.evous
> > > > > >

DERNIERS JOURS au Palais de Tokyo : Céleste Boursier-Mougenot, terriblement à Venise...

Du 24 juin au 13 septembre 2015, "un récit invitant le visiteur à partager une expérience immersive et onirique".

Céleste Boursier-Mougenot est un artiste niçois qui vit et travaille à Sète. Retenu pour représenter la France à la 56e Biennale d’art contemporain de Venise, il a transformé le pavillon français en un îlot onirique et organique réagissant aux bruits environnants.

Du haut de ce pavillon s’écoule une écume, texture en expansion... et les évolutions hypnotiques de cette installation vivante peuvent devenir un spectacle pour les spectateurs lovés dans des sofas.

Rêvolutions_Céleste Boursier-Mougenot_Venise 2015_© Pauline Phelouzat, Agence Eva Albarran & Co

C’est cet artiste français singulier de réputation internationale que le Palais de Tokyo a invité à métamorphoser ses espaces (pour un coût estimé à ce jour à 350 000€), et dont les œuvres, immanquablement, amènent le visiteur à partager des expériences immersives et oniriques.

Par son approche pluridisciplinaire, par l’invention et la réification des flux qui les traversent, Céleste Boursier-Mougenot induit des traversées de territoires nouvelles et inventées.

Les visiteurs, dans leur présence et leurs déplacements deviennent des parties immergées et intégrantes de l’œuvre, par ce tissage de l’artiste mêlant l’artificiel et le naturel. Ces installations muant en performances, mixent le mouvement, l’image et le son, point d’orgue de sa narration.

Si le visiteur se souvient parfois encore de la réalité qui précédait, il devient le témoin d’un univers dont il participe à créer, générant notamment un flux d’images, un travelling qui s’empare des énergies vitales en présence.

Selon Céleste Boursier-Mougenot, l’œuvre propose une expérience totale qui, « dépasse le système de références de l’art », et crée de l’enchantement avec une grande simplicité formelle, invitant à la contemplation et à la déambulation, au partage d’une expérience méditative.

Céleste Boursier-Mougenot, sans titre, 2009. Vue de l’exposition personnelle « Variation/Variação », espace octogonal de la Pinacoteca de São Paulo, Brésil à l’occasion de l’année de la France au Brésil. Commissaire : Ivo Mesquita, 2009. Photo : Isabella Matheus © Céleste Boursier-Mougenot. Courtesy galerie Xippas © ADAGP, Paris, 2015.

Après avoir été, de 1985 à 1994, le compositeur de la compagnie "Side One Posthume Théâtre" de l’auteur et metteur en scène Pascal Rambert, Céleste Boursier- Mougenot entreprend de donner une forme autonome à sa musique en réalisant des installations.

Depuis 1994, il mène un travail au croisement des arts visuels et de la musique expérimentale, tout en convoquant les codes du spectacle vivant. Il procède par prélèvements dans le quotidien, donnant un surplus de poésie aux objets, aux instruments de musique et aux êtres vivants.

Et il parvient à imaginer des installations qui, à partir de notions de hasards ou d’accidents, deviennent des dispositifs en résonance avec l’architecture du lieu ou l’environnement.

De l’imperceptible à la révélation de l’importance de l’expérience sensible, de l’expérience d’écoute...

Céleste Boursier-Mougenot lors de la présentation mystérieuse de son projet d’exposition à la presse.

L’expérience muséal qui se vit au Palais de Tokyo avec Boursier-Mougenot pourrait tenir, mais pas seulement, du Styx, dont on ne revient que très exceptionnellement, comme de la Rivière enchantée du Jardin d’acclimatation, chemin obligé pour la barbe à papa, ou du Venise des eaux hautes. Un sas qui vous amène à un endroit où vous serez en mesure de vous reposez... un ailleurs inquiétant et créatif, chargé d’émotions et de sensations, dans lequel vous serez une fois de plus le centre de votre monde, ou plutôt ce qui en vous évolue sera au centre de vos observations et de vos perceptions. Lumineuse auberge espagnole, sous l’éclairage de cette obscurité-là !

Avec ce poids mythologique, on serait en droit de se demander si un sas sensationnel de sortie, jamais encore imaginé dans une exposition, ne serait pas plus qu’utile. Hors budget !

Ce projet préexistait au choix de cet artiste pour représenter la France à la Biennale de Venise. Pour cette installation au Palais de Tokyo, l’intervention et les conseils d’un pisciniste "capable de concevoir un liner de 2 000m2" ont été nécessaires et bien utiles, et les pompiers ont eu à surveiller le déversement de près de 500m3 d’eau...

L’ambiance et les sensations sont uniques.

La commissaire de l’exposition est Daria de Beauvais.

Recueillement de lieux cultuels où les projections mêmes s’éteignent et se mélangent, chuchotements des visiteurs d’expositions, qui ne parviendront donc jamais tout à fait à se taire, et mise en disposition finalement parfaite pour aller s’émerveiller de l’exposition voisine et rare de Neu qui mérite une très longue étape, délicat musée brodé de la fragilité et de la trace si fugace... Merci !

Céleste Boursier-Mougenot, du 24 juin au 13 septembre 2015, au Palais de Tokyo, 13, avenue du Président Wilson, 75 116 Paris. 01 81 97 35 88. Métro Iéna et Alma Marceau, bus 32, 42, 63, 72, 80, 82, 92. RER C Pont de l’Alma. De midi à minuit tous les jours, sauf le mardi, fermé les 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre, 10 ou 8€.

***

Vous retrouverez dans l’article Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences dans : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, Palais de Tokyo

Mots-clés