eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Les incontournables dans le Marais, Paris 3e et 4e > L’Hôtel de Ville de Paris > DERNIERS JOURS de Haute Couture gratuite à l’Hôtel-de-Ville ? Voyez vite (...)

DERNIERS JOURS de Haute Couture gratuite à l’Hôtel-de-Ville ? Voyez vite l’exposition !

Dernière mise à jour : mardi 16 janvier 2018, par André Balbo

Plus de 150 000 personnes ont déjà visité cette exposition gratuite de l’Hôtel de Ville, organisée par Galliera, et qui est un des plus grands succès des événements organisés par l’Hôtel-de-Ville de Paris !

Son public se compose d’enfants, d’étudiants, d’actifs et de retraités, auxquels se mêlent de nombreux touristes étrangers.

La mode ferait directement travailler quelque 60 000 personnes en Ile-de-France dans 7 600 entreprises (tissage, fabrication de maille, lingerie, fourrure, cuir, bijouterie, plumasserie, broderie...), et 100 000 en incluant les emplois indirects. Et la Fashion Week, en février et juillet, aligne chaque saison plus d’une centaine de défilés et d’événements ! Dossier économiquement important donc, prépondérant même, et plus encore en terme d’image pour Paris.

Aussi l’exposition gratuite de l’Hôtel-de-Ville rend-t-elle un hommage presque obligé à la Haute Couture, partie glamour et médiatiquement très émergée des épousailles du fil et de l’aiguille sous nos climats.

Christian Lacroix. Robe manteau "Faena", automne-hiver, 1987-1988. Peinture gouachée et encre noire sur papier (Galliera)

Cette exposition commence sur la mezzanine par une entrée à la fois dans l’histoire encore assez jeune de ce secteur et dans les ateliers. Du côté des Grands Anciens (Worth, Doucet, Poiret, Vionnet & Cie) et des modestes, du côté de ces mains de créateurs, même s’il n’est pas écrit qu’un couturier en personne sache obligatoirement coudre voire même seulement dessiner, les ouvrières, ces "petites mains" de la couture, furent très nombreuses à Paris : 1 200 chez Worth en 1873, puis très rapidement plusieurs dizaines de milliers entre les différentes maisons de la place, et pour leurs différentes professions.

Vous verrez aussi une sorte d’explosion, une mise en pièces d’une robe de chez Chanel, et, à côté des en-têtes de lettres de la maison Poiret, réalisées par Raoul Dufy pour chacun des jours de la semaine, un panneau de broderies des ateliers Lesage dans lequel les pièces particulièrement soignées ont été réalisées pour différents grands couturiers, et de la même manières des chefs-d’œuvre de plumasserie de chez Lemarié (illustration).

Le fonds de cette exposition, plus de 100 pièces, provient en grande majorité du musée Galliera encore en travaux, 10% venant de collections ou d’archives extérieures (dont celles d’Alaïa, de la Fondation Bergé - Saint Laurent, de Chanel, Dior, Lacroix, Gaultier, Lesage et Margiela).

La grande galerie offre à la vue de nombreuses et splendides vitrines dans lesquelles une foultitude de mannequins luxueusement habillées de robes prestigieuses, bien sages, semblent avoir été subitement endormis par un sort malin annonciateur de drame ou de crise.

Comme le tissu, a fortiori l’ancien, est un matériau hypersensible à la lumière, les lux sont d’autant plus limités pour ces habits... pourtant de luxe, et l’obscurité relative et douce fait du lieu un espace presque cultuel.

Évidemment, c’est merveilleux ! Évidemment la Ville peut s’enorgueillir à juste titre de tenir rassemblés en elle de tels savoir-faire exceptionnels ! Mais n’est-ce pas très éloigné de ce qu’aimeraient voir les foules de Parisiens qui ont pris l’habitude de se précipiter avec plaisir et soif d’apprendre et aussi de rêver aux expositions gratuites de l’Hôtel-de-Ville ?

Que La Part maudite dont parlait Georges Bataille, ce surplus produit condamné au superfétatoire, au luxe ou au sacrifié s’expose dans certains lieux, cela va de soit, la vie impose certaines disparités et distorsions et c’est bien normal, mais l’Hôtel-de-Ville est-il le meilleur endroit et la meilleure vitrine pour cela ?

Attendons. L’histoire et les chiffres comparés de fréquentation diront ce que furent ces rêves et s’ils ont très largement répandu sur les Parisiens ces poussières de contes de fée, d’ors et de strass. Au pire, vous m’appelleriez Grincheux !

Par ailleurs, cette exposition est d’excellente tenue, textes au cordeau, exemples éloquents, et accessoires à se pâmer, comme l’on pourrait adorer la chaussure de vair (et non de verre) de Cendrillon. En plus de leurs années de création, n’aurions-nous pas aimer connaître les prix de ces robes si magnifiques, leur nombre d’exemplaires, les noms de celles qui les portèrent ? Peut-être toucher certaines de ces étoffes ? Un jour, bientôt...

Au même temps, le musée Galliera "Hors les murs" expose aussi "Mannequin, le corps de la Mode" aux Docks/Seine , près de la Gare d’Austerlitz.

Choses de chez Poiret (Le Pape)

Le commissaire général de l’exposition est Olivier Saillard qui dirige le musée Galliera.

Un livre-jeu est offert aux enfants. L’exposition bénéficie du soutien exceptionnel de l’entreprise Swarovski.

Paris Haute Couture, exposition gratuite du 2 mars au 6 juillet 2013, Hôtel-de-Ville, salle Saint-Jean, 5 rue Lobau 75004 Paris, ouvert tous les jours sauf le dimanche et les jours fériés, de 10 à 19h (dernier accès à 18h15).

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et CALENDRIER 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Retrouvez aussi notre sélection Les expositions pour enfants à Paris en 2013

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Nous avions établi notre sélection, pour Paris, des meilleurs catalogues des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procédons de la même manière en 2013, avec Paris 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES des expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

André Balbo

A LIRE AUSSI : Agenda de la mode à Paris

sources : visite, Hôtel-de-Ville

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.