evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Actualités, Paris 16e > Sorties Paris 16e > Expositions, Paris 16e > Évènements et expositions au Musée d’Art moderne de la Ville de (...) > Archives et bilan. Succès mérités des expos Keith Haring au MAMVP et au 104 : (...)

Archives et bilan. Succès mérités des expos Keith Haring au MAMVP et au 104 : 385 000 visiteurs !

vendredi 20 octobre 2017, par André Balbo

Au point que des nocturnes supplémentaires avaient lieu à partir du mercredi 10 juillet, les mercredis jusqu’à 22h !

Au dernier jour de l’exposition, le 18 août 2013, cette exposition, qui rassembla près de 250 œuvres, dont 20 grands formats au 104, réalisée en partenariat avec la Keith Haring Foundation, a reçu quelque 312 000 visiteurs au MAM et 73 000 au 104, soit un total de 385 000 !

***

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris consacre une rétrospective de grande envergure à l’œuvre de l’artiste américain Keith Haring (1958 – 1990).

Aux mêmes dates, conjointement, le CENTQUATRE expose une vingtaine de ses très grands formats (Keith Haring : œuvres monumentales), dont les 10 Commandements, 10 œuvres de 7 mètres de haut !

Ce double événement permet à la fois de relever la nature très spécifiquement politique que cet artiste, mort à 31 ans du Sida, appliqua à sa démarche, et l’importance toute particulière qu’a revêtu l’ensemble de son œuvre.

Keith Haring Untitled,1982 Collection de Sheikha Salama bint Hamdan Al Nahyan, Abou Dabi. Emirats Arabes Unis © Keith Haring Foundation

L’exposition au MAMVP rassemble quelque 250 œuvres. Qu’elles aient été réalisées sur toile, sur bâche, sur des panneaux de papier noir dans le métro, sur des vases, à partir de découpages, l’événement est l’un des plus importantes jamais réalisées sur le travail de cet artiste en France avec celui du musée d’Art contemporain de Lyon en 2008.

En janvier 1982, Haring réalise "Message to the public" à Times Square, sur le Spectacolor Billboard. Ces messages animés de 30 secondes, diffusés chaque 20 minutes, appellent à la tolérance, et dénoncent la violence, l’intolérance comme la négation de l’individu.

Keith Haring, qui a exposé avec Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat, Roy Lichtenstein, Robert Rauschenberg, Jenny Holzer et Daniel Buren, dès la Documenta 7 en 1982, comme dans des musées et biennales du monde entier, fut certainement l’un des artistes les plus célébrés de son temps, et tout le monde lui reconnaît aujourd’hui encore un style incomparable et un précieux répertoire de signes emblématiques.

Avec Holzer il réalisera le petit tableau : "Protect me from what I want"...

Sa critique pertinente de la société capitaliste, comme de la société de consommation, est permanente. Une truie monstrueuse, sur l’une de ses toiles, vomit un flot de biens de consommation dans lequel la plupart des hommes représentés se noient. Seuls quelques rescapés, dont on remarque les yeux et les nez, surnagent, s’agrippent et s’abreuvent aux mamelles démultipliées de l’animale.

Keith Haring a étudié à la School of Visual Arts à New York. Virtuose du dessin, génie de la ligne, travailleur énergique, incessant et rapide, il produisait en quantité, réalisant ses œuvres sur toutes sortes de supports en écoutant de la musique (la bande son de l’expo est d’ailleurs très sympa). Il disait faire par jour 30 à 40 dessins, s’exerçant aussi à produire vite pour échapper aux policiers qui l’avaient arrêté plusieurs fois lors de ses performances... sur la voie publique.

N’oublions pas qu’un graffeur afro-américain, Michael Stewart, avait à l’époque été tué par des policiers... qui furent graciés par la justice. Keith Haring fera de lui sur une grande toile l’un de ses seuls visages identifiables non stylisés (avec quelques autoportraits).

Keith Haring, Untitled, 25 août 1983, collection particulière, courtesy Enrico Navarra, New York, acrylique sur bâche vinyle, 185,5x185,5cm © Keith Haring Foundation

Pourquoi utilisait-il des supports de nature si différentes ? Pour intervenir au bon format, au bon moment, au bon endroit. Et aussi pour tenter de ne pas créer avec son art de la valeur... Pour que son art soit vu de tous, ou du plus grand nombre, il crée dans le métro des hiéroglyphes, ses petits personnages à vocation d’être compris de chacun, qui seront vus par des millions de personnes. Papier noir et bâton de craie ! Ses œuvres prennent malgré tout de la valeur ? Il en commercialisera, sous formes d’objets, à partir de 1985, dans son célèbre Pop Shop, c’est un projet artistique, vendus à bas prix. "Le public a droit et besoin d’art.

Ses messages et idées politiques de justice sociale, de liberté individuelle et de soif de changement radical ont considérablement influencé les artistes qui vinrent à sa suite, et la société. Ses « Subway Drawings » réalisés dans le métro, ses peintures, ses dessins, ses bâches et ses sculptures, étaient porteurs de ces messages, qui étaient presque des slogans.

Keith Haring, qui fut une icône du Pop art, artiste subversif et militant, s’est personnellement engagé de multiples fois au cours de sa vie, animé qu’il était d’une envie et d’un besoin de transformer le monde. Contre le racisme, le capitalisme, toutes sortes d’injustice et de violence, dont celles de l’Apartheid en Afrique du Sud, de la menace de guerre atomique, du danger de déshumanisation que portent en elles les nouvelles technologies, de la destruction de l’environnement, l’homophobie, les enfants malades (une colonne qu’il réalisa à l’hôpital Necker Enfants Malades de Paris est en ce moment en réfection) et l’épidémie du Sida. Le parcours de l’exposition rend compte de ses prises de position critiques successives, et parfois simultanées.

Une salle rassemble des toiles à peintures fluorescentes. Souvenir des boîtes de nuit qu’il fréquenta beaucoup ? Effet fort.

Lors de la présentation, Fabrice Hergott, directeur du MAMVP, et José-Manuel Gonçalvès, directeur du CENTQUATRE, accompagnés des commissaires de l’exposition, Dieter Buchhart et Odile Burluraux

C’est parce qu’il était mu par tant de combats et de sujets sociétaux qu’il utilisait ainsi la rue et l’espace public afin de toucher le plus grand nombre. J’allais oublier. Il fit gratuitement pour ses différents combats, pour ses causes, de nombreuses actions et toiles... et ceux qui l’ont connu en parlent comme d’un être généreux et attentif aux autres. Militant ? Saint ? Prophète ? Artiste.

Se sachant malade, à la fin de sa vie, il créa la Fondation Keith Haring pour aider la lutte contre le Sida. Une dernière attitude politique.

Les commissaires de l’exposition sont Dieter Buchhart et Odile Burluraux.

Keith Haring. The Political Line, du 19 avril au 18 août 2013. Musée d’Art moderne de la Ville de Paris 11 avenue du Président Wilson 75116 Paris 01 53 67 40 00, ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h (nocturne le jeudi jusqu’à 22h... et le mercredi, à partir du 10/07). 11 ou 8€ (plus de 60 ans, enseignants, chômeurs, familles nombreuses), 5,50€ de 14 à 26 ans, gratuit avant 14.

Voir aussi : Keith Haring : œuvres monumentales, au CENTQUATRE. Jusqu’au 18 août 2013.

Vous retrouverez dans l’article 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, avec PARIS 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Les Grandes Expositions et Calendrier 2014 peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

André Balbo

sources : visites, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, CENTQUATRE

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.