evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Expositions > Avignon 2017. Musées, expositions, Festival

Avignon 2017. Musées, expositions, Festival

vendredi 7 juillet 2017, par André Balbo

Avignon, du département du Vaucluse, fait partie de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.


***

Le Festival d’Avignon

- La 71e édition du Festival d’Avignon, incontournable fête annuelle du théâtre, envahira toute la ville du jeudi 6 au mercredi 26 juillet 2017 (2 jours de plus que l’édition précédente), des caves et des terrasses au fond des cours et aux balcons. Celui des possibles, où tout commence... ou finit.

Celui qui peuple les rêves, les attentes, et où se reconnaissent les futures figures, talents et pièces. Celui aussi des scandales, des échanges, du partage, et des flops.

Celui où l’acteur en devenir soupèse aussi sa résistance, sa résilience, son talent à parvenir... à conquérir de haute lutte le statut si fragile pourtant d’intermittent du spectacle qui lui permettra, avec un bouquet de peut-être, d’émerger d’un océan de précarités. On est ici souvent très loin de gloire et de reconnaissance, et pourtant quelle ambiance, quel enthousiasme !

En fait, un vaste marché du spectacle vivant, sous la direction d’Olivier Py, dans la touffeur et la poussière de l’été, où se bousculent tous les publics, amateurs, critiques, producteurs et acheteurs, privés et institutionnels, acteurs stars ou débutants, théâtreux et troupes vendeuses. Une grande vitrine de produits de tous ordres, et une école de l’humanité.

Avec un focus sur l’Afrique subsaharienne et Serge Aimé Coulibaly, le chorégraphe d’origine burkinabé, présentant Kalakuta Republik, qui s’inspire de la musique et de la vie sulfureuse de Fela Kuti, artiste engagé qui, d’une scène-tribune, a dénoncé avec rage la corruption du pouvoir, le sexisme, les inégalités et les multinationales installées au Nigeria.

Robin Renucci racontera l’enfance dans un spectacle en itinérance. Qu’est-ce qui, dans l’enfance, forge l’aspiration et amène à la création ?

Caroline Guiela Nguyen présentera Saïgon, spectacle créé en juin à la Comédie de Valence. Dans un restaurant vietnamien où coexistent à la fois la France de 2017 et le Saïgon de 1954, se retrouvent et se croisent des personnages. Points de vue, imaginaires, langues…

Julie Bertin et Jade Herbulot du Birgit Ensemble présenteront Memories of Sarajevo et Dans les ruines d’Athènes qui sont les deux dernières pièces d’une tétralogie intitulée Europe mon amour.

Chanteuse, auteur et chorégraphe originaire du Rwanda, Dorothée Munyaneza avec sa nouvelle création Unwanted, un travail parti du réel pour saisir la mémoire et le corps, individuels et collectifs ; pour porter les voix de ceux qu’on tait ; pour faire entendre les silences et voir les cicatrices de l’Histoire.

Le chorégraphe Radhouane El Meddeb présentera sa dernière création, Face à la mer, pour que les larmes deviennent des éclats de rire avec des artistes tunisiens venant de différents horizons artistiques (danse, théâtre et musique…) Si la Tunisie est en mutation, a-t-elle fait sa révolution ?

Avignon, son Festival de théâtre, et la réputation funeste de son pont, mise en chanson. Et son Palais des Papes, et quelques expositions encore...

Retour : Haut de la page


La Collection Lambert

- La Collection Lambert, 5 rue Violette, 04 90 16 56 20, et au Palais des Papes, place du Palais, 04 90 27 50 00. www.collectionlambert.fr. En juillet et en août, ouvert tous les jours de 11 à 19h. De septembre à juin, du mardi au dimanche de 11 à 18h. 10 ou 8€. La librairie est ouverte aux horaires du musée, le restaurant aussi... et le soir.

