eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements au Musée d’Orsay > Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Dernière mise à jour : mardi 11 avril 2017, par Expositions

Du 17 mars au 19 juillet 2015, l’exposition Pierre Bonnard, peindre l’Arcadie, ou les recherches, les attentes et les nostalgies d’un paradis sur terre de ce peintre original loin de toute école...

Présentation de l’artiste

Voir Présentations d’Artistes de A à Z

Pierre Bonnard (1867-1947) n’était pas un peintre tranquille uniquement préoccupé de décoration et des intérieurs aux couleurs chatoyantes de ses demeures successives, des portraits de ses proches et de scènes familiales, ni de la calme surface des choses quotidiennes d’une vie simple.

Son intérêt pour l’intimité interroge de fait les temps psychologiques des individus, et les sentiments en suspension. La baignoire emplie d’eau est le cadre idéal pour de tels flottements.

Ce peintre fut aussi un être passionné et exigeant, un voyageur assoiffé de découvertes et de dépaysements. Un artiste installé dans la constance de ses choix esthétiques arrêtés et tranchés, porté sur les à-plats de couleurs vives, le japonisme et Gauguin. Il était aussi sujet à de forts coups de cœur, pour des amis, pour des femmes, une luminosité, la magie des reflets, un paysage.

Ces tableaux sont zébrés de lignes et font le plus souvent fi de la perspective. Chaque personnage semble y mener sa propre vie, s’y tenir presque cloîtré, cloisonné, et les regards, quand plusieurs figurent ensemble sur une peinture, sont rarement au partage.

Nu dans la baignoire. 1925. Huile sur toile. Londres, Tate Gallery, legs de Simon Sainsbury, 2006, acquis en 2008.

Bonnard cherchait aussi les moments naturels ou d’abandon, une sorte de paysage psychologique qui habillerait un nu, quel qu’il soit, avec, s’il vous plait, une préséance accordée, et de beaucoup, aux femmes.

Si les couleurs chantent et réchauffent, l’introspection est fréquemment présente voire intrusive, et les visages très définis dans sa peinture sont assez rares, même si le sentiment ou l’état d’esprit exprimé peut donner à ressentir.

Il est remarquable aussi que Pierre Bonnard soit parvenu à enluminer de telle manière ses tableaux réalisés en Normandie, comme si ses voyages effectués dans d’autres pays méditerranéens et le Sud de la France lui avaient laissé un surcroit d’ensoleillement capable de couler en flots continus, et partout.

En 1909, au cours de son premier long séjour à Saint-Tropez, il écrira à sa mère avoir ressenti un véritable "coup des Mille et Une Nuits. La mer, les murs jaunes, les reflets aussi colorés que les lumières..." l’éblouissent.

L’Homme et la femme. 1900. Huile sur toile. Paris, musée d’Orsay, acquis en 1948.

La Côte d’Azur, véritable paradis hédoniste sur terre, lieu de rêve pour les peintres, ressemble furieusement à l’idéal antique de l’Arcadie...

Lire aussi Chefs d’œuvre de la Collection Hahnloser (Villa Flora)
Le Cannet. Culture et le musée Bonnard

Présentation de l’exposition

Le public français et international éprouve un attachement tout particulier pour la peinture de Pierre Bonnard, dont la dernière exposition d’importance dans la capitale s’était tenue au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, et avait attiré en 2006 quelque 340 000 visiteurs.

La rétrospective organisée au printemps 2015 par le musée d’Orsay atteignit un score encore plus important compte tenu de l’ensemble des œuvres qui avaient pu être exceptionnellement réunies pour l’occasion, et de leur qualité.

Notamment les grands panneaux peints de La Cueillette des pommes, ceux réalisés pour le collectionneur russe Ivan Morozov, ou pour Misia Godebska, un temps Natanson et bientôt Edwards, qui nous parvenaient de tous les horizons.


Femme dans un paysage, dit aussi La Sieste au jardin. Vers 1914. Huile sur toile. Oslo, Nasjonalmuseet for kunst, arkitektur og design, don des Amis de la galerie nationale de Norvège

Après le musée d’Orsay, l’exposition devait être montrée à la Fondation Mapfre à Madrid (du 18/09/15 au 6/01/16), puis au Legion of Honor à San Francisco (du 6/02 au 15/05/16).

Jeunes femmes au jardin, dit aussi La nappe rayée. 1921-1923, repris et terminé en 1945-1946. Huile sur toile. Collection particulière

Comme il était relevé dans le quotidien Le Monde, deux titres de sections paraissaient avoir été attribués avec une certaine désinvolture : "Histoire d’eau" pour les scènes de nus à la toilette, et "Clic-clac Kodak", pour des photographies amicales ou intimes, certaines aidant à la conception de tableaux. Bon.

Une exposition qu’il aurait vraiment été très dommage de rater.

Pierre Bonnard (1867-1947). Peindre l’Arcadie. Du 17 mars au 19 juillet 2015 au musée d’Orsay, 75007 Paris, 01 40 49 48 14. www.musee-orsay.fr. Métro Solférino, bus 24, 63, 68, 69, 73, 83, 84, 94. RER C Musée d’Orsay. 11 ou 8,50€.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Vous pouvez consulter quelques dizaines de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, musée d’Orsay