eVous
Bientôt les vacances
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements au Musée d’Orsay > La collection Hays à Orsay. Des Bonnard, Vuillard, Forain, Redon, (...)

La collection Hays à Orsay. Des Bonnard, Vuillard, Forain, Redon, Modigliani, Matisse, Rodin, Maillol, et d’autres, qui vont bientôt partir...

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Issus de familles modestes, élevés loin des musées, ils étaient totalement autodidactes en histoire de l’art. Mais les affaires, vente directe de livres, et confection sur mesures, notamment, marchaient assez bien.

Bonnard Pierre L’Heure des bêtes : les chats ou Le Déjeuner des bêtes (La famille Terrasse), 1906 Huile sur toile © Droits réservés © ADAGP, Paris 2013

Patriotes, Marlene et Spencer Hays s’étaient, au début des Années 1970, passionnés pour la peinture américaine de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, histoire de décorer leur maison de Nashville. C’est humain. Il faut dire aussi que les prix des impressionnistes avaient explosé.

10 ans plus tard, les Hays découvraient le charme, le mystère et le rêve des toiles des Nabis, et se laissaient séduire par les tableaux de Bonnard et Vuillard, Denis et Ranson. Les tableaux mais aussi les dessins, dont Spencer est réellement amateur.

Ils étaient aussi à la recherche d’une ambiance particulière, celle du Paris de la fin du XIXe siècle et de la Belle Époque. Ainsi se mettaient-ils de cette manière dans leurs propres pas, retrouvant les joies de leurs agréables promenades dans le Jardin des Tuileries ou dans les rues de Paris.

Ce Paris-là, fin de siècle, à la fois viveur, joyeux et cynique, a été souvent croqué par les Forains, Anquetin, Béraud, et Steinlein. L’exposition regorge de Forain, huiles, papiers, crayons ou aquarelles, dont Au Bal masqué, La Loge (Aux Folies Bergère), et L’Atelier. C’est un bon point pour nos collectionneurs ça ! Et Le Petit Lever, d’Eva Gonzalès, celle qui agaçait tant Berthe Morisot.

Et ainsi Paris, ses habitants et ses bruissements circulent, emmenés par ces peintres à la fois si portés sur le spectacle, la scène et ses célébrités (dont Yvette Guibert, et les actrices du moment), et également par l’intime, le chez soi, la tendresse ou la retenue de certains moments.

La passion des Hays pour le dessin ou de petites réalisations, parfois même sur des supports aussi fragiles que du carton par exemple, leur a permis d’accumuler de rares trésors considérables : couverture de revue (L’Image, par Toulouse-Lautrec), des projets de jeunesse de Bonnard, d’affiches ou de partitions illustrées, des projets textiles fleuris de Dufy (à l’époque en cheville avec Poiret), un portrait croisé, sur du carton entre Bonnard et Vuillard, et un projet d’éventail de Gauguin. N’oublions pas que ce dernier avait été régisseur du théâtre de L’Œuvre, et qu’il réalisa, comme nous le verrons, de nombreux portraits d’acteurs (dont l’inoubliable Biana Duhamel, dans le rôle de Miss Helyett).

Quelques grandes et superbes pièces dans cette collection, dont ce Petit Déjeuner après le bain, de Degas, que les Hays ont en général dans leur appartement de New York, dans le vestibule... ou La Couseuse de Manet, ou encore Les Lavandières de Maillol, le Portrait de Soutine ou Portrait de la femme au chapeau, par Modigliani, ou Le Guitariste, de Blanche, et surtout La Jeune Femme se coiffant, 1896, devant un poêle ouvert, de Pierre Bonnard.

La collection a pu également se doter généreusement en sculptures : bronzes de Gauguin, de Rodin (la Tempête, la Petite Ève), un bronze doré de Gérôme, La Joueuse de boules.

Ces trésors, quand ils ne sont pas à Orsay, dorment dans une étrange demeure meublée d’antiquités, copiée sur un hôtel particulier de la rue de Grenelle à Paris, ou dans l’appartement new yorkais...

Le musée d’Orsay est très fier, et à juste titre, de ce prêt de collection, très fier de bénéficier d’autant d’œuvres de cette qualité, qui de plus pour certaines, sont exposées au public pour la première fois.

Spencer Hays vient d’être fait Officier de l’ordre de la Légion d’Honneur. Lors de cette cérémonie, il lui a été demandé, suprême délicatesse, s’il avait envisagé effectuer une donation de certaines de ses œuvres au musée d’Orsay, qu’il apprécie tout particulièrement. "Je ne sais pas encore." Il n’est pas interdit donc d’espérer...

Quelques photographies de taille panoramique, permettent aux visiteurs de voir les œuvres exposées en situation, chez elles !

Les commissaires de l’exposition sont Guy Cogeval, président des musées d’Orsay et de l’Orangerie, et Isabelle Cahn, conservateur en chef au musée d’Orsay.

La collection Marlene et Spencer Hays. Une passion française, du 16 avril au 18 août 2013, au musée d’Orsay, niveau 5, salle des expositions temporaires, 1, rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris, tous les jours, sauf le lundi, de 9h30 à 18h, le jeudi jusqu’à 21h45. Fermé le 1er mai. 9 ou 6,50 euros.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et CALENDRIER 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Retrouvez aussi notre sélection Les expositions pour enfants à Paris en 2013

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, pour Paris, des meilleurs catalogues des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procédons de la même manière en 2013, avec Paris 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

André Balbo

sources : visite, musée d’Orsay