La Collection Lambert en Avignon recèle, dans maintenant quelque 3 600m2, 556 œuvres majeures d’art contemporain (sur un total de quelque 1 200).

Elles ont fait l’objet d’une donation qu’Yvon Lambert a fait à l’État français, et comprennent notamment des œuvres de Cy Twombly (30 œuvres), Robert Ryman (10 tableaux), Andres Serrano (200 œuvres et 120 photos), Sol LeWitt (plus de 35 sculptures, œuvres sur papier et wall drawings, et le grand wall painting resté invisible 10 ans), Nan Goldin (70 photographies), Jean-Michel Basquiat, Douglas Gordon…

Cour d’entrée de l’hôtel de Caumont. (sculpture de Jan Fabre)

Certains de ces artistes, tels Cy Twombly ou Nan Goldin, absents des collections nationales, y sont en revanche très bien représentés.

Mais on pourrait citer tout autant celles de Donald Judd, Brice Marden, Daniel Buren, Dennis Oppenheim, Gordon Matta-Clark, Anselm Kiefer, Miquel Barcelo, Julian Schnabel, Louis Jammes, Idris Khan, Francesco Vezzoli, Yan Pei Ming, Diogo Pimentao, Rika Nogushi, Christian Marclay, Claude Lévêque ou Bertrand Lavier...

Cette donation, effectuée en 2012, a été la plus importante faite en France depuis la donation Moreau-Nélaton en 1906 au profit du Louvre et constituée notamment d’œuvres de Géricault, Corot, Delacroix, Manet, Monet, Renoir et Sisley.

+ Du 6 juillet au 5 novembre 2017. On aime l’art !

Malick Sidibé, Nuit de noël, 1965, tirage noir et blanc

Un choix d’Éric Mézil parmi les œuvres de la Collection agnès b.

Styliste, réalisatrice d’un film sélectionné à la Mostra de Venise, « je m’appelle Hmmm… », liée au monde de la musique, mécène, agnès b. est une grande découvreuse d’artistes depuis 1983.

Liés d’une même passion pour l’art, la création et les individus engagés dans les aspects les plus sensibles de la vie, agnès b. et Yvon Lambert se rejoignent à bien des égards, qui font d’eux les témoins de leur temps.

400 œuvres de la collection d’agnès b., réalisées par de très nombreux artistes, sont aujourd’hui exposées, acquises pour être partagées.

Cette exposition s’organise autour de grands artistes qu’elle a souvent collectionnés telle une pionnière, mais aussi de filiations temporelles ou esthétiques inédites et d’idées fortes qui apparaissent telles des obsessions heureuses.

La peinture, l’amour, les rêveries, la musique, le cinéma expérimental, l’adolescence, la modernité, l’avant-garde, le dépassement des frontières établies, qu’elles soient physiques, sociales ou mentales, l’Afrique, sont des paysages esthétiques dont l’exploration s’offre au visiteur à travers la richesse et la diversité des œuvres exposées...

Parmi les artistes exposés : Berenice Abbott, Jef Aerosol, Manuel Álvarez Bravo, Diane Arbus, Fernando Arrabal, agnès b., Gaston Bachelard, Banksy, Jean-Michel Basquiat, Bäst, Brassaï, Alexander Calder, Claude Closky, Jean Cocteau, Robert Doisneau, Claudine Doury, Shepard Fairey, Nat Finkelstein, Futura 2000, Cyprien Gaillard, Regina José, Gilbert & George, Gina, Allen Ginsberg, John Giorno, Nan Goldin, Hervé Guibert, Raymond Hains, Simon Hantaï, Mona Hatoum, Damien Hirst, Dennis Hopper, Izis, Pablo Jomaron, JonOne, Seydou Keïta, André Kertész, Pierre Klossowski, Alberto Korda, Germaine Krull, Tseng Kwong Chi, Helen Levitt, David Lynch, Robert Mapplethorpe, Pierre Molinier, Moze, Dominique Nabokov, Jean-Michel Othoniel, Abbé Pierre, Richard Prince, Willy Ronis, Christian Rose, Dieter Roth, Chéri Samba, Amadou Sanogo, Richard Schroeder, Malick Sidibé, Roman Signer, Patti Smith, Jivya Soma Mashe, Claire Tabouret, Dominique Tarlé, Pascale Marthine Tayou, Rirkrit Tiravanija, Barthélémy Toguo, Gus Van Sant, Alan Vega, André Villiers, Massimo Vitali, Andy Warhol, John Waters, Bruce Weber, Weegee, Roger Welch, Robert Wilson, William Wilson.

