Paris eVous
Accueil Concerts Expositions Salons Enfants Sports Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sortir à Paris

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Débats à Paris : vos questions > Pierre-Yves Bournazel, candidat à la primaire UMP, vous répond ! Sécurité, (...)

Pierre-Yves Bournazel, candidat à la primaire UMP, vous répond ! Sécurité, NKM, Paris la nuit...

Dernière mise à jour : vendredi 13 mars 2020, par Benoît

Après Franck Margain et Chenva Tieu, depuis déclaré inéligible, c’est au tour de Pierre-Yves Bournazel de répondre aux lecteurs d’Évous.fr. Le jeune élu du 18e, présenté actuellement comme le seul capable de battre Nathalie Kosciusko-Morizet dans le cadre de cette primaire UMP, décypte ses propositions originales : un service de taxi dédié aux femmes la nuit, le métro 24h/24, la création d’une police municipale...

Retrouvez ici notre fiche "Qui est qui à Paris" sur Pierre-Yves Bournazel et retrouvez ici les réponses de Franck Margain.

Florence : J’ai vu le débat sur LCI que vous êtes le principal opposant à NKM. N’avez-vous pas peur de l’affaiblir en vous opposant trop fortement à elle ? Car c’est sans doute elle qui va mener l’UMP à l’Hôtel de Ville !
Pierre-Yves Bournazel, candidat à la primaire UMP à Paris : La question inverse peut aussi être posée : ne risque-t-elle pas de m’affaiblir en ne répondant pas à mes questions ? Car je suis candidat pour gagner cette primaire. Pour rassembler la droite et le centre ensuite. Je respecte toutes les personnes et toutes les candidatures. Simplement je demande de la clarté, dans le projet – le mien est chiffré – et dans la stratégie que nous choisirons. Je souhaite désigner mes têtes de liste dans les arrondissements dès la fin juin pour qu’elles aient la légitimité et le temps pour convaincre, notamment à l’est et au centre de Paris. Pour qu’elles constituent des alternances crédibles. Si je n’étais pas désigné ? J’ai pris l’engagement de soutenir loyalement celui ou celle qui sera désigné car l’intérêt général doit toujours l’emporter. Simplement je note que la solidarité que je donne aux autres candidats n’a pas toujours la réciprocité.

Évous : Nathalie Kosciusko-Morizet a tout de même déclaré vendredi 24 mai au matin, sur Europe 1 : "Tout le monde est d’accord avec la règle du jeu de la primaire : on se range derrière celui qui est choisi."
P-Y. Bournazel : Elle ne l’avait pas dit lors du dernier débat. Tant mieux si elle a dit cela vendredi matin.

Ju : Que ferez-vous (dans le cadre des municipales) si vous n’êtes pas désigné candidat UMP par la primaire ?
P-Y. Bournazel : Quoi qu’il arrive, désigné ou non lors des primaires, je ferai ma campagne dans le 18e, arrondissement qui m’est cher et ou je vis.

SÉCURITÉ

Parisien du 18 : Vous connaissez le 18e. Que ferez-vous pour les quartiers Barbès et Goutte d’Or niveau sécurité ?
P-Y. Bournazel : Le gouvernement a créé une zone de sécurité prioritaire (ZSP). Je ne fais pas d’idéologie. Je regarde le résultat. Aujourd’hui, il n’y a pas de résultat probant en matière de recul du trafic de drogue, de vol à la tire ou de vente à la sauvette. On ne peut pas tout changer d’un coup de baguette magique. Je crois que le maire de Paris doit être un acteur de la politique de sécurité. Pour cela, il faut mettre en place une police municipale à Paris qui fonctionne 24h/24 et qui soit en charge de lutter au quotidien dans les quartiers contre toutes les formes de délinquance. Car la police nationale a pour vocation, dans une grande capitale, à remonter les trafics, les filières… La présence d’une police municipale, qui s’occupe de la lutte contre l’insécurité, permet justement à la police nationale de se concentrer sur les filières : taper en haut. Elle ne peut pas s’occuper de tout. Je mettrais en place cette mesure par redéploiement d’effectif. À Lyon ou à Nice, où elle a été mise en place, cette police municipale a permis un recul de l’insécurité.

Évous : Peut-on dire que cela ressemble, dans la forme, à une police de proximité ?
P-Y. Bournazel : Non, c’est une police en charge de la répression. Ce qui est préventif et éducatif est du domaine des associations et des collectivités.

