.evous
> > > > > >

DERNIERS JOURS de l’exposition Danh Vo, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente cette exposition monographique consacrée à l’œuvre de l’artiste Danh Vo, née en 1975 au Vietnam, et dont les œuvres, apparemment intimes, sont imprégnées de force et de sens politiques.

Danh Vo. We The People (detail) 2011-2013, 2012 © Danh Vo

Elles interrogent finement sur les rapports de pouvoir qui sous-tendent les sociétés libérales, les règles qui les régissent, et la fragilité permanente de l’idée d’État-Nation. Elles révèlent l’évidence de la complexité des échanges entre les peuples dans le contexte de la décolonisation.

Danh Vo élabore son travail autour de la circulation des valeurs, qu’elles soient matérielles, économiques, symboliques ou spirituelles.

Ce projet a été nommé "Go Mo Ni Ma Da" en référence à l’article d’une journaliste américaine, qui, durant un séjour au Vietnam, avait été saluée par les Vietnamiens d’un "Go Mo Ni Ma Da", mélange d’anglais et de français signifiant, au bout du compte, "Good Morning, Madame".

L’événement s’articule autour de quatre groupes d’œuvres :

We The People, œuvre emblématique de l’artiste, titrée des 3 premiers mots de la Constitution américaine, reproduit en taille réelle la statue de la Liberté d’Auguste Bartholdi inaugurée en 1886. Mais elle se présente ici sous la forme éclatée d’une trentaine de fragments de feuilles de cuivre, morceau d’un nez, du pavillon d’une oreille, ou autre, accompagnés de photographies prises lors du premier voyage en Égypte de Bartholdi (1855-1856), commet celle des Colosses de Memnon.

Lustre de la fin du XIXe siècle. Dimensions variables. Provenance : Centre de conférences internationales hôtel Majestic. Danh Vo et Isabella Bortolozzi, 2009. Staten Museum for Kunst, Danemark, 2011

- Trois lustres de la salle de bal de l’ancien Hôtel Majestic, de l’avenue Kléber, où furent signés le 27 janvier 1973 les "Accords de Paris" entre les représentants des États-Unis, du Vietnam du Nord, du Vietnam du Sud et du Viêt-Cong. Ces lustres portent date et heure de leur décrochage. Ils sont à nouveau réunis ici pour la première fois à l’occasion de l’exposition, l’artiste les ayant acquis lors de la refonte de l’établissement. Ils ont été témoins de conversations d’une importance extrême.

- À travers la figure de Théophane Vénard (1829-1861), Danh Vo s’intéresse aux Missions Étrangères de Paris, institution catholique de prêtres missionnaires envoyés en Asie depuis le XVIIe siècle pour christianiser le Vietnam. Est exposé une réplique du tableau du supplice de Jean-Charles Cornay, premier martyr français du Tonkin (1809-1837), 1839, coupable d’être le chef d’une secte néfaste et de rébellion, et condamné par sentence impériale à l’amputation de ses membres puis à avoir la tête tranchée.

Détail du tableau du supplice de Jean Charles Cornay, premier martyr français du Tonkin, 1839. Peinture à l’huile sur toile, réplique d’un original réalisé sur papier.

Par mesure de clémence, la tête lui fut tranchée avant... un des bourreaux lèche son sable ensanglanté, alors qu’un voisin s’apprête à manger une partie de son foie. Le martyre de Théophane Vénard n’intervint à Hanoï que le 2 février 1861.

- Neuf pièces de l’exposition on été produites à partir des lots acquis lors de la vente aux enchères organisée par Sotheby’s des objets de Robert S. McNamara, l’ancien Secrétaire de la Défense Américaine, que le New-York Times qualifia en 2009 d’ « architecte raté de la Guerre du Vietnam », avait déclaré qu’il était "d’une importance capitale pour la sécurité des États-Unis d’empêcher la perte du Sud Vietnam", quitte pour atteindre cet objectif à détruire cibles militaires comme industrielle au Nord-Vietnam, miner ses ports et établir un blocus naval...

Une intervention sous forme de calligraphie murale sera réalisée in situ par le père de l’artiste.

Le travail de Danh Vo a fait l’objet de nombreuses expositions dans les plus prestigieuses institutions internationales : Art Institute of Chicago (2012-2013) ; Kunsthaus Bregenz, Autriche (2012) ; National Gallery of Denmark, Copenhague (2012, 2010) ; Kunsthalle Basel, Suisse (2009) ; MoMA, New York (2009) ; Stedelijk Museum, Amsterdam, Pays-Bas (2008) ; Bergen Kunsthall, Norvège (2006). Il a également participé à la Biennale de Shanghai en 2012.

Lauréat du Prix Hugo Boss 2012, Danh Vo aura présenté ses œuvres du 15 mars au 27 mai 2013 au musée Solomon R. Guggenheim de New York. Il sera également présent à la Biennale de Venise 2013.

La famille de Danh Vo ayant dû fuir le Vietnam par bateau pour se rendre... au Danemark en 1979 (alors que le projet initial aurait dû les porter en Amérique), l’artiste ne put que très certainement être marquée à jamais par la trame dramatique de son aventure personnelle. Or, concernant ses œuvres, l’artiste ne les aborde qu’en leur amenant des approches de forme, ou conceptuelles. Son art animé de contradictions, parait grinçant tout en restant séduisant.

Il reconnait son respect pour des artistes tels que Felix González-Torres, David Hammons ou Maurizio Cattelan.

Danh Vo, Go Mo Ni Ma Da, du 24 mai au 18 août 2013 au musée d’art moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du Président Wilson 75116 Paris. Tél. 01 53 67 40 00, ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22h. 6€. Tarif réduit 4,50€ (+ de 60 ans, enseignants, chômeurs, famille nombreuse). Demi tarif 3€ (jeunes 14-26 ans + RMIste). Gratuit pour les moins de 14 ans. Billet combiné Danh Vo / Keith Haring : 12€/9€/6€.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et CALENDRIER 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Retrouvez aussi notre sélection Les expositions pour enfants à Paris en 2013

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Nous avions établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procédons de la même manière en 2013, avec LES MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2013.

André Balbo

sources : visite, MAMVP, Artpress

Mots-clés