.evous
> > > > > >

Archives. La Triennale 2012 explose au Palais de Tokyo. 22 000m2, 1 200 œuvres, 120 artistes, c’est d’une Intense Proximité !

Pourquoi sommes-nous à nouveau, et autant, fascinés à la fois par l’inconnu et par le lointain ?

1970-006 Vue de l’exposition "La Triennale, Intense Proximité", 20.04.-26.08.12, Palais de Tokyo (Paris). Photo André Morin. Dominik Lang, Sleeping City, 2011, Courtesy de l’artiste, ADAGP Paris 2012.

Il s’agira dans cette exposition de moments saisis et d’échanges. Bien que l’art puisse désormais apparaître mondialisé, réalisons qu’il ne s’agit pourtant que des résultats d’un tissage complexe de relations qui s’affranchissent généreusement et sans trop de façons des distances géographiques. Déjà cette idée posée est génératrice d’une sérénité renouvelée. Vous visiterez avec Intense Proximity une anthologie du proche et du lointain.

Imaginez dans ce Palais de Tokyo repensé et régénéré une superficie d’exposition de quelque 22 000m2, des œuvres contemporaines partout, dans tous les domaines et les modes d’expressions, toutes techniques présentes, des changements perpétuels de niveaux pour le visiteur, un capharnaüm de sensations, une perte irrépressible et insurmontable de repères, une somme himalayenne de produits de perceptions individuelles, mis les uns auprès des autres, et exerçant les uns sur les autres tous les effets des reflets et des rebonds. Comment résister à de telles proportions ? À une telle proposition ?

Avec cette exposition inaugurale à Paris, le Palais de Tokyo frappe, ou plutôt assène un grand coup. Cet événement est inépuisable, même si ses visiteurs, humains, le sont eux, et le demeurent. L’Intense Proximité sera aussi l’impérieuse nécessité devant laquelle vous serez (car, ne discutez pas, car vous serez conquis !) de devoir revenir et revenir encore, de peur de n’en retenir (et le sujet est sérieux, il s’agit d’art contemporain) que l’écume, ce qui vous aurait le plus choqué, ou que vous connaissiez ou pensiez connaître déjà.

Cette « livraison » artistique est titanesque, et vous voilà embarqué, Cher Visiteur, dans le rôle risqué de l’explorateur qui doit abandonner son bord de mer, aussi rassurant que ses repères, et paisible, pour s’enfoncer dans l’inconnu de la jungle inextricable et certainement infestée de dangers de l’expression artistique contemporaine.

Première déstabilisation ? Désapprendre sera facilité par ce côté « friche berlinoise ». Est-ce un clin d’œil si, dans cette entreprise et ce foisonnement, des ethnologues comme Claude Lévi-Strauss, Marcel Mauss, Michel Leiris et Marcel Griaule, ont glissé quelques-unes de leurs traces parmi les œuvres des artistes ?

Dans quel état (des lieux) se trouve être aujourd’hui l’art contemporain ?

1968-009 Vue de l’exposition "La Triennale, Intense Proximité, 20.04-26.08.12, Palais de Tokyo (Paris). Photo André Morin. Camille Henrot, Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?, 2012, Courtesy de l’artiste et Kamel Mennour, Paris.

Déjà, considérez que les impulsions créatives ne sont plus entre les mains des seuls artistes.

Chercheurs, anthropologues, théoriciens et d’autres y prendront, volontairement ou pas, seuls ou en commun, leurs parts. Chronologie des naissances des « participants » ? En voilà un drôle de mode de classement, de André Gide (1869) à Mihut Boscu (1986) !

Le deus ex machina de l’opération, et commissaire de l’exposition, est le réputé Okwui Enwezor, entre autres directeur de la Haus der Kunst à Munich, conservateur, écrivain et critique d’art, actuellement conservateur associé à l’International Center of Photography de New York, fondateur et rédacteur en chef de la revue Nka : Journal of Contemporary Art.

Abel Abdessemed. Silent Warrior, 2010 (détail) Metal 804 masks Each 11 1/2 x 8 inches 29,2x20,3cm Certificate of Authenticity ABDAD0285. Courtesy the artist and David Zwirner, New York

Que dire, que faire devant de telles cataractes de créations ? Rien, ne pas chercher à résister, et se laisser emporter. Vos sensations et le temps viendront ranger ou faire crépiter les éléments perçus et picorés de cet ensemble bien trop riche… Pour une fois la mariée est bien trop belle, bien trop grande, bien trop… nombreuse !

Superbes masques et objets africains du photographe Walker Evans ; vidéo Headache HD 2008, fascinante et démembrante, de la Polonaise Aneta Grzeszykowska ; interrogation crypto-végétalo-politique de Camille Henrot « Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ? » ; 25 dessins graphite et encre sur papier du Cubain Wilfredo Lam ; Jean-Luc Moulène et ses 6 filles d’Amsterdam, prostituées nues cuisses écartées, déjà vues à Arles ; les auto-incrustations, volontairement mal faites, en N&B, d’Ewa Partum dans les foules ; les splendides grands formats de photos de forêt, les paradis où l’on se perdrait, même chez soi, de Thomas Struth, et tant d’autres œuvres, et heureusement aussi, pour les enfants, la double piste colorée de skate, surnommée « Mort d’un roi », de Ulla von Brandenbourg, pour s’allonger, étourdis, quand on en a eu trop plein dans les mirettes.

1968-001 Vue de l’exposition "La Triennale, Intense Proximité", 20.04- 26.08.12, Palais de Tokyo (Paris). Photo André Morin. Sarkis, La Frise Trésors de Guerre, 1976-2012 ; La chorégraphie des Trésors de Guerre, 2011 ; La Grande Vitrine, 1982-2011. Courtesy de l’artiste et Galerie Nathalie Obadia, Paris, Bruxelles. ADAGP Paris 2012.

Respectez la prescription et ne dépassez pas les doses, mais quel voyage sur la Planète Creativity !

Palais de Tokyo, Intense Proximité, du 20 avril au 26 août 2012, 13, avenue du Président Wilson 75116 Paris 01 47 2324 01, tous les jours de 12 à 24h sauf le mardi, 8 ou 6€.

Vous retrouverez dans l’article « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 déjà annoncées par leurs établissements et musées, et dans l’article « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions classées par dates.

David méditant devant la tête de Goliath, d’Orazio Gentileschi, huile sur lapis-lazuli, exposition Artemisia

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tentons aussi de vous les présenter chaque mois : Février, Mars, Avril, Mai, Juin...

André Balbo

sources : Visite, Intense Proximity

Mots-clés