PARIS LA NUIT

Évous : Concernant la vie de Paris la nuit, vous avez plusieurs propositions bien à vous : des taxis réservés aux femmes, les transports en 24h24… Comment comptez-vous les mettre en place ?
P-Y. Bournazel : Je souhaite expérimenter le transport en 24h/24 à commencer par le vendredi et le samedi, sur certaines lignes de métro, de bus et de tramway. Pour le métro, je commencerai par les lignes déjà automatisées (ndlr : lignes 1, 14…). Berlin ou New York ont un métro 24h/24. Il faut commencer par expérimenter cette mesure. Si cela fonctionne bien, on le développera. Concernant les taxis, c’est une idée qui vient de Londres et de Montréal et qui permet à des femmes qui sortent la nuit de pouvoir pré-réserver leur taxi le plus tôt possible pour ne pas avoir à errer dans la rue. En arrivant, par système de SMS, on sait qu’elles ont retrouvé leur domicile.

MARIAGE POUR TOUS

Évous : Dans le cadre de cette primaire UMP, il y a un débat autour de votre position sur le mariage pour tous…
P-Y. Bournazel : (Ndlr : il coupe) Ma position n’a pas changé ! J’ai bien compris que certains de mes concurrents ont intérêt à instrumentaliser cette question faute de projet pour Paris. Moi j’ai un projet pour Paris. Ce qui m’intéresse, c’est Paris. Je ne veux pas devenir législateur ou ministre de la Justice. En revanche, si on me pose la question : je suis favorable à l’union civile pour tous, à des nouveaux droits pour les couples homosexuels, en matière de succession, de séparation, de cérémonie en mairie… Je suis en revanche défavorable à l’adoption. Donc je ne suis pas favorable à la loi Taubira, ce qui n’empêche pas que je sois favorable à des avancées au niveau des droits.

Évous : Pour en revenir à une question 100% parisienne, avez-vous manifesté ?
P-Y. Bournazel : Je n’ai pas participé. J’ai écouté et reçu des manifestants pro et anti mariage pour tous. Mais moi je vise la mairie de Paris. Je ne vais pas dire aux électeurs que je pourrai changer quelque chose sur ce sujet. Je ne veux instrumentaliser personne dans cette affaire.

ÉCHEC DE LA PRIMAIRE ?

Annie : Pourquoi les primaires UMP n’ont-elles pas de succès ?
P-Y. Bournazel : Nous sommes à 13.500 inscrits (ndlr : l’interview a été réalisée vendredi 24 mai). Nous en aurons vraisemblablement plus de 15.000 à terme. C’est toujours mieux que les 2.700 de Mme Hidalgo (ndlr : pour la désignation interne au PS, pour laquelle elle était unique candidate). Et le débat vaut toujours mieux que la cooptation et que les accords secrets, comme on en a d’ailleurs connu beaucoup par le passé à droite. Le mieux, c’est qu’un débat se tienne pour que le candidat soit légitime et puisse représenter tout le monde.

LIRE AUSSI : Municipales 2014 à Paris : comment participer à la primaire UMP, le casting, le calendrier...


Municipales 2014 à Paris : posez vos questions à Pierre-Yves Bournazel ! (article du 15 mai 2013)

QUI EST PIERRE-YVES BOURNAZEL ? Le jeune loup du 18e ! Élu conseiller de Paris dans un fief de gauche, dirigé de longue date par l’ancien ministre Daniel Vaillant, Pierre-Yves Bournazel s’impose comme une alternative dynamique et locale à Nathalie Kosciusko-Morizet, la favorite. Engagé dans cette primaire UMP aux côtés de Chenva Tieu, Jean-François Legaret et Franck Margain, le plus jeune des candidats pourrait profiter de cette désignation interne pour se faire un nom...

SON PROGRAMME. Celui qui a débattu avec Anne Hidalgo ce dimanche 12 mai sur BFMTV se distingue par quelques positions à rebours à l’UMP. Il a ainsi soutenu le projet d’aménagement des voies sur berges ou la création de l’Autolib’. Il se montre assez virulent sur la question de la sécurité dans la capitale. À noter : l’ex-candidate à la mairie de Paris Françoise de Panafieu le soutient.

Mettez en avant votre événement ou activité sur www.evous.fr !