+ Du 6 juillet au 5 novembre 2017. La vie secrète des plantes : Anselm Kiefer, Wolfgang Laib, Joseph Beuys, Lothar Baumgarten

Anselm Kiefer, La vie secrète des plantes, 2001-2002, branchage, gesso, fil de fer, plomb, toile, 380 x 1500 cm, 6 éléments de 190 x 280cm 4 éléments de 190 x 330cm © Anselm Kiefer, (c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat/Dist. RMN-GP

Pour les 40 ans du Centre Pompidou, la Collection Lambert accueille une des œuvres emblématique d’Anselm Kiefer.

En 2003, grâce à la générosité d’Yvon Lambert, La vie secrète des plantes, installation monumentale de 10 peintures sur châssis sur lesquelles s’entremêlent peinture, branchages, fils de fer, feuilles de plomb, entre dans les collections nationales du Centre Pompidou.

La Collection Lambert expose à cette occasion bien volontiers dans la salle de grande hauteur de ses nouveaux espaces cet œuvre monumentale de ce grand artiste allemand.

À cet ensemble ont été associées d’autres œuvres prestigieuses d’Anselm Kiefer issues du fonds de la collection ainsi que des œuvres d’autres artistes allemands, figures incontournables de la scène artistique contemporaine : Joseph Beuys dont Anselm Kiefer fut l’élève à la célèbre école de Dusseldorf tout comme Lothar Baumgarten, et Wolgang Laib auquel l’artiste voue une admiration particulière au point qu’il inaugura un de ses célèbres couloirs de cire dans son atelier/lieu de vie à Barjac dans le Sud de la France.

À travers le dialogue sensible initié entre les œuvres de ces artistes, La vie secrète des plantes convoque tour à tour l’Histoire, les mythes anciens et les philosophies stellaires.

+ Du 6 juillet au 5 novembre 2017. Leila Alaoui. Je te pardonne

Leila Alaoui, Les Marocains (Souk de Boumia), 2011

Leila Alaoui (1982-2016), est une artiste photographe et vidéaste franco-marocaine, morte en janvier 2016 lors des attaques terroristes de Ouagadougou.

Traversant sans cesse des géographies aussi plurielles que diverses, elle explore la construction de l’identité, la diversité culturelle et la migration, notamment dans l’espace méditerranéen. La photographie et la vidéo servent tour à tour à représenter des réalités sociales à travers un langage visuel mêlant de manière sensible esthétique documentaire et arts plastiques.

Observatrice, humaniste, Leila Alaoui participe au projet commun de regarder et d’écouter les histoires de l’autre. En témoignent les 10 grandes photographies issues de la série Les Marocains au travers desquelles l’artiste dresse le portrait majestueux des différentes communautés marocaines, ou les images de la série No Pasara, et la vidéo Crossings confrontant les rêves et aspirations de jeunes Marocains imaginant un Eldorado de l’autre côté de la Méditerranée, à la réalité de la dureté ou de l’impossibilité de la traversée.

Cette exposition de photographies et de vidéos est organisée avec l’Association Leila Alaoui et la Galleria Continua, réponse sensible et humaniste à la terreur qui fit succomber la jeune Leila Alaoui.

