation des monuments.
En 1830 on crée l’Inspection Générale des Monuments Historiquesavec comme inspecteur général Prosper Mérimée Le but est alors d’établir des listes de monuments à restaurer. Le restaurateur célèbre des Monuments Historiques est alors Viollet-le-Duc Le travail des inspecteurs suit une ligne bien déterminée : ne pas tout protéger, simplement 1 ou 2 échantillons par période. On pense alors que plus un monument est ancien, plus il est intéressant ! On retrouve sur ces listes beaucoup d’édifices religieux comme Notre-Dame de Paris, Vezelais... A cette époque seule la notion de Patrimoine bâti n’est pri en compte.

Au XXième siècle

La notion de Patrimoine se diversifie. On reconnaît maintenant les valeurs du passé et on envisage de les transmettre les moins altérées possibles.
En 1906, les sites naturels d’intérêt artistique sont déclarés également comme partie intégrante du Patrimoine. C’est ce que l’on appelle le Patrimoine Naturel. A partir des années 1960, des séries de lois sont adoptées pour protéger au mieux les différents espaces naturels qui existent.
Quant au Patrimoine Industriel, sa reconnaissance commencera en 1976 lors du colloque organisé au Creusot ayant pour thème " La conservation du Patrimoine Industriel dans les sociétés contemporaines". Mais ce n’est qu’en 1981 avec la création de la première association de protection du Patrimoine Industriel, le Cillac, que sa place sera définitivement acquise dans le champs du Patrimoine.
En 1962 on prend également en compte les secteurs urbains.
Depuis 1985, le Patrimoine Immatériel est également considéré comme Patrimoine à part entière. De celui-ci découle l’emergence du Patrimoine Ethnologique.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.