+ Du 6 juillet au 5 novembre 2017. Keith Haring

Sans Titre / Untitled, 1985, Acrylique sur bâche 295 x 457 cm

« ll était le premier artiste public véritable au sens complet du terme, et son art et sa vie ont changé notre conception de l’art et de la vie au XXe siècle. » Andy Warhol

La nuit, comme les graffeurs Futura 2000 et Jean-Michel Basquiat dont il se lie d’amitié, Keith Haring s’enferme dans le métro pour couvrir de dessins et peintures les panneaux d’affichage et les rames de métro.

C’est lors d’un voyage au Japon qu’il apprend la mort par overdose de son ami J.M. Basquiat le 12 aout 1988. Dans l’avion, il remarque que sa peau est constellée de taches qu’il associe immédiatement au virus du sida. Il lui reste deux ans à vivre qu’il consacre à réaliser des commandes publiques monumentales, des sculptures et des fresques murales dont la célèbre The Crak is Wack sur un terrain de handball pour sensibiliser les adolescents de plus en plus addicts aux drogues de synthèse.

Il crée la Keith Haring Foundation dont l’objectif est de venir en aide aux enfants et de soutenir les organisations qui luttent contre le sida. Des œuvres caritatives sont crées aux quatre coins de la planète en dénonçant le racisme, l’apartheid, l’homophobie, la discrimination. Avec frénésie, jusqu’à son dernier souffle, l’artiste réalise des œuvres avec des enfants à l’hôpital Necker de Paris, des orphelinats à New York, ou pour le 5e anniversaire de la Statue de la Liberté. Il meurt en février 1990, à 31 ans.

Retour : Haut de la page


Le Musée Calvet, musée des beaux-arts et d’archéologie d’Avignon

- Le Musée Calvet, musée des beaux-arts et d’archéologie d’Avignon, Hôtel Villeneuve-Martignan, 65, rue Joseph Vernet, 04 90 86 33 84, www.musee-calvet.org/. Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10 à 13h et de 14 à 18h.

+ Collections

Mazeppa et les loups par Horace Vernet, Wikipédia
Ce musée est l’un des 32 musées classés français, avec 28 000 références : archéologie, beaux-arts (peintures, sculptures, dessins), arts décoratifs (orfèvrerie, faïence et porcelaine, tapisserie, ferronnerie) et ethnologie (Asie, Océanie, Afrique). Quelques œuvres d’importance, dont par exemples, de l’époque classique, de David, La Mort de Bara, d’Horace Vernet Mazeppa et les loups, de Vernet, le Carnaval romain, et de Géricault un Portrait de femme.

Plus modernes, on trouvera des Daumier, Corot, Manet (dont Nature morte au chapeau espagnol), Sisley (L’Église de Moret), Vlaminck (Sur le zinc), Chaïm Soutine ou Albert Gleizes.

Et le musée détient le portrait de Paul Claudel en jeune Romain, de Camille Claudel, prêté pour l’exposition "Les Papesses".

+ Du 19 mai 2017 au 14 janvier 2018. Les éclaireurs : sculpteurs d’Afrique

Cette grande exposition investit également d’autres lieux d’Avignon (programme détaillé à venir) avec 76 sculptures de 30 artistes d’Afrique et de la diaspora dont 5 femmes.

Au Musée lapidaire, c’est un éléphant monumental de 5 mètres de long qui est exposé.

L’artiste à l’origine de cette œuvre est le talentueux sculpteur sud-africain Andriés Botha qui possède une notoriété internationale dans le domaine des arts sculptés.

Au Musée Calvet, nous pourrons découvrir 4 œuvres d’Ousmane Sow (Sénégal). Ce sculpteur sénégalais mort en décembre 2016 était et demeure une grande figure de l’art contemporain. Il était connu pour ces sculptures monumentales. Surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », il avait été élu en 2013 à l’unanimité à l’Académie des beaux-Arts à Paris.

Retour : Haut de la page


Le Musée Angladon

- Le Musée Angladon, Hôtel de Massilian, 5 rue Laboureur, 04 90 82 29 03, du 20 juin au 3 novembre. www.angladon.com. Du mardi au dimanche de 13 à 18h. Musée fermé pour travaux. Réouverture le 10 mars 2017.

+ Pour ses collections permanentes , très importantes.

Ce musée présente ce qu’il reste de la célèbre collection parisienne du couturier et mécène Jacques Doucet, collectionneur considérable qui, après avoir vendu, sur une peine de cœur dit-on, sa phénoménale collection du XVIIIe siècle, s’était lancé dans l’art moderne au début du siècle, épaulé dans cette tache par un jeune étudiant de 18 ans nommé André Breton, et par un Aragon débutant. Ce fut lui qui devait acquérir en pionnier Les Demoiselles d’Avignon (tiens !), de Picasso. Et lui encore qui fera sortir du lot tant de couturier qui devinrent mondialement célèbre comme Paul Poiret ou Jeanne Lanvin. Lui encore qui fit la fameuse et géniale Bibliothèque Doucet.

C’est ici que vous pourrez voir par exemple, de 1888, Wagons de chemin de fer, de Van Gogh (illustration), période arlésienne, des tableaux de l’École de Barbizon (Paysage, de Diaz de la Pena), impressionniste (Neige à Louveciennes, de Sisley), pointilliste (très beau portrait de Vuillard), de Daumier (Sancho Pancha), de Degas (Danseuses, Repasseuses), de Carrière (Enfant au bonnet) et de Cézanne (Nature morte au pot de grès).

Des années 1900-1929 vous verrez encore La Blouse rose, de Modigliani, deux portraits sur feuille d’or, de Foujita, des tableaux de Derain, de Forain, et plusieurs œuvres de Picasso, dont Arlequin et Fenêtre ouverte sur la mer.

Les Demoiselles d’Avignon de Picasso, des tableaux du Douanier Rousseau, de Matisse ou de Picabia sont maintenant dans de grands musées français et étrangers, mais il subsiste à Avignon de précieux témoignages de ses acquisitions successives.

+ Du 7 avril au 27 août 2017. La légèreté Raoul Dufy

Grâce au prêt exceptionnel consenti par un amateur d’art impatient de partager ses trésors, plus de 60 œuvres interrogent sur la joie de vivre et la profonde légèreté de l’art de Raoul Dufy (1877-1953).

Raoul Dufy, La chambre à Aix, 1944, gouache sur papier. Collection particulière

La rétrospective prend place dans les salles d’exposition temporaire nouvellement aménagées au 2e étage du bâtiment.

Retour : Haut de la page


Le Musée Louis Vouland

- Le Musée Louis Vouland. 17 rue Victor-Hugo, 84000 Avignon. 04 90 86 03 79. www.vouland.com. Du mardi au dimanche de 12 à 18h.

Du nom de son fondateur, l’industriel avignonnais Louis Vouland, le musée présente une collection permanente d’arts décoratifs, dont le coffret de voyage de Madame du Barry, dernière favorite de Louis XV.

+ Du 3 décembre 2016 à mai 2017. Intérieur / extérieur

Un nouveau regard sur les œuvres de Claude Firmin et Eugène Martel de la collection du musée grâce à des prêts de collectionneurs particuliers, prolongés par la donation Céra (2015) et les projets de décors de Chabaud.

Retour : Haut de la page


L’Église des Célestins

- L’Église des Célestins.

Dernière fondation de la papauté avignonnaise, le couvent des Célestins reste l’unique fondation royale de la ville pontificale. Il fut le plus riche de la cité et demeure le moins dégradé de ses établissements monastiques, présentant toujours son église, son cloître et une grande partie des bâtiments réguliers.

Retour : Haut de la page


Voir aussi :
Avignon, Les-Saintes-Maries-de-la-Mer, L’Isle-sur-la-Sorgue


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

À voir également :
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : visites, musées, presse...


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.